mardi 28 avril 2015

Avant de t'oublier

Auteur : Rowan COLEMAN
Traductrice : Charline  MCGREGOR
                  Editions : Milady

                  Parution : mars 2015
 Pages :496
   Prix : 18.20














Claire mène une vie heureuse en compagnie de son mari et de ses deux filles. Mais son bonheur est de courte durée : elle découvre qu'elle est atteinte de la maladie d'Alzheimer. Sa mémoire part à la dérive, et elle oublie ce qu'elle croyait gravé en elle pour toujours. Pour lutter contre sa disparition, son mari lui offre un carnet dans lequel elle notera tout ce qu'elle n a pas encore oublié. Une façon de faire comprendre à ses filles que même si ses jours sont comptés, la vie a encore de beaux jours devant elle.


Un sujet poignant, une couverture magnifique il ne m'en n'a pas fallu plus pour avoir envie de découvrir cette histoire.

Claire, 40 ans, mariée, deux filles est atteinte d'un alzheimer précoce, elle se voit diminuer de jour en jour, elle perd ses mots, va quelque part et ne sait pas comment revenir, elle perd aussi la notion du temps... Son mari Greg va avoir la bonne idée d'acheter  un carnet dans lequel toute la famille pourra écrire ce qu'elle veut. Claire par exemple va se servir de ce carnet pour parler à ses filles afin de leurs transmettre des souvenirs avant de les oublier  afin  que ses filles sachent qui elle a été, et ce qu'elle a fait dans sa vie.


Un des passages qui m'a le plus marqué est le moment où Claire doit cesser son activité professionnelle de professeur,  elle se pose des questions et se dit pourtant qu'elle serait capable de continuer  on sent vraiment un malaise profond. C'est vraiment un personnage attachant malgré certains comportements et acharnement notamment contre sa mère qui voit sa fille malade, alors qu'elle a vu partir son mari de la même maladie, elle  fait ce qu'elle peut pour aider sa famille tandis que Claire en a marre d'être en quelque sorte considérée comme une petite fille.

N'ayant pas beaucoup de notion sur cette maladie, c'est une lecture qui a été très enrichissante. En effet l'auteure ne tergiverse pas et va droit au but, aucune longueur pour commencer, nous rentrons directement  dans la vie de Claire au cœur de ses pertes de mémoires et de ses comportements parfois irrationnels qui ne sont que les conséquences de la maladie d’Alzheimer, maladie qui malheureusement éloigne progressivement de la réalité et de la vie en général.

L'auteure a vraiment mené d'une main de maître ce récit rempli d'émotions, on sent qu'elle sait de quoi elle parle, ce qui aide le lecteur à entrer complètement dans l'histoire sans difficulté. Je recommande vivement  "Avant de t'oublier" qui est un livre à haut potentiel.

Maman dit que c'est ma faute

Auteur : Cathy GLASS
Traductrice : Anne BLEUZEN
                  Editions : France Loisirs

                  Parution : mars 2015
 Pages :363
   Prix : 16.99 












Aucune vie n'est sans espoir... Mère d'accueil, Cathy se voit confier Donna, 10 ans. La petite fille brisée mettra longtemps à révéler l'horreur de ce que sa famille lui a fait subir : battue, humiliée, elle a été réduite à l'esclavage par sa mère et ses frères. Il faudra toute la patience de Cathy pour lui permettre de se libérer de ce cauchemar.


J'ai découvert cette auteure avec ses 2 livres : "violentée" et "ne dis rien" parus aux éditions Archipoche il y'a quelques mois.  Cathy Glass a été mère nourricière autrement dit famille d'accueil pendant 25 ans, elle a écrit plusieurs livres dont la plupart sont ses mémoires dans lesquelles elle nous parle des enfants placés chez elle.

L'histoire de Donna est tout simplement révoltante rejetée, battue et humiliée par sa mère ainsi que ses jeunes frères. A 10 ans Donna est placée chez Cathy, après un début de vie d'esclave, il va lui falloir tout réapprendre au niveau des codes sociaux mais aussi  à reprendre le dessus afin de laisser le passé derrière elle pour avoir une vie sereine.

L'horreur que cette jeune fille à  vécu est insupportable, c'est révoltant de voir des familles maltraitantes. Rita la mère de Donna est inqualifiable, aucun mot n'existe pour dire à quel point elle est remplie de cruauté, il est difficile de rester insensible devant un tel comportement odieux. Cathy Glass a fait un travail remarquable, suivre l'évolution de Donna dans sa famille d'accueil est formidable, alors qu'elle partait mal dans la vie elle a su surmonter les horreurs subies et faire face aux difficultés. Ce qui est appréciable aussi dans ce livre, c'est qu'à la fin l'auteure nous donne des nouvelles 9 ans plus tard et on peut dire les progrès sont spectaculaires.

En ce plongeant dans ce livre, nous sommes confrontés à la maltraitance mais nous découvrons aussi l'envers du décor d'une famille d'accueil, l'organisation, le travail parfois difficilement mené, mais aussi l'aboutissement d'un projet qui mène vers une fin heureuse.

dimanche 26 avril 2015

Journal d'un ange gardien

Auteur : Carolyn JESS-COOK
Traductrice :  Denyse BEAULIEU
                  Editions : le livre de poche

                  Parution : juillet 2013
 Pages :380
   Prix : 7.10 












Lorsque Margot Delacroix meurt à quarante ans, elle est renvoyée sur terre comme ange gardien : le sien ! Contrainte, par mandat divin, de revivre les pires moments de son existence et ses regrets les plus amers, Margot reçoit l'ordre de ne rien changer, mais simplement de tirer la leçon de ses erreurs. Tandis qu'elle veille sur ses proches, Margot rêve pourtant de modifier le cours de son destin. Jusqu'où sera-t-elle prête à aller pour se racheter ? 



Une histoire comme je les aime : du suspense, un monde angélique parmi les humains, un thème excellent ! Pour résumer, une  très belle découverte livresque, alors qu'au départ je m'attendais à une lecture légère sans plus, genre chick-lit ! 

Pour commencer je vais simplement dire que le résumé en révèle trop ce qui peut être un point négatif au départ mais heureusement au delà de ça l'histoire ne fait que nous surprendre du début jusqu'à la fin. 

Suivre la vie de Margot à travers Ruth son ange gardien qui n'est autre qu'elle même est tout simplement passionnant. Dès le départ nous sommes embarqués dans la vie de Margot et tout au long du récit on la suit dans sa vie chaotique, mais  le point intéressant  et qui fait le charme de l'histoire c'est le fait que ça soit Ruth la narratrice puisqu'elle connait sa vie.
Ruth est prête à tout pour changer le destin de Margot, l'empêcher de faire certaines erreurs,et tomber trop bas c'est ce qu'elle voudrait mais avoir la fonction d'ange gardien n'arrange pas tout, ce n'est pas aussi idyllique que ce qu'on pourrait penser.

Je ne m'attendais pas à une fin comme celle-ci mais j'en viens à cette conclusion : Ruth a  vu défiler sa vie au travers de Margot, et grâce à cela, elle a pu apprendre de ses erreurs pour ensuite évoluer.

C'est le personnage de Ruth qui m'a le plus plu, son caractère fonceur et têtu prête à tout pour ne pas refaire les mêmes erreurs est vraiment appréciable. J'ai aussi beaucoup aimé les rencontres avec les différents anges gardiens des personnages de l'histoire que Ruth rencontrent en suivant Margot, je pense en particulier à l'ange gardien de Théo le fils de Margot, qui m'a le plus surprise de par sa provenance.

Le contexte de l'histoire mélangeant anges et humains est original et même si tout n'est pas simple à suivre avec l'aura, les couleurs et les grades des anges, ça dégage une beauté indescriptible dont on ne se lasse pas. L'auteure a été audacieuse de jouer sur plusieurs plans, puisque tout est pertinent et son écriture est structurée et presque mélodieuse !


vendredi 24 avril 2015

Adèle et les noces de la Reine Margot

Auteur : Silène EDGAR
                  Editions : Castelmore
                  Parution : avril 2015
 Pages :287
   Prix : 10.90 















Entre 2015 et 1572, Adèle doit choisir !


Adèle en a marre de ses parents, qui ne comprennent jamais rien. Au collège, elle préfère passer du temps avec ses copines qu’étudier. Aussi, quand elle apprend qu’elle doit lire un livre en entier pendant les vacances, c’est une véritable punition...

Mais dans ses rêves, la nuit, l’impossible se produit ! Adèle est à la Cour, au XVIe siècle, au milieu des personnages de La Reine Margot ! Elle rencontre même un beau jeune homme...

Ce qu’Adèle vit en 1572 vaut-il la peine de sacrifier ses amis et sa famille de 2015 ?



Nous voilà embarqué(e)s dans la vie d'Adèle jeune collégienne confrontée à la mauvaise ambiance  familiale, à la perte de sa grand-mère adorée,  et des chamailleries avec ses ami(e)s. Comme si cela ne suffisait pas, alors qu'elle commence  un livre sur la Reine Margot d'Alexandre Dumas, en s'endormant la voilà atterri à la cour, en 1572, en plein milieu  du mariage de Marguerite de Vallois et d'Henri de Navarre au Louvre. Alors que sa vie est alternée entre 2015 le jour et 1572 la nuit, il est bien difficile  pour Adèle de suivre le rythme et sa rencontre  avec le jeune Samuel, protestant ne va en rien lui facilité la tâche.

On ne peut que ressentir une vive émotion en finissant cette histoire dans laquelle Adèle, l'héroïne doit faire face  à de nombreux obstacles quitte à mettre sa vie en danger, pour sauver son ami Simon dont elle éprouve des sentiments certains. A la fois fragile et intrépide, ça lui donne un côté attachant et tout ce qu'on veut pour elle au final c'est son bonheur et qu'elle puisse vivre heureuse. 

J'ai adoré le contexte dans lequel  se déroule le roman. Comme toujours l'alliance fantastique  et  faits historiques me plait beaucoup, c'était vraiment sympa de découvrir d'un peu plus près la célèbre Reine Margot ainsi que cette période tragique des guerres de religion, du massacre de la Saint-Barthélémy et la médecine avec Ambroise Paré. 

La couverture est  magnifique et parfaitement raccord avec l'histoire, les documents fournis sont intéressants et  contribuent amplement  à la présentation  de cette époque et des personnages. Je pense qu'on peut largement dire que 10 euros 90 pour un aussi beau livre, la découverte vaut vraiment le coup et en plus, dans la bibliothèque  côte à côte avec 14-14, ça en jette  :D

lundi 20 avril 2015

Diabolique


Auteurs : Ghislaine DE VEDRINES
Jean MARCHAND 
Editions : Pocket
Parution : avril 2015
Pages : 473
Prix : 7.70€













En septembre 1997, Ghislaine de Védrines croise pour la première fois le chemin de Thierry Tilly. Elle ne se doute pas un instant qu'il s'agit d'un être diabolique. Charmant, attentif, Tilly va séduire tour à tour Ghislaine et ses proches. Bientôt, il les met en garde : leurs vies sont menacées. Lui seul peut assurer leur protection. Durant près de dix ans, onze membres de la famille seront sous emprise. Tilly les isole, les enferme, accapare leurs biens, les fait vivre dans une paranoïa totale. Seul Jean Marchand, le mari de Ghislaine, expulsé de sa propre maison, va se battre pour libérer les siens. Arrêté en octobre 2009, Thierry Tilly est condamné en avril 2013 à dix ans de prison




J'ai découvert ce témoignage totalement aberrant   dans l'émission  "Dans les yeux d'Olivier" et lorsque j'ai croisé le livre je n'ai pas pu passer à côté, je voulais absolument en savoir plus...

Comme indiqué dans le résumé Ghislaine de Védrines, Jean Marchand ainsi que toute leur famille vont se retrouver embobiné par Thierry Tilly,un homme bien sous tout rapport en apparence seulement car derrière ses bons services se cache un manipulateur pret à tout pour démolir cette famille et les déposséder de leurs biens.

Les faits décrits dans ce témoignage m'ont sidéré. Lorsque l'on suit le processus de cette emprise du début jusqu'à la fin , on ne peut qu'halluciner devant tous ces mensonges, ces mises en scène, la manipulation, l'enfermement la première question que je me suis posée a été "mais comment on peut en arriver à se faire avoir à ce point ?", mais très vite lorsque l'on en connait un peu plus sur la personnalité du gourou il est difficile de porter un jugement, je pense qu'il faut vraiment être dans cette situation pour comprendre à quel point cette emprise peut aller rapidement.

Des rencontres, nous en  faisons tous les jours, tout peut aller très vite, encore une fois tout ce qu'on peut se dire c'est : Les apparences peuvent être trompeuses c'est ce qui est arrivé à cette famille aujourd'hui toujours meurtrie par la perte matérielle mais aussi immatérielle qu'elle a subi pendant 10 ans.

Un témoignage à lire, parce qu'il est toujours bon d'être informé, tout  est bon à savoir ne serait ce que pour soi même ! 

mardi 14 avril 2015

Vive la médecine!

Auteurs : Michel CYMES
Emma STRACK
Patrice ROMEDENNE

                  Editions : France Loisirs
                  Parution : septembre 2011
 Pages :192
   Prix : 9.00 











Michel Cymes, le trublion du Journal de la santé, dresse le portrait de 36 célébrités atteintes de maladie grave. De Colette à Jean-Paul II en passant par Flaubert ou François Mitterrand... De quelle affection souffraient-ils ? Quelle grande découverte a tout changé ? Quelles perspectives pour la recherche ? 



Les auteurs de ce livre nous présentent diverses personnalités atteintes de différentes pathologies, tout y est décrit, détaillé et cela nous permet de comparer la médecine d'antan avec celle de maintenant. Avec l'évolution scientifique Michel Cymes et ses collaborateurs nous montrent les perspectives de soins, ou de traitements qui auraient pu être envisagés de nos jours afin de rendre la vie des malades plus agréable ou de gagner en longévité.

C'est remarquable de voir les avancées  scientifiques, énormément de choses ont  été faites, découvertes et je pense que certaines personnalités cités dans ce livre auraient vraiment apprécié de vivre à notre époque. Des pathologies les plus simples aux plus atroces, les auteurs nous partagent vraiment tout dans le moindre détail à l'aide de photos et d'illustrations.

Un ouvrage historique, scientifique, le tout présenté de manière ludique vraiment appréciable et accessible les portraits et les textes sont relativement simples à comprendre et ne comportent pas des termes qui pourraient entraver la compréhension.

samedi 11 avril 2015

Je me suis tue

Auteur : Mathieu MENEGAUX
                  Editions : Grasset
                  Parution : mars 2015
 Pages :191
   Prix : 16.50 













Du fond de sa cellule de la maison d'arrêt des femmes à Fresnes, Claire nous livre l’enchaînement des faits qui l’ont conduite en prison : l’histoire d’une femme victime d’un crime odieux. Elle a choisi de porter seule ce fardeau. Les conséquences de cette décision vont se révéler dramatiques. Enfermée dans sa solitude, Claire va commettre l’irréparable. Le mutisme sera sa seule ligne de défense, et personne, ni son mari, ni ses proches, ni la justice ne saisira ses motivations.



Encore un énorme merci aux éditions Grasset pour la découverte du premier roman de Mathieu MENEGAUX, un auteur de talent  qui mérite sa place parmi les meilleurs.

Claire et son mari Antoine, ont tout pour être heureux, une bonne situation professionnelle, un bon cadre de vie mais un problème majeur ronge leur couple : l'infertilité.
Au cours d'une soirée chez des amis, Claire souhaite quitter la soirée plus tôt en prétextant qu'elle est fatiguée et qu'elle souhaite rentrer se reposer. Sur la route du retour elle est victime d'un acte odieux, inhumain qu'elle fera passer sous silence, la vie continue malgré tout  jusqu'au déclenchement de plusieurs événements  qui la feront basculer du côté obscur, jusqu'à en arriver au pire.

L'histoire de Claire est tout simplement épouvantable, poussée dans ses derniers retranchements, sans personne pour la soutenir à cause de son silence, elle arrive à commettre le pire et se retrouve enfermée , sans même se défendre on peut dire que son histoire fait froid dans le dos. Des titres et des extraits de chansons s'insèrent régulièrement tout au long du dialogue de Claire, pour combler sa solitude et mettre des mots sur ses sentiments et ses émotions. Une tragédie moderne qui  nous fait frissonner au plus profond de notre être. 

Il est difficile de chroniquer ce livre, non pas à cause de la qualité du contenu qui soit dit en passant est juste incroyable, mais tout simplement parce que le moindre détail pourrait spoiler. En effet dans cette histoire, plusieurs sujets lourds sont traités et l'un est le fil conducteur de l'autre.

L'intrigue est remarquablement bien menée, parce que du début jusqu'à la fin je suis restée sur le qui vive. Les événements s'enchaînent les uns après les autres sans nous donner le temps de souffler, impossible de décrocher, une fois plonger au coeur de ce drame, il est difficile de ne pas vouloir connaître la suite. J'ai lu ce livre d'un trait, j'ai été touchée, impressionnée et finalement très satisfaite de cette nouvelle découverte que  je ferai découvrir avec plaisir à mon entourage, malgré une histoire poignante.

lundi 6 avril 2015

Mon amour

Auteur : Julie BONNIE
                  Editions : Grasset
                  Parution : mars 2015
 Pages :224
   Prix : 17.5













Un homme et une femme s’écrivent. Ils s’aiment, elle vient d’accoucher de leur enfant et lui, pianiste, est parti en tournée. Passion amoureuse, fusion maternelle, engagement artistique s’entremêlent et s’entredévorent tandis qu’un autre homme entre en jeu. Au fil des lettres et de l’inéluctable chassé-croisé amoureux, chacun se découvre livré à sa solitude.



Commencer la semaine par une lecture coup de coeur, ça s'est fait ! Je remercie chaleureusement les éditions Grasset de m'avoir fait découvrir cette perle totalement inattendue.

Dans ce roman nous suivons la correspondance épistolaire d'un couple mis à l'épreuve par la distance, dû à la carrière de pianiste de l'homme. La femme quant à elle se retrouve seule en plus face à la solitude et dans ses débuts en tant que mère de la petite Tess âgée de quelques jours. Tout au long de leurs échanges ,  nous en apprenons un peu plus sur leurs vies et leurs façons de gérer cette distance si pesante. Des personnes vont entrer dans leurs vies et de fil en aiguille se faire une place jusqu'à créer des liens...

Je pensais que ce roman allait baigner dans la romance, et qu'il y'aurait forcément des longueurs et au final, j'ai été totalement bluffée, encore une occasion de se dire qu'il ne faut pas se fier aux apparences. J'ai été happée par ces échanges intenses, beaux et parfois durs, regorgeant de tout un tas de sentiments auxquels un couple est confronté lorsque la distance s'impose.

L'une des particularité de cette histoire est que l'on ne connait pas les prénoms du couple, lui appelle sa femme "ma fée", et elle l'appelle "mon amour". C'est comme ça tout le long des échanges, les seuls prénoms qui ressortent sont ceux de leur fille Tess,  Mathilde l'amie de la femme, et Georges l'artiste peintre blessé. J'ai d'ailleurs eu du mal à suivre lorsque ces personnages intervenaient dans les échanges, cela m'a semblé un peu brouillon au début mais pour le moins très intéressant puisque cela nous apporte davantage d'informations sur eux.

"Fée" est une femme fragile, elle souffre de l'absence du père de sa fille,  elle doute sur ses compétences à être une bonne mère pour Tess, et le fait qu'elle se retrouve seule face à elle même la fragilise encore plus. Le pianiste, père de Tess lui parle de son enfance et de sa relation avec son père qui l'a traumatisé, je l'ai trouvé cependant très égoïste et injuste, dans ses propos lors de certains passages, surtout lorsque l'on sait la vie qu'il mène loin de sa famille.

La chute ne m'a pas laissé de marbre, j'ai été étonnée, cela arrive de manière inattendue, et  elle rend la correspondance encore plus poignante et belle.
J'ai découvert avec "Mon amour" une auteure avec un talent sûr, totalement impressionnée par cette écriture passionnée et accrochante, ce livre ne sera pas le dernier roman que je lirai de Julie Bonnie.