dimanche 31 janvier 2016

Merveilles & légendes de Korrigans

Auteur :  Pascal Moguérou
 Editions : Au bord des continents
Parution :  avril 2014














J'adore les ouvrages des éditions Au bord des continents,  toujours très abordables niveau prix, l'ensemble des livres sont vraiment d'une qualité et d'un charme indéniable, c'est vraiment un plaisir de pouvoir les exposer dans une bibliothèque !

Ma passion pour les contes et légendes me poursuit depuis l'âge de 8 ans, j'étais déjà une lectrice assidue et lors d'un voyage en classe de mer à Paimpol (22), le soir il y'avait une veillée durant laquelle un conteur nous racontait tout un tas d'histoires provenant de légendes & contes Bretons. J'ai tellement aimé que je suis restée attachée à tout ce petit monde captivant. Bon le fait d'habiter à côté de la forêt de Brocéliande et d'y avoir été maintes et maintes fois à sûrement contribuer également mais toujours est-il que c'est toujours un plaisir pour moi d'acquérir un nouvel ouvrage contenant une histoire de Korrigans, d'elfs, de fées.... je suis toujours sûre de passer un bon moment.

Pour mon challenge un mois/ une consigne il fallait lire un livre édité en 2014 alors je me suis tournée vers celui-ci.

Ce livre est un mélange de légendes du monde des Korrigans, chaque légende ne fait que quelques pages et  est agrémentée de magnifiques illustrations, un régal pour les yeux, un bon moment de rêves parce que tous les Korrigans ne sont pas mauvais on peut s'en apercevoir au détour de certaines légendes. Ma préférée est celle du bébé échangé dont l'illustration est juste divine et la finalité de l'histoire également. Il est question d'un Korrigan ayant pris possession d'un bébé, la marraine de l'enfant s'en étant aperçut décide de faire un échange  qui au final ne plaira pas tant que ça à ce sacré Korrigan, qui s'est bien fait avoir.



Si comme moi vous aimez, ce genre de beaux livres, illustrés alors n'hésitez pas ces livres sont faits pour vous !


jeudi 28 janvier 2016

Une scandaleuse affaire

Auteur :  Anita Shreve
 Editions : France Loisirs
Parution :  août 2011














Le lycée Avery, prestigieuse pension de Nouvelle-Angleterre, est sous le choc depuis la découverte d'un film. Sur cette vidéo, les ébats sexuels de quatre élèves : trois garçons, ivres, et une fille de quatorze ans. Telle la boîte de Pandore, la cassette, dont le contenu circule bientôt sur internet, va libérer les secrets d'une petite communauté apparemment sans histoire, entre mensonges, adultères, hypocrisies, jalousies, culpabilité... La machine à broyer médiatique est en marche, n'épargnant personne, ni les adultes, ni les élèves, jusqu'au drame...


Si j'ai choisi ce livre, c'est un peu au hasard, histoire de respecter le challenge Pari tenu crée par Hylyrio pour lequel j'ai décidé de participer cette année, un de mes objectifs est d'alterner anciens et récents livres arrivés dans ma PAL, et le tour était  venu pour un ptit nouveau d'être lu.

Ce livre a tout ce que j'aime : une bonne histoire de drame qui trempe dans notre actualité, une narration à plusieurs voix comme je les aime, une écriture vraiment efficace et sympathique à lire, bref j'ai passé un super moment.

Suite à la découverte de cette fameuse vidéo, les langues vont se déliées et la narration alternant entre les différents points de vue des personnages (directeur, parents, élèves..), concernés par cette vidéo va nous permettre d'avoir un portrait de la situation  très approfondi. Chaque point de vue nous apporte un témoignage qui va nous aider à comprendre comment et pourquoi cette vidéo en est venue à être créée, à faire connaissance avec les différents protagonistes mais aussi cela permet de voir la vraie face de cette communauté dite sans histoire. Cette vidéo joue un rôle majeur dans l'histoire mais elle n'est finalement que la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Certains personnages sont vraiment agaçants, pour eux ils ne sont responsables de rien  tout est de la faute de la fille qui est soit disant venue aguicher les gars,  tout le monde se rejette la balle histoire de se dédouaner et ne pas assumer même les parents  trouvent toutes les excuses possibles et inimaginables à leur progéniture, rien de surprenant il fallait s'y attendre. Mais autant dire qu'il y'a des baffes qui se perdent.

Ce que j'ai aimé avec cette histoire, c'est que quand bien même fictive elle colle parfaitement à notre réalité et aurait très bien  pu être un témoignage. L'auteure dénonce en priorité le comportement d'une  jeunesse dorée qui n'a pas de limite, qui ne saisit pas les dangers du net  et tous les problèmes que l'alcool, la drogue,  les orgies en tout genre peuvent  provoquer. Anita Shreve brise les apparences de cette communauté pleine de vices, qui une fois dévoilés au grand jour démontrent que les apparences sont trompeuses et que rien n'est jamais parfait surtout au sein d'une communauté.

dimanche 24 janvier 2016

La petite Suzanne

Auteur :  Roger  Judenne
 Editions : De Borée
Parution :  septembre 2015














Pour suppléer son mari blessé à la guerre, Joseph, et élever Pierre, deux ans, et Jeanne, trois mois, Rosine devient nourrice de Suzanne, pupille de l'Assistance publique. Mais l'enfant meurt prématurément, au grand désarroi de la famille qui en vient à un acte insensé : substituer Jeanne à Suzanne. Les années passent et la peur que l'inspection découvre l'imposture s'estompe… jusqu'au texte de loi du 19 juin 1923 qui régit l'adoption des mineurs. Un riche couple parisien, sans enfants, porte son choix sur Jeanne-Suzanne au grand désespoir de Rosine et de Joseph qui vont devoir se lancer dans une course à l'adoption de leur propre fille… au risque de la perdre à jamais.


C'est le résumé qui m'a totalement charmée, parce que comment ne pas être intéressé par ce qui  est écrit hein?  Difficile n'est-ce pas? En tout cas j'ai fait des pieds et des mains pour  trouver ce livre, oui parce qu'habitant dans une ville sans librairie et avec un Espace Culturel dans lequel on ne trouve jamais rien, vive internet du coup une fois reçu je l'ai dévoré.

Cette histoire nous plonge dans l'époque de l'après grande guerre, période pendant laquelle les femmes ont dû remplacer leur mari pour maintenir financièrement l'équilibre de la famille afin de ne pas tout perdre. C'est le cas de Rosine, sur le point de perdre sa ferme, elle va prendre une décision qui pourra sauver sa famille de la faillite : Accueillir une pupille de l'Assistance Publique. 

Le gros défaut de ce livre est le résumé qui dit tout et qui selon moi gâche l'histoire, l'effet de surprise n'étant pas là, avant de commencer l'histoire on sait déjà à quoi s'en tenir, la seule chose qu'on ne sache pas est la finalité de l'histoire, et c'est selon moi bien trop léger puisque entre temps on doit faire face à de bonnes longueurs. 

Le plus intéressant dans ce livre est le côté historique de l'histoire. A travers cette histoire on en apprend davantage sur le quotidien des femmes à cette époque d'après guerre, les situations difficiles auxquelles elles sont confrontées en l'absence de leurs maris et d'un autre côté nous apprenons beaucoup de choses  sur les pupilles de l'Assistance Publique,  leurs vies lors de leurs placements, les lois qui les concernent et enfin nous faisons connaissance avec le métier d'Inspecteur de l'Assistance Publique. Toute cette partie sauve vraiment le reste de l'histoire qui est vraiment plate étant donné que l'on connait en avance les événements qui vont se produire, le potentiel était pourtant présent avec une histoire forte.

Une lecture très mitigée limite décevante, qui aurait pu être encore plus intéressante si le résumé ne dévoilait pas autant d'informations, heureusement le côté historique très enrichissant ne nous laisse pas "bredouilles".


vendredi 22 janvier 2016

Brainless

Auteur :  Jérôme Noirez
 Editions : Gulf Stream
Parution :  mai 2015













Jason, adolescent médiocre surnommé Brainless, habite Vermillion, petite ville du Dakota du Sud où la jeunesse s’ennuie. Tous les jours, Brainless se fait une injection de formol, pour ne pas pourrir. Depuis qu’il est mort, étouffé par une ingestion massive de maïs, les deux hémisphères de son cerveau peinent à communiquer. Son estomac ne digère que de la viande crue. Il a cessé de dormir et de respirer. En dehors de cela, son quotidien n’a pas beaucoup changé depuis qu’il est atteint du SCJH – le syndrome de coma homéostasique juvénile, une nouvelle maladie touchant les adolescents, de plus en plus répandue aux États-Unis – depuis qu’il est un zombie, autrement dit... Il lui arrive seulement, de temps à autres, de se demander quel goût a le cerveau humain. Mais parmi ses camarades de classe, certains ont des projets bien plus macabres.


Ce roman, qu'est ce que j'ai attendu avant de pouvoir enfin le lire, dès le moment où je l'ai vu pour la première fois je le voulais absolument, plusieurs mois après c'est fait, comme quoi dans la vie ne jamais désespérer  :D

On peut dire que j'ai tout aimé dans cette histoire que ce soit les personnages mais aussi l'ambiance au lycée avec un proviseur complètement déjanté et intolérant qui n'hésite pas à voler dans les plumes du premier élève qu'il croise et c'est encore pire lorsqu'il s'agit d'un élève subvivant (zombie), il n'attend qu'une chose de ces élèves là, qu'ils commencent à s'intéresser à la chair humaine pour pouvoir s'en débarrasser. Quant à Brainless il va tout doucement prendre le rythme et  va se faire des ami(e)s alors qu'il n'en avait pas dans sa vie précédente, une belle évolution inattendue je l'imaginais en mode vengeance contre les élèves l'ayant maltraités avant, mais les règlements de comptes ne sont pas au rdv.

Les chapitres alternent entre une narration externe  dans laquelle on suit Brainless tout fraîchement rentré au lycée  et les confessions de celui-ci nous exposant les événements passés. Sous des aspects parfois glauques et comiques, l'histoire nous emmène droit  vers le genre de tragédie qui frappe souvent les lycées aux  Etats-Unis, une pointe de réalité que l'on ne voit pas venir, une occasion aussi de nous prouver que les apparences peuvent être trompeuses et que les gentils/méchants ne sont pas forcément ceux que l'on pense.

Brainless est le roman le plus loufoque dans son style et de tous les temps que j'ai pu lire, l'histoire est complètement décalés et hors norme, j'aime beaucoup cette piqûre d'originalité dont  fait preuve l'auteur, parce que quand même ce n'est pas tous les jours que l'on fait la connaissance d'un personnage fictif obligé de manger de la viande crue, traverser toute sa ville pour pouvoir trouver une boucherie vendant du cerveau et de s'injecter du formol pour garder un aspect physique potable, pas vrai? Nous avons affaire à un excellent mélange d'horreur et de comédie avec une pointe de réalité, rien de tel pour passer un excellent moment de détente et le meilleur dans tout ça, c'est qu'au fil de la lecture nous n'avons aucun mal à se faire le film de ce que l'on est en train de lire, et franchement  c'est du très très bon. 

Je conseille évidemment, l'originalité ne peut pas passer inaperçue. 


dimanche 17 janvier 2016

Un étranger dans la maison

Auteur :  Patricia Macdonald 
 Editions : Le livre de poche
Parution :  avril 2010














Paul, un enfant de quatre ans, est enlevé dans le jardin de ses parents près de New York. Onze années plus tard, alors que seule la mère de Paul demeure persuadée que son fils est vivant, celui-ci est soudain retrouvé et rendu à ses parents. Mais le ravisseur, personnage à l'esprit dérangé, court toujours, et quelle terrible vérité se cache derrière ces malaises lui assaillent Paul et le laissent chaque fois épuisé ?... Que s'est-il passé exactement onze ans plus tôt, et pourquoi l'angoisse ressurgit-elle avec encore plus de violence ?


Après avoir découvert et  apprécié La soeur de l'ombre de cette auteure, je me suis dit que j'allais partir à la découverte de sa bibliographie et mon intérêt s'est porté sur ce thriller au résumé plutôt intéressant.

Les histoires d'enlèvement m'intriguent mais elles m'intriguent encore plus lorsqu'un retour a lieu c'est toujours surprenant de savoir qu'un personnage a disparu en bas âge et revient plusieurs années plus tard. C'est ce qui va arriver à Paul, disparu sans laisser de trace, cette disparition a laissé ses parents dans l'incompréhension la plus totale mais un revirement de situation va faire revenir Paul chez ses parents sans qu'il ne puisse expliquer ce qui lui est arrivé dans un premier temps.

Comme d'habitude avec les thrillers de Patricia Macdonald il ne faut pas s'attendre à quelque chose d'énorme je compare même ses histoires à des téléfilms de M6  agréables et sans prise de tête, devant lesquels on passe un bon moment  on est content et c'est bien le principal, c'est ce que j'ai ressenti pour cette histoire. Rien de faramineux donc mais une bonne intrigue tout de même, on s'aperçoit que les apparences sont trompeuses et que les voisins  aux abords très sympathiques peuvent cacher  de lourds secrets et continuer de faire comme si rien ne s'était passé. L'histoire de l'enlèvement de Paul est surprenante, elle  l'est d'autant plus que l'on apprend que le petit garçon n'a pas seulement été victime d'un enlèvement mais le dénouement est un peu tiré par les cheveux à mon goût.

J'ai passé un bon moment avec ce livre même si certains détails dans le déroulement de l'histoire m'ont dérangés et m'ont rendu  sceptique, ceci dit j'ai d'autres thrillers de cette auteure dans ma PAL je continuerai donc avec grand plaisir mes découvertes.


vendredi 15 janvier 2016

Les intrus

Auteur :  Lauren Oliver
 Editions : Hachette
Parution :  octobre 2015














À la mort de Richard Walker, un vieil homme solitaire, acariâtre et très riche, son ex-femme, ses deux enfants et sa petite-fille retournent dans la maison familiale pour la succession. Mais la bâtisse est hantée. Hantée par des souvenirs d’enfance qui ressurgissent à mesure que les nouveaux arrivants se réapproprient les lieux. Hantée également par de vrais fantômes qui observent et commentent les agissements de chacun, en espérant qu’un jour, enfin, ils pourront quitter les lieux à tout jamais. La très guindée Alice et la cynique Sandra, toutes deux mortes depuis longtemps, sont peu disposées à laisser la place aux nouveaux occupants.


J'adore les histoires qui se déroulent dans des lieux hantés, et encore plus quand les fantômes cohabitent avec les vivants et partagent avec nous leurs visions des choses. C'est pour toutes ces raisons que je n'ai pas hésité à me procurer ce roman  malgré les avis très mitigés et ma foi j'en ressorts pas si déçue que ça !

L'histoire est composée des voix de plusieurs personnages, d'un côté les vivants :
 Caroline l'ex femme de Richard Walker, alcoolique et pas tellement en phase avec elle même, avec une tendance à disjoncter
Minna la fille aînée du défunt, un peu à côté de la plaque aussi, entretenant des relations bizarres avec les hommes et portant un lourd secret
Trenton le fils cadet du défunt, renfermé sur lui-même et socialement  exclu par ses camarades, il ne s'entend pas avec sa mère et en arrivant dans la maison de son père il n'a qu'une idée en vue : se suicider
et enfin la petite Amy la fille de Minna encore trop jeune pour comprendre ce qu'il se passe autour d'elle et se posant beaucoup de questions.
et puis de l'autre côté,il y'a aussi les voix des fantômes Sandra et Alice  qui n'hésitent pas à commenter  les faits des vivants et on peut le dire elles n'y vont pas de main morte surtout Sandra la plus mauvaise qui n'hésite pas à prendre la parole à tord et à travers pour critiquer les vivants qui viennent les déranger. 

Il est vrai que nous avons affaire à une histoire particulière dans un cadre original l'intrigue est très décousue et il faut vraiment s'accrocher pour suivre notamment avec tous les personnages qui arrivent et qui repartent. Les voix des personnages alternent entre elles et le récit est aussi découpé en  plusieurs parties nommées chacune par une pièce de la maison, ça aussi c'est déroutant en fin de compte  tout le livre en lui même est vraiment spécial et ne peut pas plaire à tout le monde. Ce qui sauve tous les défauts ce sont  l'écriture de l'auteure plutôt accrocheuse et fluide et aussi l'idée qu'elle a eue en  alternant les points de vue il y'a plus de profondeur  et donc plus de détails concernant les nombreux personnages et leurs secrets enfouis. J'ai une grande préférence pour les fantômes sans eux je pense que j'aurais jeter l'éponge parce qu'il faut bien  le dire ce n'est pas le livre du siècle même si l'idée de base est très bonne, toute l'histoire a besoin d'être plus  équilibrée parce que là c'est carrément les montagnes russes littéraire.

Ce n'est pas une déception parce que j'ai quand même su apprécier un minimum ma lecture mais je trouve dommage que le potentiel de cette histoire ait été bâclée, avec de meilleures bases je suis sûre que le livre aurait fait un carton. Je tiens aussi à préciser que je préfère  de loin ce livre dans les éditions Hachette je trouve qu'il y'a eu un beau travail de fait et que la couverture est beaucoup plus représentative de l'ambiance qui règne et des secrets enfouis dans cette grande maison et aussi parce que je trouve ridicule que Le Livre de Poche l'ait édité de son côté que ce soit pour le format mais aussi pour le prix, ça c'est dit ! 

mercredi 13 janvier 2016

Camille, mon envolée

Auteur :  Sophie Daull
 Editions : Philippe Rey 
Parution :  Août 2015















Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d’une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire.
Écrire pour ne pas oublier Camille



Inutile de préciser que les témoignages c'est mon dada et que forcément en voyant circuler celui-ci sur la blogo  et en lisant le résumé j'ai fini par sauter dessus (c'est peu de le dire). 

Encore un témoignage qui n'aurait jamais dû voir le jour, l'histoire de cette famille est vraiment terrible et aucun parent ne devrait subir la perte d'un enfant mais c'est ce qui c'est malheureusement passé pour Sophie Daull et son mari.  

En commençant à lire, ce qui m'a sauté au yeux c'est l'écriture  de cette mère   qui malgré les événements arrive à intégrer une pointe d'humour à son récit,  fortement surprenant mais très agréable et magnifique. Un bel hommage à l'image des rapports qu'entretenaient la mère et la fille mais aussi l'occasion de prolonger la vie de Camille arrachée à la vie trop rapidement.

Ce qui saute aux yeux c'est aussi  le comportement du corps médical totalement inadapté et plus qu'honteux en 2013 laisser mourir une patiente de façon aussi inhumaine c'est carrément aberrant, ça l'est encore plus lorsque l'on apprend que cette jeune fille est ressortie des urgences avec seulement une ordonnance de doliprane alors qu'elle souffrait le martyr. Mais pourquoi épiloguer comme dit Sophie Daull,  rien ne ramènera sa fille...

Un témoignage fort, le témoignage d'une mère à sa fille tout simplement, sans pathos, avec une pointe d'humour et rien que cela, ça rend ce témoignage encore plus  beau  <3

lundi 11 janvier 2016

Mémoire d'elles

                             
Auteur :  T. Greenwood
 Editions : Milady
Parution :  Juillet 2015












Massachussetts, années 1960. Billie et Eva élèvent leurs enfants dans la modeste zone résidentielle de Hollyville. Ces mères au foyer ont du mal à se contenter du petit bonheur sur mesure et des joies domestiques que la vie leur réserve. Malmenées par leurs maris, elles se soutiennent pour faire face à l'adversité, et l'amitié qui les unit ne tarde pas à se changer en amour. Mais comment vivre au grand jour une relation que la société condamne avec une telle virulence? Elles rêvent d'une évasion près du lac où elles se sont avoué leur amour, mais le destin les attend au tournant.


J'ai reçu ce livre pour mon anniversaire et depuis octobre 2015 il attendait sagement dans ma PAL que je le lise, maintes fois j'ai tenté de l'en sortir mais j'avais toujours une bonne raison pour ne pas le faire. Maintenant que je l'ai lu je me demande pourquoi j'ai attendu si longtemps et mieux encore je me replongerai bien  encore une fois dedans tellement je l'ai aimé.

Ce livre nous plonge dans une superbe histoire d'amour entre deux femmes  aussi fascinante que bouleversante puisque leur histoire se déroule dans les années 60 dans une société Américaine fermée d'esprit où l'homosexualité n'a tout simplement pas sa place. Billie et Eva deviennent voisines et rapidement cette nouvelle rencontre va laisser place à une belle amitié et plus si affinités avec le temps. Toutes les deux sont mariées chacune de leur côté et ont en charge des enfants,  cependant leurs vies sont loin d'être idylliques et pour faire face au quotidien elles s'entraident et prennent même du bon temps en vacances au bord du lac. C'est au bord de ce fameux lac qu'elles vont pouvoir vivre leur histoire étant seules sans maris en faisant tout de même attention à ce que les enfants ne les surprennent pas,  des moments de répit dans leurs existences tumultueuses qui vont les apaiser mais aussi leur faire prendre conscience que cette amour passionnel est fragile et qu'elles risquent d'un moment à l'autre de tout perdre si cela est découvert.

Ce récit alterne entre  la période des années 60 et notre période, Billie est la narratrice et à 80 ans un appel va la ramener au bord de ce lac qu'elle n'a pas vu depuis 1964 à cause d'un événement tragique, le fils d'Éva veut lui parler pour lui annoncer quelque chose d'important va s'en suivre une révélation qui va tout remettre en question mais qui selon moi est la plus belle fin qui puisse exister dans une histoire aussi chaotique.

L'auteure a su nous prouver tout son talent à travers cette histoire en reussissant à intégrer de la beauté à travers toute cette période sombre. Billie et Eva sont deux femmes attachantes, ce sont de belles personnes malmenées par la vie mais qui ont su garder la tête haute leur amour est juste extraordinaire, c'est la plus belle histoire d'amour que j'ai pu lire jusqu'à présent. 

Une histoire terriblement belle qui nous montre que le véritable amour  est immortel, qu'il ne s'efface jamais et que les souvenirs sont ce que l'on a de plus cher, ils nous appartiennent et sont impérissables.

Ce livre est mon premier coup de coeur de l'année, il est magnifique, bouleversant mais tellement rempli d'espoir que je vous le conseille. <3

jeudi 7 janvier 2016

Le grimoire de la princesse


                     Auteurs : Maryvonne Rippert
Mayana Jtoïz
 Editions :Fleurus
            Parution :  octobre 2013





Ce qui a de bien lorsque l'on est  au contact des enfants c'est que l'on ne cesse de découvrir de très beaux ouvrages, toujours plus beaux les uns que les autres parce qu'on peut le dire les maisons d'édition spécialisées pour les livres jeunesses savent se surpasser pour séduire leur jeune (& moins jeune ) public, et je dois dire que Fleurus a mis le paquet pour ce superbe livre.

Ce grimoire est présenté par Henriette  la princesse du royaume de Printania,  petite fille de blanche-neige elle se charge de nous raconter ses aventures mais aussi de nombreuses astuces, recettes et conseils pour devenir une vraie princesse. 

Il va sans dire que les illustrations et les couleurs sont vraiment très belles, un très beau travail d'illustration et d'édition la couverture est même ornée de coins-rivets dorés ce qui donne à l'enfant l'impression de tenir entre les main un véritable grimoire.

Le contenu du livre est irréprochable et la qualité des pages l'est d'autant plus qu'il est impossible pour l'enfant d’abîmer les pages lorsqu'il les tourne comme ce qui peut arriver parfois avec des pages en papier glacé. En terminant la lecture, aucune trace qualité garantie et en plus lu et approuvé par deux petites filles de 4 et 7 ans ! Je conseille fortement  cet ouvrage qui vous l'aurez compris m'a complètement charmée.


dimanche 3 janvier 2016

Chambre 507

Auteurs : J.C Hutchins
Jordan Weisman
 Editions : Pocket
            Parution :  septembre 2015













Construit en 1875 à New York dans les profondeurs d’une ancienne mine de grès, l’hôpital Brinkvale renferme les criminels les plus extrêmes : trop dangereux pour l’asile, trop déséquilibrés pour la prison. C’est là que Zachary Talylor, thérapeute, doit analyser la personnalité de Martin Grace, afin de déterminer si celui-ci est suffisamment sain d'esprit pour répondre pénalement des crimes dont on l’accuse. Dans la chambre 507 de l’hôpital Brinkvale, l’interrogatoire prend peu à peu l’allure d’un jeu aussi dangereux que passionnant ou un esprit hanté, en proie à des visions prémonitoires, comme il veut le faire croire ? Et surtout, pourquoi sait-il tant de choses sur la vie privée de Zachary ? Est-il vraiment là par hasard ?


Lorsque l'on ouvre ce livre on rentre dans un univers austère, glauque, angoissant bref un hôpital psychiatrique. Puis on continue et l'on fait la connaissance des personnages: Zachary Taylor alias Z notre protagoniste est Arthérapeute, il aide ses patients  à s'exprimer grâce à de nombreuses activités artistiques, il est jeune, naïf mais très compétent dans son domaine il fait tout pour aider ses patients, c'est pour cette raison que son patron le Dr Peterson lui confit le dossier de Martin Grace. Qui est Martin Grace?  Un homme accuser de douze crimes, il est connu pour ne pas aimer les thérapeutes mais le plus intriguant est qu'il est atteint de cécité  psychosomatique, délirant n'est-ce pas? Dès sa première rencontre avec cet homme mystérieux Zachary sent que quelque chose ne va pas, l'ambiance devient oppressante au fil de leur entretien et plus encore lorsqu'il s'aperçoit que son patient arrive à le percer à jour, comme s'il le voyait, et mieux encore, comme s'il le connaissait. 

Le premier point fort c'est qu'on peut dire que les auteurs ont mis le paquet concernant la personnalité de leurs personnages. Tous différents ils apportent quelque chose de plus à l'histoire  mais les plus impressionnants reste les personnages principaux : Zachary Taylor & Martin Grace qui sont tous deux très différents l'un de l'autre  mais qui ont en commun des portraits psychologiques denses. Il est très intéressant de suivre leurs confrontations souvent  hautes en couleurs. Zachary le faible Martin Grace le fort qui n'hésite pas une seconde à se faufiler dans la tête du thérapeute et à le tacler pour lui faire perdre pied qui va perdre ? C'est la question que l'on se pose et la finalité de cette histoire est bien étonnante.

Le deuxième point fort est l'écriture  tellement fluide que les pages défilent et qu'on ne voit rien arriver. Les auteurs nous plongent sans difficulté dans un mystère qui rend fou, dans une enquête qui n'en finit plus mais surtout dans une atmosphère qui s'assombrit de plus en plus jusqu'à se retrouver dans le noir complet.

C'est le 4 ème thriller publié chez les éditions Super 8 ( en grand format) que je lis,  je connaissais déjà  la qualité de leurs publications, je savais que c'était souvent des thrillers de fou et pour le coup celui-ci n'échappe pas à la règle, il baigne dans l'originalité et retourne le cerveau comme il se doit  bravo !

Bien évidemment je vous conseille ce thriller psychologique qui fait perdre pied même aux esprits les plus sains et aussi parce qu'il va même être adapté au cinéma puisque les droits ont été acheté par Gore Verbinski le  producteur et réalisateur de pirates des Caraïbes.