vendredi 30 janvier 2015

Marion 13 ans pour toujours

Auteur : Nora FRAISSE
                  Editions : Calmann-lévy
                    Parution : Janvier 2015
 Pages : 192
   Prix :  16.50 €














« Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t’es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre.
Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d’un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d’insultes et de menaces.
J’écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d’un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous.
J’écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t’ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s’évertuent à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance.
J’écris ce livre pour qu’on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire.
J’écris ce livre pour que plus jamais un enfant n’ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. »

Ce témoignage est l'une des sorties que  j'attendais le plus en ce mois de janvier... mais je ne suis pas enjouée comme n'importe quelle autre sortie non... parce qu'un témoignage comme celui-ci ne devrait pas exister, comment une jeune fille de 13 ans peut mettre fin à sa vie  à cause d'inconscients, de monstres qui ne connaissent rien de la vie, comment une autre personne peut se permettre d'en détruire une autre et entraîner la déchéance d'une famille entière? 

L'auteur de ce livre Nora Fraisse, la mère de Marion, se bât, témoigne, de l'horreur subit par sa fille aînée,  âgée seulement de 13 ans qui s'est donnée la mort, parce qu'elle ne supportait plus d'être persécutée, malmenée, au collège, sur les réseaux sociaux, par sms.
Nora Fraisse, nous livre son combat, pour rendre justice à Marion, mais aussi pour ne plus que cela se reproduise dans d'autres établissements.

Le harcèlement scolaire, est un grave sujet d'actualité, dont on entend  trop parler, un fléau qui détruit des vies, des familles! Au nom de quoi? la méchanceté gratuite, la cruauté sans limite, la torture psychologique..commit par des individus se croyant  au dessus de tout et de tout le monde, la faute à qui ? à l'éducation des parents, à l'éducation nationale qui ne protège pas assez ses élèves, qui préfère relativiser plutôt que de sanctionner sévèrement  et comme il se doit.

J'ai été horrifiée, effarée par la maltraitance que Marion a subit, horrifiée par ses enseignants et le proviseur qui ferment les yeux devant tant d'acharnement, est ce qu'ils pourraient survivre eux dans de telles conditions? Est ce qu'ils laisseraient leurs enfants supporter le quart de ce que cette gamine a enduré? Comment ne pas être en colère quand on lit, que le prof principal se permet de dire que la vie continue, comment peut-on parler comme ça lorsque l'on est censé être un pédagogue, responsable d'une classe ? et le comportement du proviseur ne vaut vraiment pas mieux, la bêtise des gens  qui  font circuler des rumeurs en plus de ce malheur est juste insupportable.

Nora Fraisse nous livre un témoignage, poignant,  bouleversant et criant de vérité parce que oui le harcèlement scolaire existe et est devenu un fléau qu'il faut éradiquer au plus vite, oui il n'y a pas assez de prévention faite dans les établissements, pas assez de mesures éducatives mises en place pour gérer des situations qui peuvent devenir catastrophiques et c'est en témoignant, en dénonçant comme cette mère le fait que les choses pourront bouger enfin !

mercredi 28 janvier 2015

La liste de Noël

Auteur : Jojo MOYES
                  Editions : Brage
                    Parution : Décembre 2014
 Pages : 15
   Prix :  gratuit















Veille de Noël. Chrissie fait ses derniers achats dans l’effervescence de Londres.
Pour Noël, elle reçoit sa belle-mère. Alors que, sur ordre de son mari, elle se met en quête d’un parfum introuvable et du seul fromage que tolère sa belle-mère, sa rencontre avec un chauffeur de taxi lui ouvre les yeux. Elle n’a aucune envie de passer Noël en famille cette année...


Bon d'accord ce n'est plus Noël mais y'a pas de mal à prolonger les festivités vous croyez pas ? :) ! J'ai trouvé par hasard cette petite nouvelle qui plus est gratuite en me promenant sur le net, bon j'en avais déjà entendu parler  sur certains blogs, mais suite à une déception avec un des livres de l'auteur, j'ai eu du mal à m'y mettre.

A travers cette nouvelle de 15 pages Jojo Moyes nous entraîne dans la course folle de Chrissie la veille de Noël, en effet elle doit à tout prix trouver un parfum pour sa belle-mère ainsi que le seul fromage que cette dernière tolère. Dans sa course aux cadeaux elle va faire la connaissance d'un chauffeur de taxi avec lequel elle va discuter, lui expliquant ce qui ne va pas, celui-ci va faire preuve d'une grande écoute mais aussi d'une grande générosité en conseillant la jeune femme qui finira pas ouvrir les yeux.

J'ai beaucoup, beaucoup aimé, cette petite histoire où la magie de Noël règne, et où tout fini par s’éclaircir suite à la rencontre d'une personne bienveillante.

Une petite nouvelle qui nous fait aussi passer un message, celui du bonheur qu'on laisse s'échapper à force de rester coincé dans une vie qui ne nous plait pas, les bonnes décisions sont souvent dures à prendre au risque de voir une vie changée et de tout perdre, mais c'est justement la question que l'on peut se poser,  est ce que, ce n'est pas en s'empêchant de profiter des bonheurs que la vie nous offre que l'on risque de tout perdre?

J'aurai bien voulu quelques pages supplémentaires mais le contenu est déjà superbe et nous laisse rêveur et grâce à cela je me lancerai peut-être dans un autre roman de Jojo Moyes.

lundi 26 janvier 2015

Orange is the new black

Auteur : Piper KERMAN
                  Editions : Presse de la cité
                    Parution : Octobre 2014
 Pages : 394
   Prix : 21€













Piper Kerman est une jeune femme comme tant d'autres : elle a un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait livré une valise d'argent pour un trafiquant de drogues dix ans plus tôt. Mais le passé l'a rattrapée. Condamnée à quinze mois d'incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut, la jeune cadre dynamique de bonne famille devient le matricule 11187-424. Le choc est brutal. De sa première fouille corporelle à sa libération, Piper Kerman apprend à naviguer dans cet étrange univers aux codes absurdes et aux lois arbitraires. Elle rencontre des femmes issues de tous les milieux, qui la surprennent par leur générosité, leur humour et leur ouverture d'esprit. Déchirant, drôle et parfois rageant, le récit de Piper Kerman nous offre un témoignage rare et précieux sur le quotidien des détenues américaines. Car c'est en grande partie pour elles que Piper a écrit ce livre : pour témoigner au nom de toutes celles qui n'ont pas la possibilité de s'exprimer.


Orange is the new black est surtout connu pour être une série  se passant en milieu carcéral, dans une prison pour femme et l'histoire de la série est inspirée de la vie de Piper Kerman. J'ai adoré cette série  qui au fil de temps à de plus en plus de succès et j'attends d'ailleurs impatiemment la 3ème saison.



Le résumé en dit  long sur l'histoire de Piper Kerman, l'auteur de ce livre. J'ai longtemps attendu la traduction en français de ce témoignage,  j'en attendais beaucoup et maintenant que je l'ai lu, je me dis que dans l'idéal pour ne pas être déçu il faudrait lire le livre avant de regarder la série. En effet dans le livre on retrouve des scènes similaires à la série, normal vous me direz : la série s'est inspirée du livre mais l'ambiance est tout autre.  La vraie Piper est à l'identique, de ce que j'avais vu et apprécié d'elle avant, on retrouve pas mal de  personnages de la série et c'est un vrai plaisir de connaitre leur histoire.

Piper Kerman nous offre un beau témoignage original sur la condition des femmes en milieu carcéral, un monde dur, où il faut se plier  aux ordres et aux règles, à la folie de certains instructeurs, et des détenues, à l'humiliation quotidienne, la solitude,  et où finalement il faut se méfier de tout et de tout le monde. Malgré tout l'auteur a réussi à trouver  un équilibre en prenant le meilleur dans ce qu'il lui arrivait de pire, pour en faire une expérience humaine enrichissante, et bénéfique grâce à laquelle elle a pu repartir  sur des bonnes bases et  avoir une belle évolution..

J'ai passé un bon moment avec cette lecture où l'on en apprend un peu plus sur la vie en prison, sujet qui n'est pas forcément très connu de tout le monde, si vous lisez ce témoignage ne vous attendez pas à être dans la même ambiance de la série,vous risqueriez d'être  un peu déçu(e)s...


mardi 20 janvier 2015

Bird Box


Auteur : Josh MALERMAN
                  Editions : Calmann-lévy
                    Parution : Septembre 2014
 Pages : 384
   Prix : 20.90 €













La plupart des gens n’ont pas voulu y croire. Les incidents se passaient loin, sans témoins. Mais bientôt, la menace s’est rapprochée, a touché les voisins. Ensuite, Internet a cessé de fonctionner. La télévision et la radio se sont tues. Les téléphones ne sonnaient plus. Certains, barricadés derrière leurs portes et leurs fenêtres, espéraient pouvoir y échapper.

Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger qui s’est abattu sur le monde. Elle a perdu des proches, a assisté à leur fin cruelle. On dit qu’un simple coup œil suffit pour perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. Elle sait que bientôt les murs de la maison ne pourront plus protéger son petit garçon et sa petite fille. Alors, les yeux bandés, tous trois vont affronter l’extérieur, et entamer un voyage terrifiant sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés.
Arriveront-ils à bon port, guidés par leur seule ouïe et leur instinct ?


Une  lecture imprévue, qui se révèle être une lecture coup de cœur, ce n'est pas beau ça ? 2015 commence fort pour le moment je n'ai que de bonnes lectures, pourvu que ça dure.
Dès le début, nous nous retrouvons au coeur de l'histoire avec Malorie le personnage principal,ainsi que ses deux enfants vivant tous les trois, les yeux bandés, reclus dans une maison, jusqu'à leur départ en barque afin de se rendre dans un endroit sécurisé. Le récit est rythmé entre les flash- back de Malorie nous projetant au moment où les créatures (non définies) arrivent et entraînent l'extinction des humains, et leur voyage sur la rivière afin de se mettre en sécurité.
Wahou, quelle aventure! Dès le commencement du récit, l'angoisse et la peur m'ont submergé. Quelle terreur, de savoir que la seule issue des personnages est de renoncer à la vue s'ils veulent survivre. L'auteur joue avec les nerfs des lecteurs, déjà en ne définissant pas les créatures ce qui nous laisse dans l'inconnu le plus total et se rajoute à tout ça le fait de vivre dans le noir ce qui accentue incontestablement notre imagination, et notre peur.
Le style d'écriture est simple sans prise de tête, les chapitres sont relativement  courts ce qui donne une lecture fluide,  nous permettant d'avancer facilement dans l'histoire et de ne pas décrocher lorsque certains passages sont un peu plus longs notamment lors de certaines grandes descriptions.
J'ai mis un moment avant de m'attacher au personnage de Malorie qui au départ semble être une personne froide et distante, avec ses enfants dont elle n'attribue les prénoms qu'au tout dernier chapitre. En effet tout au long du livre, elle appelle ses enfants "fille" et "Garçon" ( mais là la question d'un problème de traduction peut être probable je pense), mais derrière tout ça se cache plein d'amour pour eux,  on comprends que finalement ce n'est pas pour leur faire du mal qu'elle les éduque sévèrement mais pour assurer leur survie.
Un très bon roman angoissant, à la limite de la torture psychologique, qui nous plonge directement au coeur de l'histoire sans faillir un seul instant !

jeudi 15 janvier 2015

Le pays des contes tome 2 : Le retour de l'enchanteresse

Auteur : Chris COLFER
                  Editions : Michel Lafon
                    Parution : Mai 2014
 Pages : 472
   Prix : 16.95 €















Le Pays des contes n’est plus l’endroit enchanté qu’Alex et Conner ont visité il y a un an. Le monde féerique vit désormais dans la peur : l’Enchanteresse maléfique est de retour ! Lorsque ses mauvais sorts atteignent la Terre et que leur mère est enlevée, les jumeaux doivent retourner au Pays des contes. 

Aidés du Petit Chaperon rouge, des bandits Jack et Boucle d’or ainsi que du prince Grenouille, ils se lancent à la recherche de la seule arme capable de vaincre la terrible magicienne. Mais cette arme pourrait bien se trouver chez les ennemis les plus redoutés des royaumes, de la sorcière des Mers à la belle-mère de Cendrillon, en passant par la Reine des neiges…


Que dire à part que ce deuxième  tome envoie autant de rêve que le premier, je suis ravie de retrouver Alex et Conner dans une nouvelle aventure au pays des contes ainsi que tout l'univers féerique qu'il s'y  dégage. Après la belle mère de Blanche Neige dans le tome 1, c'est au tour de la belle-mère de la Belle au bois dormant de semer le chaos, alors que  tous le pays la croyait morte, la voilà de retour avec une idée précise, posséder tous les royaumes jusqu'au dernier.

C'est difficile de ne pas trop en dire, Chris Colfer continue dans sa lignée du "génialissime" avec ce deuxième tome où nous allons d'aventures en aventures, avec tout un tas de rebondissement, nous allons faire la connaissance de nouveaux personnages célèbres que nous connaissons tous, mais encore une fois  l'auteur ne nous déçoit pas et ne s'emmêle pas les pinceaux malgré le nombre de personnages assez importants, ce que j'adore avec ses romans, c'est que même le plus sombre des personnages, n'est pas aussi détestable qu'on pourrait le croire quand on connait les raisons qui l'ont amené à baigner dans la méchanceté voire la cruauté. 

J'ai été plus ou moins surprise par la fin en ce qui concerne Alex parce que je m'y attendais un peu à ce que les événements se finissent comme ça, ceci dit j'ai qu'une hâte : que le tome 3 sorte rapidement en Français pour savoir la suite, ça va être dur d'attendre, des fois je regrette de ne pas lire en Anglais ^^.

Encore une bonne occasion de raviver votre âme d'enfant avec ce  second tome, qui nous emporte rapidement dans un univers à la fois complètement fou, mais tellement  beau !

vendredi 2 janvier 2015

Le pays des contes, tome 1 : le sortilège perdu

Auteur : Chris COLFER
                  Editions : Michel Lafon
                    Parution : Octobre 2013
 Pages : 414
   Prix : 16.95 €













Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout.Et pour cause !Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.


Un auteur qui a fait parler de lui à la sortie de ce livre et pour cause,  Chris Colfer est un des acteurs de la célèbre série Glee. Certains disent que son livre est apprécié grâce à la réputation de l'acteur, mais moi qui n'ait jamais suivi Glee je ne peux dire qu'une chose : ce livre est un bijou, un véritable coup de coeur,  mon 1er coup de coeur livresque 2015 

Une histoire digne de la couverture du livre   : colorée, magnifique, magique. Quel plaisir de se replonger dans la magie des contes qu'on a tous connus dans notre enfance, qui n'a jamais été transporté par la magie des contes traditionnels, de  Hans Andersen, des frères Grimm, Charles Perrault...et j'en passe. A l'origine chaque conte à sa morale à la fin de l'histoire et Chris Colfer a réussi tout en les modernisant à maintenir ces morales, un point que j'ai vraiment apprécié, on retrouve des sentiments connus comme la colère, la jalousie,la tristesse, la vengeance, la peur  ce qui rend les personnages encore plus vivants. L'auteur a pris  un gros risque en regroupant autant de personnages de contes en une seule histoire, mais le risque valait le coup puisque pour moi ce livre est totalement réussi, j'ai adoré retrouvé cet univers entraînant,  voir leur évolution, suivre les jumeaux dans leur épopée a été un vrai plaisir que je vais renouveler très rapidement en me procurant le tome 2 !

Si vous avez envie d'entretenir  votre âme d'enfant, sautez le pas, vous ne serez pas déçus! Ce livre est une petite merveille, pour petits et grands, à lire sans modération!

jeudi 1 janvier 2015

L'institutrice d'Izieu

Auteur : Dominique MISSIKA
                  Editions :  Seuil
                    Parution : Mars 2014
 Pages : 245
   Prix : 19€












Le 6 avril 1944, à Izieu, 44 enfants âgés de 5 à 17 ans et leurs 7 moniteurs sont emmenés par des soldats allemands, sur ordre de Klaus Barbie. Gabrielle Perrier est leur institutrice, elle a 21 ans. Elle n'assiste pas à la rafle, en ce début de vacances de Pâques. Mais ce jour-là, son monde s'effondre. Elle s'en voudra de ne pas avoir eu conscience du danger que couraient les enfants de la colonie. Modeste, discrète, elle dissimulera son chagrin en se réfugiant dans le silence, jusqu'au procès de Klaus Barbie, quarante-trois ans plus tard. Enfin, elle pourra porter le deuil de ses élèves morts à Auschwitz.


En écrivant ce livre , Dominique Missika rend hommage à Gabrielle Perrier-Tardy jeune enseignante de 21 ans tout juste titularisée de l'éducation nationale, institutrice de la colonie d'Izieu, où 44 enfants juifs réfugiés de l'Hérault vivaient dirigés par Sabine Zlatin et son Mari Miron Zlatin ainsi que 7 moniteurs. Gabrielle Perrier-Tardy débutera au mois d'octobre 1943, elle fera son travail consciencieusement, de nature modeste et discrète, jamais de faux pas elle rempliera sa mission, en apprenant aux élèves à lire, écrire jusqu'en avril 1944 où les vacances de Pâques eurent lieu. En quittant ses élèves elle ne s'imaginait pas, le drame qui se tramait, le lendemain, 1er jour des vacances scolaires, les enfants ainsi que les moniteurs et Miron Zlatin vont être raflés par la gestapo de Lyon sur ordre de Klaus Barbie. Sabine Zlatin était absente à ce moment là, partie à Montpellier demander de l'aide à l'abbé Prévost afin de mieux cacher les enfants

Ce qu'on peut ressentir en lisant ce livre est tout simplement atroce, on ne peut que penser à toute la peur et l'angoisse qu'ont dû ressentir les enfants, d'être persécutés et de voir leur vie tout d'un coup s'arrêter, arrachés à l'endroit où ils étaient censés être protégés et vivre en paix. La question de dénonciation à pesé lourd sur un paysan réfugié Lorrain présent aux côtés des Allemand le jour de la rafle, il a été inculpé pour trahison et intelligence avec l'ennemi mais n'ayant ni preuve, ni aveu de Lucien Bourdon l'accusation de dénonciation n'a pas pu être retenue, la cour l'a jugé coupable d'indignité nationale et il a été condamné à la dégradation nationale à vie.

Il y'a eu un téléfilm adapté de cette colonie intitulé la dame d'Izieu joué par Véronique Genest mais il est important de lire d'abord les livres se rapportant à cette tragédie. Le film comporte de nombreuses différences avec la réalité, la véritable personnalité des personnes ayant vécu à cette époque et les acteurs ne coïncident pas du tout, ce qui d'après moi est carrément honteux. Gabrielle Perrier-Tardy a d'ailleurs été indignée ainsi que les habitants d'Izieu qui n'ont pas reconnu les lieux, le téléfilm a été tourné en République Tchèque et Véronique Genest ne s'est déplacée qu'une seule fois au mémorial de la colonie sans se faire connaitre... il y'a de quoi se poser des questions...

Un magnifique livre qui ne vous laissera pas sans passer par tout un tas de sentiments d'injustice, de colère, d'horreur...Encore une fois je me répète mais nous devrions tous être amenés à lire ce genre de livre, rien que par devoir de mémoire...


Pour plus d'informations vous pouvez vous rendre sur le site du Mémorial d'Izieu:



http://www.memorializieu.eu/spip.php