samedi 27 juin 2015

Le manoir tome 5 :Lou et l’Île maudite

Auteur : Evelyne BRISOU-PELLEN
                  Editions : Bayard

                  Parution : juin 2015
 Pages :453
Prix : 14,90€














Fuyant un étrange vaisseau, Lou échoue sur la plage du Manoir. Quand elle reprend ses esprits, elle se rend compte qu'elle a un bébé dans ses bras ! Ce n'est pas le sien (elle n'a que douze ans !) et elle jure qu'elle le ne connait pas. Pourtant, des qu'elle s’éloigne, le petit - qu'Hoel et Miracle appellent Marco - pousse des hurlements qui provoquent de terribles tremblements de terre. Le Manoir est en grand danger. Pour protéger les pensionnaires, Liam et Clea vont devoir découvrir pourquoi Lou et Marco sont la et quel lien mystérieux les unit.


Le manoir est une saga que j'ai découvert l'année dernière. J'ai tout de suite été charmée par ce lieu rempli de personnages ayant de nombreuses  références historique, toujours remplis de mystère.

J'ai beaucoup apprécié le fait que l'auteur nous  embarque dès la première page au cœur de l'aventure avec Lou lors de sa fuite. Comme d'habitude c'est un vrai plaisir de retrouver les personnages du manoir et d'en découvrir de nouveaux. Lou est une jeune fille courageuse, qui a grandi trop vite à cause de certaines circonstances que vous découvrirez par vous même, mais on ne peut qu'être touché(es) par cette gamine si jeune et pourtant qui porte un lourd fardeau sur ses épaules.  L'histoire de Marco  est également touchante, alors que j'avais deviné quel lien l'unissait avec Lou, j'ai par contre été surprise de connaitre l'époque dans laquelle il est né. Les autres personnages quant à eux sont toujours fidèles à eux même, j'ai toujours une grande préférence pour Liam et ses escapades dans le temps.

 Loin d'être déçue par cette saga, je continuerai de la suivre pour voir dans quelle direction elle se dirige et de quelle manière les personnages évoluent. On ne peut rien reprocher à cette saga riche en événements historiques, tout ce que j'adore, une bonne entrée  en la matière pour les jeunes et moins jeunes lecteurs  ayant quelques soucis avec l'histoire, parce que c'est bien connu il est plus facile d'apprendre de manière ludique ! 


dimanche 21 juin 2015

Et tu n'es pas revenu

Auteur : Marceline LORIDAN-IVENS
                  Editions : Grasset

                  Parution : février 2015
 Pages :112
Prix : 12,90€













« J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais  fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »


Voilà un moment que je voulais découvrir le livre  de Marceline Loridan-Ivens, je suis ravie d'avoir enfin pu lire ce témoignage tellement  poignant.

A travers ce récit Marceline parle à son père, victime des camps de concentration. Elle qui a survécu à l'horreur des camps et qui a dû réapprendre  à vivre sans lui, lui explique tout le mal que son absence à engendrer et encore maintenant. Une femme inconsolable qui a connu tant d’atrocités, elle ne se remet pas de la mort de ce père qu'elle aime tant  et qu'elle aurait tant aimé avoir auprès d'elle plus longtemps.

Comment rester insensible devant un tel témoignage, lourd de cette vie sacrifiée par la bêtise humaine, la haine, les fous de la dictature Hitlérienne? Malgré tous les témoignages que j'ai pu lire sur le thème de la seconde guerre mondiale, aucun témoignage ne se ressemble, ils sont tous aussi terrifiants les uns que les autres.  L'écriture de l'auteure regorge de ses émotions, de ce mal qui lui "enserre le cœur" depuis qu'elle est revenue seule des camps de la mort sans son père alors qu'elle avait tant d'espoir pour sa survie.

Un témoignage de plus, qui  nous montre l'importance du devoir de mémoire et qui retranscrit parfaitement les difficultés de revivre après avoir réchappé de la barbarie, ainsi que les difficultés de vivre  avec le poids de l'absence de personnes chères.
Un grand merci à cette femme courageuse, pleine d'humilité...

"Survivre vous rend insupportables les larmes des autres. On pourrait s'y noyer."

mercredi 17 juin 2015

Room

Auteur : Emma DONOGHUE
                  Editions : Le Livre de Poche
Traductrice :  Virginie BUHL

                  Parution : février 2013
 Pages :454
Prix : 7,60 €












Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des enfants de son âge. Ou presque. Il ne pense qu’à jouer et à essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre à ses questions. Celle-ci occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il vit seul avec elle dans la même pièce, depuis sa naissance. Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais la mère fait tout pour éviter à Jack le moindre contact avec lui. Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle ne peut pas continuer à entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre à Jack de s’enfuir.


J'ai lu ce livre dans le cadre d'une lecture commune avec Michèle du blog Book'inons et autant  annoncer la couleur, pour l'une comme pour l'autre nous avons eu un sacré problème avec le style de l'auteure.

Jack le narrateur est un enfant de 5 ans. Depuis sa naissance il vit  avec sa mère dans une pièce de 10 m², il ne connait rien du monde extérieur à part ce qu'il voit à la télé et ce que lui raconte sa mère. Et puis il y'a le grand méchant Nick, qui passe les voir de temps en temps pour leur ramener  des produits de première  nécessité, alimentaires et quelques fois des cadeaux du dimanche.  Jusqu'au jour où la mère de Jack décide de monter un plan afin  d'échapper à cette vie de reclus.

Malgré que le livre soit relativement bien noté sur le net, la magie n'a pas opéré sur moi. En effet le fait que le narrateur soit un enfant de 5 ans aurait pu apporter un certain charme au livre, mais seulement si l'auteure n'en avait pas fait des masses. On se retrouve avec un style d'écriture beaucoup trop lourd non structuré, totalement agaçant à lire dès le départ je n'en pouvais plus des "monsieur lit", " madame télé", "monsieur tapis".....Totalement déstructuré un moment, Jack nous raconte sa vie avec un vocabulaire trop infantilisé pour son âge alors qu'à d'autres moments il nous raconte tout ça avec un langage particulièrement soutenu, en plus d'être déstabilisant, c'est lassant.

Après que sa mère lui ait dévoilé  des informations, je pensais que le récit aurait été plus fluide, mais non aucun rebondissement. Tout ce que j'ai apprécié c'est la relation  que Jack a avec sa mère, le courage qu'elle a eu pour l'élever et le protéger malgré tout mais voilà l'intrigue est beaucoup trop facile à mon goût, du début jusqu'à la fin même en sautant des pages, je me suis totalement ennuyée. C'est donc une  lecture décevante pour ma part, mais au moins le livre est sorti de ma PAL et ce n'est pas avec regret !

lundi 8 juin 2015

L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Auteur : Karine LAMBERT
                  Editions : Le Livre de Poche

                  Parution : juin 2015
 Pages :214
Prix : 6,60 €











Les hommes sont présents partout dans cet immeuble de femmes qui ont renoncé à eux. Dans leurs colères, leurs nostalgies, leurs rêves, leurs désirs… Quatre femmes d’âges et d’univers différents, pas des féministes acharnées : des amoureuses blessées qui se méfient désormais de l’amour et ont inventé une autre manière de vivre.
Juliette, une jeune locataire qui vient d’emménager, est séduite par leur complicité, leurs joies, leurs rires et leurs grains de folie. Mais elle, elle n’a pas du tout abdiqué ! Son acharnement va-t-il ébranler les belles certitudes de ces farouches adeptes de la vie en solo ?



J'ai lu ce roman dans le cadre de la sélection blogueurs juin 2015 organisé par les Editions  Le Livre de Poche je les remercie chaleureusement  pour cette lecture ainsi que Mme Cellier.

Cinq femmes cohabitent dans un immeuble Parisien dirigé par "la reine", elles sont toutes différentes à un détail près : elles ont toutes renoncé aux hommes. Aucun homme n'a le droit de rentrer, à part Jean-Pierre le chat, voilà les règles de cette grande ruche. C'est sans compter Juliette la nouvelle locataire, jeune et pleine de vie qui est bien décidée à faire changer d'avis ses voisines.

J'aime beaucoup cette idée originale que l'auteure a eu d'imaginer un immeuble de femme ayant renoncé aux hommes, cela apporte un charme certain à l'histoire. Loin d'être une histoire banale, à travers ce roman on découvre le portrait de chacune d'entres elles et de leurs chemins de vies parsemés de déceptions, on se rend compte que pour en arriver là elles ont toutes été un jour déçues par un homme. Malgré leurs caractères bien différents, je me suis volontiers attachée à ces cinq femmes qui ont toutes quelque chose en plus que l'on apprécie. Ma préférée reste quand même Juliette, qui même avec ses difficultés pour rencontrer quelqu'un reste pleine de vie et apporte un coup de fraîcheur dans cette ruche.

J'aurai encore plus apprécié si  les portraits des  personnages avait été un peu plus développés mais je n'ai cependant pas été déçue par le style  d'écriture de Karine Lambert que je ne connaissais pas et qui se lit tranquillement tout en légèreté. 

Tout en simplicité l'auteure décrit bien la difficulté de trouver le bonheur et de tomber sur la bonne personne. Certains  choix existentiels ne sont pas faciles à faire, tout comme  il est compréhensible d'avoir des difficultés pour passer au dessus de certaines grosses déceptions.  Je conseille ce livre à toutes ces personnes qui traversent une période comme celles-ci, et même à tout le monde bien entendu !

Assia, Mama est là

Auteur : Meriam RHAIEM
                  Editions : Michel Lafon

                  Parution : avril 2015
 Pages :172



" Ceci est un livre pour toi, mon Assia. Quand tu seras grande, il faudra que tu saches. Que tu saches que tu ne vois pas ton père car celui-ci a choisi la voie de la déraison, et que je ne peux vivre sans toi. " Meriam s'est séparée de son mari en 2012. Celui-ci a été embrigadé par le Front al-Nosra, groupe djihadiste en lutte contre le régime de Bachar al-Assad. Elle l'a vu se radicaliser et embrasser les idéaux d'un islam extrémiste qui rejette sa position de femme et surtout exclut sa fille de son enfance


Encore un témoignage fort en émotion sur un sujet plus que jamais d'actualité. Lorsque j'ai lu "Dans la peau d'une Djihadiste", malgré que cela soit une enquête menée par une journaliste ça m'avait retourné de lire à quel point il est facile d'endoctriner les gens via les réseaux sociaux, le net et de connaitre les conséquences, et les risques que cette personne a pris sur sa propre vie pour dénoncer la réalité afin les gens connaissent  l'organisation de l'Etat Islamique. Alors lorsqu'un père  décide de mettre la vie de sa fille en danger sous prétexte d'idéaux non fondés et de radicalisation, cela me scandalise.

Meriam Rhaiem nous  explique comment son mari s'est progressivement radicalisé en échangeant sa vie social et professionnel  contre une vie d’extrémiste avec pour seul but de quitter la France, " Pays de mécréants" selon lui pour aller faire son Djihad  en Syrie. Alors que l'auteure s'oppose fermement à la vie que celui-ci voudrait lui faire mener ainsi qu'à leur fille, c'est à dire un islam pur et dur dans lequel la mixité de  l'école, les jouets à représentation  humaine, les berceuses... sont proscrit,  la séparation s'impose. Meriam Rhaiem repars vivre chez ses parents avec Assia alors âgée de 3 mois, celle -ci accepte les visites de son mari pour qu'il puisse voir leur fille,  tout se passe très bien pendant un moment, Meriam pense même que celui-ci est sur le bon chemin pour sortir de cet engrenage jusqu'au jour où il kidnappe la petite fille pour l'emmener droit en enfer.

Un témoignage poignant  d'une mère prête à tout pour sauver sa fille de l'enfer et dénoncer la montée de cette radicalisation entraînant avec elle la perte de nombreuses familles . Malgré la peur et la pression celle-ci à su se battre envers et contre tout pour voir sa fille grandir dans un univers sain, loin de la guerre et de la haine, loin de cet islam radical dans lequel son père préférait qu'elle meurt en martyr plutôt qu'elle revienne vivre sur le sol Français. A travers son témoignage Meriam, nous prouve à quel point il y'a encore du travail  à faire au niveau de la législation française, un besoin urgent afin de ne plus accepter les comportements extrémistes, de sensibiliser le public fragile face aux dangers de l'endoctrinement.

vendredi 5 juin 2015

Angie, 13 ans, disparue / Ecoute-nous


Auteur : Liz COLEY
Traducteur:  Valérie MALFOY
                  Editions : France Loisirs

                  Parution : janvier 2013
 Pages :382













En camp de vacances, Angie, 13 ans, disparaît... Elle revient chez elle, persuadée de s'être seulement égarée quelques heures. En réalité, trois ans se sont écoulés. Trois ans sans le moindre souvenir, si ce n'est de profondes cicatrices aux chevilles et aux poignets, et une étrange bague à l'annulaire. Tout laisse à penser qu'Angie a vécu l'enfer... Mais que s'est-il réellement passé ? Et pourquoi a-t-elle tout oublié ?


Je me suis découverte une grande passion  pour les thrillers psychologiques du coup, tout est bon pour en découvrir un nouveau à chaque fois que j'en finis un autre. Celui-ci était dans ma pile à lire depuis la fin de l'année 2014 donc il était temps de le sortir et maintenant que c'est fait, je me demande pourquoi j'ai attendu autant de temps ! 

L'histoire tourne autour d'Angie qui est revenue chez elle du jour au lendemain après 3 ans d'absence. La vie aurait pu reprendre tranquillement son cours mais c'est sans compter son amnésie et le fait que celle-ci   pense avoir  13 ans alors qu'elle en a officiellement 16 et qui ne se rappelle de rien. La course contre la monte commence afin d'obtenir le plus d'informations possible  et comprendre pourquoi Angie a perdu la mémoire.

Dès les premières pages nous assistons à l'enlèvement d'Angie qui était en train de camper avec les scouts et dès le début l'angoisse se met en place, on se doute que quelque chose ne tourne pas rond mais on est aussi loin de se douter de la tournure des événements.
Très vite lorsque Angie reprend un train de vie normal, des choses étranges se passent, elle  les sent, les voit, les entend mais ne sait pas ce qui les provoquent.  Tout en subtilité l'auteure nous fait avancer dans l'intrigue dans laquelle nous sommes autant perdu(e)s que les personnages de l'histoire. J'ai beaucoup apprécié le fait qu'on ne puisse rien deviner et le fait d'avoir la pression de se dire que cette histoire est une  bombe à retardement qui menace d'exploser à tout moment.

Cette histoire bien que fictive malgré que des situations comme celle-ci existent dans la réalité, nous  pousse à comprendre le fonctionnement d'une personne ayant subi ce genre de situation. On se rend compte que le corps humain est doté de nombreux  mécanismes se mettant en place afin de supporter, se protéger et qui sont aussi nécessaires à la survie, c'est vraiment fascinant.

Une histoire remplie de sujets lourds, de secrets inavouables, de malheurs mais aussi une histoire qui montre que rien est perdu lorsque l'espoir est là,alors si vous aimez ce genre d'ambiance pesante, angoissante, tendue jetez-vous sur ce roman !  

mercredi 3 juin 2015

L'histoire épatante de M.Fikry & autres trésors

Auteur : Gabrielle ZÉVIN
Traducteur:  Aurore GRUITRY
                  Editions : Fleuve Éditions

                  Parution : avril 2015
 Pages :246
Prix :  18.90 €













La vie est plus belle lorsqu'elle s'écrit à plusieurs. A.J. Fikry a l'un des plus beaux métiers du monde : il est libraire. Un libraire misanthrope et bourru qui file un mauvais coton depuis le décès de Nic, son épouse. Peu importe, livre ou être humain, il est devenu bien difficile de trouver grâce à ses yeux. L'irrésistible petite Maya va pourtant fendre son armure. Sa maman souhaitait qu'elle grandisse au milieu des livres et l'a donc laissée dans les rayons de l'unique librairie d'Alice Island. C'est ainsi qu' A.J., faussement récalcitrant, se retrouve à pouponner ce chérubin aussi malicieux que despotique. Et dans le sillage de ce duo improbable, tout leur entourage va découvrir que les aventures étonnantes, épatantes et émouvantes n'arrivent pas que dans les livres.


Gabrielle Zévin est une des auteur(e)s que j'adore, je pourrai acheter ses livres les yeux fermé, une valeur sûre pour moi depuis que j'ai lu il y'a des années de ça" une vie ailleurs" que je vous conseille au passage.

M. Fikry est un libraire aigri, ce qui a le don de le vieillir plus que de raison. La vie ne l'a pas gâté  et depuis le décès de sa femme, plus rien ni personne ne trouve grâce à ses yeux. Jusqu'au jour où Maya rentre dans sa vie, bien forcé de se faire une raison quant à l'avenir de la petite Maya, il la garde avec lui selon les souhaits de sa défunte mère, c'est alors que démarre une belle aventure rimant avec espoir, amour, et rencontres.

Dans cette histoire on découvre vite que M.Fikry n'est pas le mauvais bougre que l'on pourrait penser au premier abord, je dirai même que c'est un personnage haut en couleur qui ne manque jamais une occasion pour étonner son entourage. Difficile de ne pas se prendre d'affection pour ces personnages que la vie n'a pas épargné.

Une histoire parlant de livres, c'était forcément un livre qui allait m'intéresser et bingo!  Ce roman est une vraie pépite que l'on savoure page après page sans vouloir que celui-ci se termine. En plus d'être une belle histoire  plusieurs sujets sont mis en avant tels que le deuil, la solitude, l'amitié, l'amour, la famille mais aussi un sujet important  concernant les livres qui fait beaucoup parler de lui : les livres numériques. Les métiers autour du livre sont aussi représentés, cela nous permet de voir comment la vente de livre se déroule, la promotion d'un livre, la rencontre avec l'auteur... 

A noter également, l'originalité du livre avec au début des chapitres, des notes de M.Fikry avec des titres de romans, vous l'aurez compris ce trésor littéraire comportant de nombreuses références littéraires m'a complètement charmé, j'en suis totalement conquise!

"La vie est plus belle lorsqu'elle s'écrit à plusieurs"

"Nul homme n'est une île, chaque livre est un monde"