mercredi 30 septembre 2015

Marche ou crève

Auteur : Richard Bachman
Traductrice : France-Marie Watkins
                                            
                Editions :  Le Livre de Poche
                Editions 9 : Décembre 2004
 Pages : 382
Prix : 21.00 €












Garraty, un jeune adolescent natif du Maine, va concourir pour " La Longue Marche ", une compétition qui compte cent participants. Cet événement est très attendu. Il sera retransmis à la télévision, suivi par des milliers de personnes. Mais ce n'est pas une marche comme les autres, plutôt un jeu sans foi ni loi... Garraty a tout intérêt à gagner. Le contraire pourrait lui coûter cher. Très cher...


Un roman qui attendait depuis presque qu'un an et demi dans ma PAL et que j'ai sorti,  sans trop le prévoir. J'avais envie d'un bon roman de Stephen King, le moment était donc venu d'en savourer un !

Marche ou crève est un roman d'anticipation dystopique de  Stephen King paru sous son  pseudonymme Richard Bachman en 1979. Comme d'habitude les histoires de Stephen King sont loin d'être un long fleuve tranquille,  et celui-ci ne déroge pas à la règle. 

Sans concession, l'auteur nous  présente un jeu inhumain présenté au grand public dans lequel le but du jeu pour les participants est de marcher le plus possible, sans arrêt possible, et en ayant une allure obligatoire de  6.5 km/h. Cent garçons participent à cette course et à la fin il ne doit en rester qu'un...

Nous suivons notre protagoniste, au fil des pages, jour par jour et au fur et à mesure que le temps passe la tyrannie s'installe, certains participants se rendent compte des enjeux et commencent à éprouver un sentiment d'angoisse. Stephen King est vraiment le roi pour arriver aisément  à submerger d'horreur  ses lecteurs. Si certains passages m'ont paru longs, je suis pour le moins satisfaite par le suspens et aussi par les sujets mis en avant par l'auteur car au delà de l'horreur, notre protagoniste  se lie d'amitié avec d'autres participants, ce qui les amèneront ensemble à se poser des questions sur la vie, et surtout à  faire preuve de  solidarité alors que le let motiv de ce jeu est "marche ou crève".

Bien sûr en lisant ce livre,  j'ai pensé à Acide sulfurique d'Amélie Nothomb car tous les deux dénoncent les dérives des jeux inhumains dans notre société, on peut dire qu'en 1979 Stephen a  fait preuve de clairvoyance en écrivant ce roman.

mercredi 23 septembre 2015

Anna Pencoat

Auteur : Catherine Ganz-Muller
                                            
                  Editions :  De borée
                Parution : Juillet 2015
 Pages : 382
Prix : 21.00 €













Une « tête de bois » - c'est la signification de son nom - mais une tête bien faite ! Ainsi pourrait-on présenter Anna Pencoat. Rejetant le destin tout tracé par sa mère, à commencer par un mariage arrangé avec ce bougre de Yann, Anna quitte les travaux des champs pour poursuivre ses études. Elle va être aidée en chemin par Rose, la nouvelle institutrice, Constance, une citadine passionnée de mode, et sa tante Blanche, ouvrière en première ligne des luttes sociales. Toutes trois vont la guider et la soutenir dans sa soif d'apprentissage et son désir d'une vie meilleure. Mais qu'est-ce qui pourrait arrêter Anna ?


Je remercie chaleureusement les éditions De Borée pour cette belle lecture Bretonne, ainsi que pour leur confiance.

C'est sans aucune difficultés que je me suis plongée dans cette histoire qui nous fait repartir dans le passé, avec une héroïne qui met tout en oeuvre afin d'éviter un mariage  arrangé et qui va avec courage s'opposer à sa mère pour ne pas se conformer à un mode de vie imposé et dépassé. Anna va croiser la route de 3 femmes qui vont la conforter et la pousser  dans sa décision de s'émanciper afin d'avoir une vie meilleure.

Anna Pencoat est un roman dans lequel  la vie des familles au sein des terres Bretonnes lors de l'après guerre (14/18), ainsi que la condition des femmes à cette époque sont bien retranscrites. Ce roman porte la voix de 3 femmes émancipées ce qui était rare à l'époque puisque la femme était faite pour se marier, avoir des enfants, s'occuper de leur maison,  leur  ferme quand il y'en avait mais elles n'avaient pas accès à l'instruction et forcément ne pouvaient pas se défendre. 

C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai suivi le parcours d'Anna vers sa nouvelle vie, une héroïne attachante qui sait ce qu'elle veut et qui n'hésite pas à tenir tête à sa mère,  malgré les difficultés elle va de l'avant et on ne peut que l'encourager, tout au long de ma lecture j'étais impatiente de voir la tournure de l'histoire. La présence des 3 femmes donne un coup de fraîcheur à l'histoire puisqu'en plus d'Anna on les suit dans leur vies parfois mouvementés mais surtout parce que ce sont 3 protagonistes qui sont bien différentes les une des autres avec un point commun qui les réunit  : l'émancipation, et le fait qu'elles finissent toutes par se croiser et se lier d'amitié apporte un point positif supplémentaire à l'histoire.

Une excellente découverte,  je n'ai pas vu le temps passé, j'ai beaucoup apprécié l'écriture de l'auteure, un peu moins le dialecte Breton mais c'est ce qui donne à l'histoire plus de profondeur. A lire en compagnie de bons caramels  de beurre salé, n'hésitez pas, laissez vous tenter...

samedi 19 septembre 2015

Ma fille, qui es-tu ?

Auteur : Margaret Leroy
Traductrice: Laure Manceau
                                            
                  Editions :  Le Livre de Poche
                Parution : Novembre 2011
 Pages : 422
Prix : 6.95 €










À Londres, Grace élève seule sa fille de quatre ans, Sylvie. Depuis peu, le comportement de l'enfant l’inquiète: violentes crises de colères, phobie de l'eau et cauchemars terrifiants se succèdent. Quand Sylvie tombe sur une photo de Coldharbour, un petit port irlandais, elle affirme à sa mère y avoir déjà vécu. Et elle veut rentrer chez elle. Délire d'une enfant perturbée ou souvenirs d'une vie antérieure ? Grace, déboussolée, se tourne alors vers Adam, un jeune professeur de psychologie. Tous trois embarquent pour un singulier voyage à Coldharbour, pour une enquête dans le temps, angoissante et brutale. Et si les ombres du passé rôdaient encore, menaçant Sylvie ?


Croisé au détour d'une brocante ce thriller m'a tout de suite fait de l’œil grâce à sa couverture mais aussi grâce à son résumé alléchant, puisque la réincarnation est un sujet qui m'intrigue beaucoup.

L'histoire débute avec Grace,  mère célibataire, débordée par le comportement de sa fille de 3 ans  Sylvie. Dépassée par les événements elle ne comprend plus sa fille  qui la repousse sans cesse et qui au lieu de l'appeler "Maman" se contente de l'appeler "Grace". Alors que celle-ci s'obstine à dire que sa maison et sa famille sont  ailleurs, Grace va prendre la décision de contacter Adam Winters chercheur dans le domaine  de la réincarnation, et c'est à partir de là qu'ils vont tous les 3 décider de partir en Ireland à Coldharbour afin de mener une enquête et sauver Sylvie de ses démons.

La psychologie des personnages est vraiment chouette, et petit à petit on s'installe dans un thriller qui sait nous tenir en haleine, pas de super rebondissement en vue mais une intrigue très bien menée et qui tient la route jusqu'au bout même si certains éléments sont un peu tirés par les cheveux et prévisibles et que la fin a été bâclée selon moi, la fin arrive brutalement et n'est pas assez développée comme il aurait été nécessaire qu'elle le soit.

L'écriture de l'auteur est fluide  et agréable à lire, l'histoire est bien ficelée malgré les quelques bémols cités au dessus, c'est avec beaucoup d’intérêt que j'ai dévoré ce livre en quelques heures,  si comme moi  la réincarnation vous intrigue alors lancez-vous vous ne serez pas déçu(e)s.

vendredi 18 septembre 2015

La faute

Auteur : Paula Daly
Traductrice: Floriane Vidal
                                            
                  Editions :  Pocket
                Parution : Juin 2015
 Pages : 407
Prix : 7.70 €










Ses trois enfants, son mari et son travail au refuge pour animaux ne laissent guère de temps à Lisa Kallisto. Ou juste assez pour culpabiliser et envier la vie parfaite de sa voisine et amie Kathy. Un soir, alors que la fille de Kathy doit justement venir dormir chez eux, l'adolescente disparaît sans que Lisa, trop débordée, ne réalise son absence et prévienne sa mère. C'est le début du cauchemar. Et si Lucinda ne revenait pas ? Et si elle avait été enlevée, comme cette autre jeune fille retrouvée errant, à moitié nue et complètement traumatisée, dans les rues de la ville ? Lisa en est persuadée : tout cela est sa faute. Et elle doit maintenant la réparer. 


Un thriller comme je les aime,  pleins de mystères, de secrets et une intrigue qui tient la route jusqu'à la dernière page, vous l'aurez compris j'ai adoré !

Nous sommes plongés au coeur d'une tourmente familiale mais aussi amicale, puisque Lisa devient le bouc émissaire de Kate ainsi que de sa famille, tout est bon pour l'accabler de reproches, on ne peut s'empêcher de ressentir un sentiment d'injustice, parce qu'on le comprend dès le début Lisa est une femme fragile, se donnant corps et âme pour sa famille et son travail et juste la seule fois où elle faillit en manquant de vigilance le ciel lui tombe sur la tête.  

L'intrigue est géniale et nous tient en haleine tout au long du récit même si certaines indications nous mettent sur le chemin de la vérité. En effet lors de l'interrogatoire du mari de Kate, il nous fait certaines révélations et donc  on comprend rapidement qui pourrait être coupable même si des doutes  persistent quand même jusqu'à la fin.

Ce roman a des similitudes  avec Derrière la haine de Barbara Abel,  et Notre mère de Koren Zailckas, 2 thrillers qui nous proposent des  ambiances pesantes,  avec des rapports conflictuels au sein de la famille mais aussi du côté des amis. La faute est dans la lignée de ces 2 autres romans puissants qui ont le don d'avoir des personnages quelconques qui pourraient être monsieur et madame tout le monde.

Un très bon  premier thriller de qualité, dans lequel un message à propos de l’infaillibilité, nous est transmit par l'auteure, parce que oui en tant qu'humain personne n'est à l'abri d'une faille qui pourrait aboutir sur un événement malheureux.

mardi 15 septembre 2015

Anne F

Auteur : Hafid AGGOUNE
                                            
                  Editions :  Plon
                Parution : Août 2015
 Pages : 145
Prix : 15.90 €












Après un attentat commis par l'un de ses élèves, qui réveille les plus sombres heures de la vieille Europe, un professeur est au bord de l'effondrement.
Rongé par la culpabilité, décidé à en finir, il redécouvre un soir le Journal d'Anne Frank ; bouleversé par son actualité et sa vivacité, il se met à écrire à sa « petite soeur juive » disparue à quinze ans à Bergen-Belsen.



Anne F, un livre de la rentrée littéraire qui ne peut laisser personne indifférent de par le thème abordé, mais aussi pour la figure emblématique qu'est Anne Franck.

A travers ce roman, l'auteur nous embarque au cœur du désespoir d'un professeur suite à un  attentat commit par un de ses élèves, un élève en qui il croyait et qui malheureusement a dévié du côté obscur. Un soir alors qu'il décide de mettre fin  à ses jours, il redécouvre le journal d'Anne Franck et commence une longue lettre dans laquelle il lui expose son ressenti à vif. 

Cette lettre va être l'occasion  pour lui de raconter à Anne sa vision de notre monde parfois cruel  qui s'est particulièrement noirci ces dernières années, il va également parler de son enfance et de son père, son amour pour la littérature depuis son plus jeune âge ce qui l'a sauvé et amené à exercer ce métier de professeur de Français afin d'aider des jeunes et leur transmettre son savoir ainsi que le goût de la lecture.

On sent aux fils des mots que le narrateur est un homme bouleversé et rempli de culpabilité devant le drame qui vient de se  produire, tourmenté il essaye de trouver auprès du journal d'Anne Franck, l'espoir qu'elle gardait, et le courage dont elle a dû faire preuve pendant cette maudite guerre, quand il a fallu vivre caché, subir des privations, des injustices, et lorsqu'elle a dû affronter la déportation dans un camps de concentration, où elle y a malheureusement trouvé la mort.

Magnifique beau, voilà ce qu'on peut dire de ce roman. En mettant en place cette stratégie épistolaire, Hafid Aggoune a fait un merveilleux travail et redonne vie à Anne Franck en  lui rendant un très bel hommage avec une écriture mélodieuse et rythmée.
L'auteur décrit parfaitement  ce que la lecture peut représenter, une échappatoire, une ouverture sur le monde  et le savoir que l'ont peut  acquérir à travers les livres que l'on peut ensuite transmettre autour de nous. La transmission du savoir rien de plus sacré !

Anne F  une ode à la vie,  à l'espoir, au courage, à l'ouverture d'esprit... Une belle leçon d'humanité que je vous incite vivement de découvrir à travers ce roman !

Un des plus beaux livres de la rentrée littéraire à ne pas louper.

dimanche 13 septembre 2015

Pardonnable Impardonnable

Auteur : Valérie TONG CUONG

                                                 
                  Editions :  Jc Lattès

                Parution : Janvier 2015
 Pages : 300
Prix : 19 €






Un après-midi d'été, Milo, douze ans, fonce à vélo sur une route de campagne. L'ivresse de la descente, un virage, et c'est la chute.
Tandis que l'enfant se bat pour sa vie, c'est toute sa famille qui vole en éclats. Milo était censé réviser ses cours d'histoire. Que faisait-il sur cette route ? Chacun cherche le coupable, mais personne n'est innocent.



Valérie Tong Cuong, une auteure que j'avais découverte  avec un de ses romans intitulé L'atelier des miracles, une belle découverte puisqu’à ce jour il fait partie de mes livres préférés, et ayant  découvert d'autres romans de l'auteur qui m'ont tout aussi charmée je ne pouvais pas passer à côté de cette nouvelle pépite !

Pardonnable, impardonnable, c'est un roman qui porte la voie de plusieurs personnages proches de Milo : Céleste sa mère, Lino son père, Jeanne sa grand-mère et Marguerite sa tante adorée. Tour à tour chaque personnage va prendre la parole pour nous parler de l'accident, mais surtout du passé et de cette plaie béante que représente cette famille.
Composé de cinq parties : la colère, la haine, la vengeance,l'amertume et enfin le pardon ce roman nous transporte au coeur d'un drame familial, d'une famille noyée par des années de lourds secrets, de mensonges, de trahisons il aura fallu ce  terrible accident pour que celle-ci perde pied et fasse remonter à la surface toutes ces erreurs commises.

Aussi bizarre que cela puisse paraître,  Milo ne représente qu'une infime partie de l'histoire et même si on peut suivre régulièrement son évolution après le drame, les 3/4 du roman sont destinés aux autres personnages et à leurs secrets et mensonges déterrés. 

Au fil des pages, nous apprenons d'où sort ce titre mystérieux, pardonnable, impardonnable 2 mots évoquant un jeu entre Milo et sa tante Marguerite effondrée par l'accident puisque Milo représente tout pour elle. On ne peut s'empêcher d'avoir de l'empathie pour ce personnage rejeté par sa mère, maltraité par la vie qui au final n'est pas si mauvais que ça. J'ai par contre détesté le personnage de Jeanne beaucoup trop égoïste et un brin manipulatrice, qui même devant le malheur est prête à continuer d'envenimer une situation déjà laborieuse.

Encore une fois Valérie Tong Cuong nous offre, un roman  avec des personnages torturés, décrits avec justesse sans trop en faire, j'aime son écriture pleine d'humanité, touchante, qui se dévore en quelques heures. Comme d'habitude j'aime, j'adore j'adhère et j'ai hâte de renouveler l'expérience avec un autre de ses romans.


vendredi 11 septembre 2015

Louis XIV : Vérités et légendes

Auteur : Jean-François SOLNON

                                                 
                  Editions :  Perrin

                Parution : Juin 2015
 Pages : 280
Prix : 14.90 €











Dans l'imaginaire collectif, Louis XIV est le roi par excellence. Un Roi-Soleil orgueilleux qui a marqué de son empreinte le monde des arts et des lettres et domestiqué sa noblesse en l'asservissant à Versailles. Un monarque absolu, indifférent à son peuple, soumis aux désirs de ses maîtresses, qui aurait trop aimé la guerre et ainsi ruiné la France. Or, cette vulgate recouvre bien des légendes qui sont surtout des mensonges...  


Je remercie chaleureusement les Editions Perrin pour la découverte de cet ouvrage.

Le 1er septembre 2015 a été signe de rentrée pour la majorité d'entre nous, mais c'était aussi  le 300 ème anniversaire de la mort de Louis XIV alias Louis le grand ou encore le Roi-Soleil décédé à Versailles le 1er septembre 1715. Roi connu pour avoir eu l'un des plus longs règnes de l'histoire d'Europe mais aussi le plus long règne de l'histoire de France qui a duré précisément 72 ans.

Cet ouvrage comporte 38 chapitres, dans chaque chapitre Jean-François Solnon se pose et répond  aux principales questions  sur Louis XIV et son règne. L'organisation des chapitres est intéressante puisqu'elle permet au lecteur de choisir l'ordre dans lequel il souhaite découvrir les questions, c'est en tout cas de cette manière que j'ai procédé et j'en suis complètement satisfaite. J'ai passé un excellent moment de lecture en découvrant des vérités sur ce roi vu comme un roi sale et n'ayant pris qu'un seul bain dans sa vie, alors qu'en réalité il aimait fréquenter l'établissement d'un baigneur Parisien, il aimait également les bains extérieurs pour lesquelles une organisation pointue était à chaque fois au rendez-vous. Surprise aussi de découvrir que Louis XIV n'aimait pas Paris, et était un amoureux de la campagne. Tout un tas d'informations enrichissantes abordées avec beaucoup de justesse par l'auteur, nous faisant à travers cet ouvrage une bonne piqûre de rappel historique en nous rappelant qui était vraiment Louis XIV, un roi soucieux d'accomplir en permanence son devoir de Monarque Absolu.

Je tiens aussi à parler de la couverture  du livre que je trouve très belle avec ses couleurs et la gravure d'Israël Silvestre mettant en scène Louis XIV en empereur romain aux Tuileries.

Je conseille vivement cet ouvrage historique  enrichissant qui je suis sûre, vous fera découvrir beaucoup de choses sur ce célèbre Monarque !


jeudi 10 septembre 2015

La maladroite

Auteur : Alexandre SEURAT

                                                    
                  Editions :  du Rouergue

                Parution : Août 2015
 Pages : 121
Prix : 13.80 











Inspirée d'un fait réel, l'histoire retrace le parcours d'une fillette maltraitée. Alors qu'un avis de recherche est lancé après la disparition de Diana, une enfant de 8 ans, l'ancienne institutrice de la petite fille est persuadée qu'elle n'a pas été enlevée, mais tuée par ses parents.


Pour un premier roman, Alexandre Seurat fait fort et traite à travers ce roman le douloureux sujet de la maltraitance infantile.

Cette histoire relate la vie de Diana, une petite fille abandonnée à la naissance par sa mère, puis récupérée par celle-ci, pourquoi? c'est la question que je me suis posée tout au long du roman. Pourquoi avoir récupéré sa fille pour lui faire vivre ce calvaire sans nom? 
Dès le départ le ton est donné, nous savons à quoi nous en tenir quant au pronostic vital de la fillette.

Tout au long de ces 121 pages, la narration est faite d'alternance entre les points de vue, des personnes qui ont connues Diana, sa grand-mère, sa tante, ses institutrices, les directrices d'écoles... un style narratif intéressant puisque cela apporte davantage d'informations sans tarder. 

A travers ces témoignages le portrait de Diana est dressé, on apprend alors que c'est une petite fille souriante, vu comme maladroite pour cacher la maltraitance  dont elle est victime, suppliant les autres enfants de jouer avec elle, manipulée par ses parents, tellement sous l'emprise de ses parents que l'enquête mise en route restera vaine. Lenteur administrative, un père manipulateur et sûr de lui, des spécialistes trop confiants, une déchéance totale devant laquelle la petite fille doit faire face au péril de sa vie.

L'auteur a tapé juste pour  attirer l'attention des lecteurs sur son roman en évoquant un sujet malheureusement d'actualité, court mais direct, sans concession, c'est ce qui fait la force de son écriture accrocheuse et puissante !

mardi 8 septembre 2015

Acide Sulfurique

Auteur : Amélie Nothomb

                                                    
                  Editions : Le livre de Poche

                Parution : Avril 2007
 Pages : 213
Prix : 5.90 










Vint le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus : il leur en fallut le spectacle.
A.N.


Je poursuis ma découverte des livres d'Amélie Nothomb avec ce roman qui peut aisément être qualifié de trash, une histoire pour le moins pleine de réflexions intéressantes que j'ai dévorée en quelques heures seulement.

Nous voici arrivés dans un jeu de télé réalité intitulé  "concentration", le but de cette téléréalité est de rafler des personnes quelconques et les enfermer dans un camps... un camps de concentration rempli de caméra grâce auxquelles les téléspectateurs pourront suivre la vie du camps.

Une lecture qui m'a mise mal à l'aise au début puisque j'ai eue du mal à imaginer  l'organisation d'une telle télé réalité se déroulant dans un camps de concentration mais plus j’avançais dans l'histoire et plus j'ai compris où  l'auteure voulait en venir en écrivant ce roman. Les télés-réalités font  tabac sur nos écrans de télévisions, on ne peut s'empêcher de faire rapidement un rapprochement, entre celles-ci et celle mise en avant à travers ce livre, Amélie Nothomb fait une très bonne analyse sur les motivations des téléspectateurs à visionner ces émissions, des motivations qui ne sont pas saines, puisque les téléspectateurs sont attirés pour la plupart par les clashs à répétition qui donnent souvent lieu à des records d'audience.

 L'auteure évoque également avec beaucoup de justesse,  les notions du beau et du moche, du bien et du mal,  en définitive on ressort de ce livre la tête pleine de réflexions, grâce au style d'Amélie Nothomb qui ne nous épargne pas. Roman court mais efficace à mettre en toutes les mains des amateurs de ce style d’émission.