dimanche 31 mai 2015

La fille du tigre

Auteur : Torey HAYDEN
Traducteur:  Anita PORTIER
                  Editions : Presses de la cité

                  Parution : décembre 1995
 Pages :311
  













Torey Hayden est confrontée à Sheila, une fillette de six ans qui a tenté de tuer par le feu un petit garçon et s'est enfermée dans un mutisme total. A force de tenacité, elle parviendra à l'arracher à un hôpital psychiatrique pour l'intégrer dans une école normale, puis la perdra de vue. Des années plus tard, elle retrouvera sa protégée devenue une adolescente révoltée et fugueuse. Elle réussira cependant à vaincre les traumatismes de Sheila, liés à l'enfance cauchemardesque, pour la diriger vers une vie normale...


Cela a vraiment été la croix et la bannière pour trouver ce livre et pour cause, il n'est plus édité. Certains particuliers ou professionnels vendent leur exemplaire  à un prix juste honteux, mais bon j'ai réussi à trouver un exemplaire à un prix correct, j'en suis ravie !


Torey Hayden est pédopsychologue et écrivaine. Tour à tour enseignante spécialisée auprès d'enfants en grande difficulté psychologique, assistante à l'université, coordinatrice de recherche et consultante pour le traitement des enfants victimes de sévices, elle s'est spécialisée dans le domaine du mutisme sélectif. Elle a été, dans les années soixante-dix, une pionnière dans l'étude de ce phénomène psychiatrique peu étudié à l'époque. Elle a réalisé ce travail de recherche principalement à l'université du Minnesota à Minneapolis, pour en présenter les conclusions lors de la conférence nationale de l’American Academy of Child and Adolescent Psychiatry en 1978. 

Elle s'est rendue célèbre par le récit autobiographique One child (L'enfant qui ne pleurait pas), paru en 1982, dans lequel elle raconte le sauvetage de Sheila, une enfant "sauvage", murée dans le silence. Abandonnée par sa mère, élevée par un père alcoolique, victime de violences et d'abus sexuels, Sheila se révèle une enfant surdouée, d'une grande intelligence et d'une sensibilité à fleur de peau. Cet ouvrage a été traduit en 28 langues et sera suivi de The Tiger's child (La fille du tigre), paru en 1995, qui relate les retrouvailles mouvementées de Torey Hayden et Sheila, 7 ans plus tard, lorsque l'auteure souhaite obtenir l'autorisation de son ancienne élève pour la publication de One Child.

J'ai découvert cette auteure il y'a plusieurs année, tout à fait par hasard avec l'un de ses témoignages et dès les premières pages j'ai su qu'elle ferait partie de mes auteur(e)s favoris. Ayant lu,  l'enfant qui ne pleurait pas, c'est tout naturellement que j'ai souhaité connaitre la suite et encore une fois je ne suis pas déçue par cette belle découverte.
Sheila est devenu une adolescente lorsque nous la quittons dans  le premier récit elle n'a que 6 ans, lorsque Torey Hayden la retrouve elle en a 14  et elle est devenue une jeune fille révoltée et perturbée par tout ce qu'elle a subit au cours de jeune existence.
Torey Hayden va alors tout mettre en oeuvre pour maintenir Sheila hors de l'eau et la faire aller de l'avant, malgré les difficultés, les maux et grâce à sa ténacité nous assistons à une très évolution.

Si vous êtes amateur de témoignages sur l'enfance/la psychologie/ l'éducation alors Torey Hayden est une valeur sûre pour vous!  Un énorme coup de coeur pour ce récit plein d'humanité et de dévouement. Bravo à Torey Hayden pour son professionnalisme, sa patience et son amour pour sa profession,  chaque récit, nous apporte une très belle leçon de vie et pour tout cela je suis totalement admirative !

dimanche 24 mai 2015

Duelle

Auteur : Barbara  ABEL
                  Editions : Le Livre de Poche

                  Parution : octobre 2014
 Pages :417
   Prix : 7.60














Abandonnée par sa mère à la naissance, Lucy a néanmoins vécu une enfance heureuse au sein de sa famille d'adoption. Aujourd'hui, elle mène une existence sans histoire entre son mari et leurs deux enfants. Mais le jour où l'équipe de Devine qui est là ? frappe à sa porte, son destin bascule. Il s'agit d'une émission de télé-réalité qui se propose de réunir ceux que la vie a séparés. Lucy n'a aucun doute sa mère biologique cherche à la retrouver. Elle a quinze jours pour se préparer à cette rencontre. Quinze jours d'excitation, d'angoisse et d'appréhension. Mais au fil du temps, la jeune femme n'est plus sûre de rien... Et s'il s'agissait de quelqu'un d'autre ? La confrontation aura bien lieu, surprenante, inattendue, qui fera éclater un bouleversant secret, conduisant Lucy aux confins de l'enfer, là où le rêve devient cauchemar.


Ayant terminé de lire la duologie  : Derrière la haine et Après la fin  de Barbara Abel et l'ayant adoré c'est tout naturellement que je me suis tournée vers un autre de ses romans je dois dire qu'encore une fois la surprise est grande.

Le résumé parle très  bien de ce qui se trouve être le début de cette histoire. En effet le récit est  décomposé en 5 parties. La 1ère partie nous met directement dans le suspens, nous faisons connaissance avec Lucy ainsi que sa famille et ses amis,  nous découvrons aussi cette fameuse émission qui est envoyée par cette mystérieuse personne qui cherche à la retrouver. Le stress est à son comble, plus les jours passent et plus elle se rapproche de la révélation. Lorsque ce jour arrive enfin et qu'elle découvre  l'identité de la personne qui la recherche, c'est la surprise totale puisqu'elle était à mille lieux de ce qu'elle pensait.  Le portrait de cette nouvelle personne, Angèle  va être rapidement dressé et on comprend d'office qu'elle n'a pas les meilleures intentions vis à vis de Lucy, en effet ayant des chemins de vie très différents, Angèle  idéalise un peu trop ce qu'elle pense être la vie parfaite de Lucy.

J'ai trouvé l'histoire très longue à se mettre en route, très lente à avancer, j'ai eu même parfois l'impression de faire du sur place à tel point que j'ai failli abandonner cette histoire. C'était sans compter un rebondissement de fou qui m'a fait changer  d'avis, enfin l'histoire a été révélée au grand jour  et je me suis dit : "Mais où l'auteure va chercher tout ça?? " il a fallu cet élément déclencheur pour que je comprenne où Barbara Abel voulait en venir. En dessous de cette histoire longue à se mettre en place, coule  un poison qui avance tout doucement de façon pernicieuse et ce que l'on prend pour acquis n'en est finalement rien.

Barbara Abel a vraiment l'art et la manière de prendre dans ses histoires des personnages lambda, biens sous tout rapport, avec des vies tout à fait conventionnelles et on s’aperçoit encore une fois que l'habit ne fait pas le moine. Sa manière de jouer sur la psychologie des personnages est vraiment extraordinaire.
 J'adorais le personnage de Lucy et de tous c'est elle qui m'a le plus étonné, quant à Angèle clairement dès le départ on sait ce qu'elle prévoit je n'ai pas été surprise, elle a été l'arroseur arrosé de l'histoire.

D'une histoire au début totalement banale,  on se retrouve dans un bain de sang royal.
Je ne regrette pas d'avoir continuer ma lecture, sans ça j'aurai loupé le meilleur, et franchement je commence à être complètement fan des histoires machiavélique de Barbara Abel. Si vous aimez les thrillers psychologiques, ou règnent angoisse, suspens et folie, plongez-vous sans hésiter dans cette histoire complètement dingue.


vendredi 22 mai 2015

Le pays des contes Tome 3 : L'éveil du dragon

Auteur : Chris COLFER
Traducteur:  Cyril LAUMONIER
                  Editions : Michel Lafon

                  Parution : mai 2015
 Pages :441
   Prix : 16.95













Depuis que la brèche entre les univers a été refermée, les jumeaux Alex et Conner vivent séparés. Alex continue son apprentissage de la magie, et Conner est un collégien brillant. Lorsque ce dernier découvre qu’une menace séculaire pèse sur le Pays des contes, il se lance dans une quête périlleuse à travers l’Europe, prêt à tout pour prévenir ses amis et trouver le portail oublié qui lui permettra de les rejoindre.
Mais le danger que craignait Conner s’avère pire que prévu : une armée piégée entre les deux mondes depuis près de deux cents ans est soudain libérée. Et avec elle, la seule chose capable de détruire le Pays des contes : le dernier œuf de dragon.



C'est avec beaucoup d'impatience que j'attendais la sortie de ce  3 ème tome, et encore une fois je peux dire : quel plaisir de se replonger dans les aventures du pays des contes et de retrouver Alex et Conner.

Voilà un an qu'Alex vit désormais au pays des contes et qu'elle est en apprentissage auprès de sa grand-mère et des fées. Conner quant à lui est rentré chez lui, à écrit des contes ce qui lui a donné la chance de faire parti des participants pour faire un voyage en Allemagne dans le but de découvrir les 3 derniers contes des frères Grimms. Il va rapidement comprendre qu'un danger se trame et va tout faire pour rejoindre le pays des contes afin de prévenir tout le monde.

Comme à son habitude Chris Colfer ne nous fait pas traîner et nous voilà lancé  au coeur de l'action pour notre plus grand plaisir. Plus que jamais dans ce tome l'aventure est intensive et nous embarque à droite et à gauche sans jamais perdre le fil conducteur.  Le talent de l'auteur ne s’essouffle pas malgré de nombreux personnages et nombreux lieux l'histoire reste  pertinente.

De nouveaux personnages vont  faire leur entrée,  notamment Bree, camarade de Conner qui a décidé de participer à l'aventure et Emmerich qui va apporter son aide.
Nous allons aussi croiser les frères Grimm pris en otage par l'armée de Napoléon, Gretel et sa folle histoire, la mère Michel... autant de personnages qui apportent un goût de nouveauté dans cette merveilleuse histoire et qui je l'espère seront plus développés et mis en avant lors du 4ème tome.

Je suis très satisfaite de voir que Chris Colfer continue son ascension avec brio. Cette saga est carrément unique, il y'a toujours ce rebondissement qui nous donne envie d'en savoir encore plus, et dans ce 3 ème opus  la barre est haute et la fin nous laisse avec pleins de questions, il n'y a aucun doute, je me jeterai sur le 4 ème tome à sa sortie.

mercredi 13 mai 2015

Dans la peau d'une Djihadiste

Auteur : Anna ERELLE
                  Editions : Robert Laffont

                  Parution : janvier 2015
 Pages :262
   Prix : 18













Convertie à l islam, Mélodie rencontre sur Facebook le chef français d une brigade islamiste. En quarante-huit heures, il « tombe amoureux » d elle, l appelle nuit et jour, la presse de venir faire son djihad en Syrie et dans la foulée la demande en mariage, lui faisant miroiter une vie paradisiaque... De « chat » Facebook en conversation Skype, Mélodie se prend au jeu et commence à préparer secrètement son départ. Des jeunes Européennes comme Mélodie, chaque semaine plus nombreuses à se laisser embrigader via Internet, l auteur de ce livre en connaît des dizaines : c est elle, Anna Erelle, qui se cache en réalité derrière le profil de « Mélodie ». Jeune reporter, elle travaille sur les réseaux de l État islamique (EI) dont la propagande numérique, le « djihad 2.0 », constitue l une des armes les plus redoutables. Pendant un mois, Anna se glisse ainsi dans la peau de Mélodie, et consacre ses journées à vérifier les confidences que son « prétendant » proche d Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l EI livre le soir derrière un écran d ordinateur à sa « future épouse ». Dans une impatience grandissante que celle ci le rejoigne.



Ce livre je ne pensais pas le lire au départ et puis finalement j'en ai eu l'occasion et je ne regrette pas d'avoir découvert cette enquête enrichissante, qui devrait être connue de tous, pour éviter certaines déviances radicales.

Après de nombreux mois de recherches concernant la propagande des djihadistes et l'organisation de l'état islamique, Anna décide de mener une enquête, via Facebook avec une identité fictive en tant que Mélodie jeune fille de 20 ans, Française,  convertie à l'islam, de classe moyenne et élevée par une mère célibataire. Pour jouer le jeu, elle va regarder des vidéos de djihadistes afin de comprendre leur façon de penser/faire, elle va ensuite les partager, et c'est à la suite de ça qu'un combattant de l'état islamique va rentrer en contact avec elle. Anna va d'abord communiquer avec lui sur facebook et ensuite via skype, il va lui demander si elle souhaite faire son djihad et il va également lui expliquer le parcours à suivre pour atteindre ce but. Pendant un mois ils vont communiquer, tous les jours pendant de longues heures au cours desquelles, il va lui expliquer beaucoup de choses à propos de ces combats, il va même aller jusqu'à lui faire une demande en mariage au bout de quelques jours..., lui faire la proposition de venir ect. Alors que tout est en route et qu'Anna commence à partir vers Amsterdam "une "maman" est censée les récupérer elle et son amie mineure, mais rien ne se déroule comme prévu, les plans changent , c'est le début des doutes et des menaces.

Le livre alterne entre le point de vue de Mélodie et sa relation avec Bilal ainsi que son point  de vue personnel où elle va faire des recherches pour savoir si ce que dit Bilal est vrai, elle nous donne ses impressions sans oublier celles de ses amis, collègues qui l'entourent. Tout au long de l'enquête Anna Erelle fait preuve d'une grande patience, et de compréhension pour mener à bien le but qu'elle s'est fixé. Elle a su se mettre dans la peau de cette jeune fille, tenir un dialogue pour que cela soit le plus crédible possible  et aller jusqu'au bout de son enquête.

On ne ressort pas indemne d'une telle enquête.  Elle nous prend aux tripes, nous fait halluciner, quelques heures après avoir terminé ce livre je n'en reviens toujours pas.
Un grand bravo à cette femme qui a eu le courage de risquer sa vie pour nous expliquer, de quelle manière se déroule le recrutement au sein de l'état islamique, l'embrigadement via les réseaux sociaux. Un gros travail de fait  par cette journaliste qui aujourd'hui est toujours menacée et doit cacher son identité, vous l'aurez compris, Anna Erelle n'est qu'un pseudonyme pour permettre la publication de cet ouvrage.

samedi 9 mai 2015

Les amours de ma mère

Auteur : Peter SCHNEIDER
Traductrice:  Nicole CASANOVA
                  Editions : Grasset

                  Parution : mars 2015
 Pages :272
   Prix : 20












Pendant des années, de maison en maison, Peter Schneider a transporté un carton contenant la correspondance de sa mère. A l'âge où l'on se rend compte qu'on a vécu plus de temps qu'il ne nous en reste à vivre, il se décide à l'ouvrir. Une lecture ahurissante : l'image traditionnelle de l'épouse qui s'est sacrifiée pour ses enfants, décédée alors qu'il avait moins d'une dizaine d'années, vole en éclats. Cette femme qu'il a peu connu n'a pas seulement aimé ses quatre enfants et son mari, mais aussi, éperdument, le meilleur ami de celui-ci, un célèbre metteur en scène d'opéras.


Je remercie chaleureusement les éditions Grasset pour cet envoi, ainsi que pour m'avoir permis de passer un bon moment avec cette lecture.

Pour commencer, je trouve la couverture de cet ouvrage tout à fait adéquate avec l'histoire. En effet  l'image du ciel, et de la mer, nous donne une sensation de liberté, d'immensité avec un teint gris, cela reflète totalement le portrait de la mère de Peter Schneider.

 Nous n'avons pas beaucoup d'information sur cette femme, mis à part que c'est une femme moderne, en avance sur son temps.  Son mari Heinrich est musicien et il est souvent absent, elle se retrouve seule à élever ses 4 enfants en Allemagne pendant une période maudite : la seconde guerre mondiale. Cette femme va devoir se débrouiller pour nourrir ses enfants avec les tickets de rationnement, gagner des sous grâce à des services rendus, vivre au milieu des hurlements des sirènes, de bruits d'avions, des bombardements... Certains passages comme celui-ci sont poignants :

"Mais tous ces drames ne décrivent pas la plus grande détresse de ma mère. Presque sourde, souffrant d'une insensibilité provisoire, elle passe  avec ses enfants devant les ruines et les cratères de bombes, devant les camions pleins de cadavres brûlés et en décomposition, devant les morts et les blessés graves. L'aiguillon qu'elle porte dans le cœur, qui ronge sa volonté de vivre et la tue presque, n'a rien à voir avec la guerre"

Dans ces échanges épistolaires, il y'a bien  plusieurs prénoms d'hommes qui passent, mais un seul revient le plus souvent : Andréas. Un amant décrit comme tendre et pleins d'égards et en même temps un homme poussé par ses pulsions et qui ne s'excuse pas de son égoïsme. C'est lui qui décide, il la soumet à sa volonté, à du mal à communiquer, mais elle l'aime comme il est. 
 Peter Schneider va aussi  apprendre des choses sur son père, comme le fait qu'il ait  participé à un groupe musical dans les jeunesses Hitlériennes, ou le fait qu'il ait passé 2 jours dans le quartier général d'Hitler,  il va apprendre également qu'il connaissait aussi la relation que sa femme  entretenait avec son meilleur ami Andréas...

Malgré  des chapitres que j'ai trouvé un peu longs au départ, j'ai beaucoup apprécié découvrir cet auteur  que je ne connaissais pas, son écriture est belle et entraînante, elle nous pousse à en savoir toujours plus sur la vie de cette femme. Ce n'est pas une lecture qui se lit d'un traite, elle se déguste petit à petit et nous prouve toute l'importance des traces du passé, comme des photos, des lettres, des mots... afin d'entretenir les souvenirs et ainsi continuer à les partager avec les générations suivantes. Je vous conseille vivement de découvrir l'histoire d'une femme dont le désir d'écriture n'a pu s'accomplir qu'à travers ces correspondances.

jeudi 7 mai 2015

Le cachot de la sorcière

Auteur : Joseph DELANEY
Traductrice:  Agnès PIGAGNIOL
Illustrateur: Philippe MASSON
                  Editions : Bayard jeunesse

                  Parution : avril 2014
 Pages :110
   Prix : 9.90














Billy Calder,
jeune gardien de nuit
dans une prison hantée,
découvre un terrible secret...



Étant totalement fan  de l'écriture de Joseph Delaney  ainsi que de la saga l'épouvanteur, c'est avec grand plaisir, que je découvre ce livre unique qui d'après moi pourrait faire un bon début de saga.

Billy Calder, est un jeune homme de 15 ans, ayant perdu ses parents il vit dans un orphelinat et décide de prendre l'emploi de gardien de prison afin de sortir de ce lieu qu'il n'aime pas. Dans son orphelinat il y'avait bien des histoires qui couraient à propos du château, étant vu comme hanté, mais quelle ne fût pas la surprise de Billy lorsqu'il s'aperçoit que ces histoires sont bel et bien réelles.Le voilà donc en Formation dans ce lieu hanté par de nombreux fantômes, sorcières... et plus précisément Netty au long cou, le fantôme d'une pendue qui a exigé que Billy fasse parti de l'équipe de nuit...

Tout naturellement, nous retrouvons l'univers propre à l'auteur, les sorcières, les fantômes, les monstres et le tout dans un lieu obscur, tout ce que j'aime ! Billy est un personnage attachant par son jeune âge et la raison pour laquelle il s'engage dans ce terrible emploi. J'étais persuadée  de connaitre la fin , eh non! Joseph Delaney à l'art et la manière de nous surprendre jusqu'au bout.

Le livre en lui même a été travaillé avec beaucoup de goût, jusqu'aux tranches des pages qui sont colorées en violet.

Livre pouvant être lu à partir de 9 ans pour des lecteurs avertis sinon gare aux cauchemars

mercredi 6 mai 2015

Après la fin

Auteur : Barbara ABEL
                  Editions : Pocket
                  Parution : avril 2015
 Pages :350
   Prix : 6.80














Une banlieue calme, aux maisons mitoyennes entourées de jardins bien entretenus. Des voisins modèles : Tiphaine et Sylvain, couple soudé aux prises avec un ado un peu rebelle, Milo. C'est le cadre idéal dans lequel Nora, récemment divorcée, vient d'emménager avec ses deux enfants. Mais Nora ne sait pas encore que les anciens propriétaires de sa jolie maison se sont suicidés, qu'ils étaient les parents naturels de Milo, que Tiphaine vit dans une prison de mensonges et de culpabilité. Et dans l'ignorance, Nora donne sa confiance... 


Attention si vous n'avez pas encore lu le 1er tome, ne lisez pas cette chronique, risque de spoiler

Eh voilà en moins d'une semaine je viens de boucler cette duologie totalement prenante, difficile de ne pas tomber sous le charme de cette histoire machiavélique avec laquelle le temps passe beaucoup trop vite.

Dans ce 2ème tome nous retrouvons le couple Tiphaine/ Sylvain ainsi que Milo  habitant chez eux depuis la mort de ses parents. Une nouvelle voisine va faire son entrée : Nora  femme récemment  séparée et mère de Inès 13 ans et Nassim 7 ans. Au départ les échanges sont cordiaux, Nora est loin de s'imaginer dans quelle aventure elle se lance en habitant cette  maison où le pire s'est produit et en fréquentant ce couple qui n'est autre qu'une bombe à retardement. De fil en aiguille, le vrai visage de Tiphaine se dévoile peu à peu, encore traumatisée par la perte de son fils 8 ans plus tôt, on voit encore dans ce tome toute la folie dont elle peut faire preuve...Alors que la vérité risque d'éclatée, le compte à rebours est lancé pour Nora.

Nous retrouvons dans cette histoire plusieurs thèmes  se croisant : la folie, le deuil, l'adolescence, l'infidélité, la violence...autant de thèmes qui créent une atmosphère pesante, et rendent l'histoire angoissante. Tout le long du roman on  se demande à quel moment la bombe va être  lâchée et on sent le venin s'immiscer au fur et à mesure,  jusqu'à pourrir lentement mais sûrement les liens crées .

C'est un, plaisir de  retrouver Milo et de voir son évolution. J'ai beaucoup aimé découvrir Nora,  femme fragile mettant tout en oeuvre afin de pouvoir avoir son indépendance après sa séparation. Malgré son dérapage avec Sylvain, on sent un personnage sans méchanceté tandis que Tiphaine, son opposé est  ravagée par la folie. Dans leur couple de malheur, ils baignent dans la psychose, la peur  que leur secret soit dévoilé, que Milo apprenne la vérité ils vivent un enfer sans que personne ne le sache à part l'ex-mari de Nora, avocat, qui n'est autre que la dernière personne à avoir vu David le père de Milo vivant. 

J'ai vraiment adoré retrouver cette atmosphère, et je suis satisfaite de la suite donnée à cette histoire glauque. Le seul bémol est la fin de l'histoire que j'aie trouvé trop rapide à mon goût, tout s'arrête d'un coup, 50 pages de plus n'auraient pas été de trop. Je ne sais pas si un 3ème tome est prévu mais pour le coup, ça me semblerait pas mal, voire même indispensable pour connaître la suite des événements.

dimanche 3 mai 2015

Derrière la haine

Auteur : Barbara ABEL
                  Editions : Pocket
                  Parution : mars 2013
 Pages :342
   Prix : 6.80















D'un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l'autre, il y a Laetitia et David. Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge. Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côté à côte dans une harmonie parfaite. Jusqu'au jour du drame. Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s'appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine...


En me lançant dans ce bouquin je ne savais pas trop à quoi m'attendre, le résumé très alléchant à eu raison de moi et .. hop encore une belle découverte suivie d'un coup de coeur !

Cette histoire tourne autour de deux couples de voisins habitant dans deux maisons mitoyennes  que l'on peut voir sur la 1ère de couverture. L'ambiance entre eux est chaleureuse, très vite devenus  amis inséparables, ils partagent tout, élèvent leurs fils comme deux frères mais voilà un événement va assombrir cette amitié et la mettre à rude épreuve. Cette amitié fusionnelle va se transformer en une amitié néfaste et dévastatrice, tout va être bon pour s'accuser de tous les maux quitte à briser cette amitié à tout jamais.

Même si j'ai trouvé  que l'intrigue mettait du temps à se mettre en place, je ne me suis pas du tout lasser comme cela aurait pu se produire avec une autre histoire, puisque dès les premières pages, nous arrivons sur une altercation entre les voisines et ensuite nous partons sur des flash-back, j'avais donc envie de connaitre "le pourquoi du comment". L'angoisse monte en même temps que l'histoire avance et il n'y a pas de limite, les événements s’enchaînent les uns après les autres si bien que j'ai eu du mal à lâcher le livre, je voulais absolument savoir comment cela allait se finir et je n'ai pas été déçue, du début jusqu'à la fin l'auteure nous tient en haleine, le dénouement est surprenant, stupéfiant, géant, heureusement  que j'ai le tome 2 sous la main.

Côté personnages, l'image de l'amitié idyllique tombe vite à l'eau et lorsque les premiers secrets font leur entrée, on comprend beaucoup de choses mais pas au point de se rendre compte de la gravité de la situation. Leurs portraits psychologiques sont finement menés par Barbara Abel, jusqu'au bout on se pose mille et une questions, j'avais une préférence pour Tiphaine et j'étais loin de m'imaginer que la déviance la  guettait à ce point.

Premier tome d'une duologie qui s'avère être d'une puissance mortelle, j'ai hâte de connaître la suite que je me suis empressée de commencer après avoir terminé ce roman.