jeudi 29 septembre 2016

La révolution d'Aurore

Auteur : Catherine Cuenca
Editions : Nathan
Parution : septembre 2016














Paris, décembre 1792. Aurore, 20 ans, assiste au procès de Louis XVI et rencontre enfin celle qu'elle admire plus que tout : Olympe de Gouges. Cette intellectuelle engagée combat pour les libertés et porte la voix des femmes, grandes oubliées de la Révolution. Devenue sa secrétaire particulière, la jeune fille découvre à ses côtés la réalité d’une vie de lutte, et comprend bientôt qu’Olympe est en danger. Car nombreux sont ceux qui veulent la réduire au silence…


Nous voilà plongé(e)s au coeur de la Révolution en 1792 en compagnie de notre personnage principal : Aurore, 20 ans. Aurore assiste avec sa cousine au procès de Louis XVI, un procès mouvementé puisque d'un côté il y'a ceux qui veulent la tête du ci-devant (personne dépossédée d'un titre) roi et ceux qui veulent convaincre la justice de lui éviter la peine de mort. Olympe de Gouges, pionnière du féminisme Français et très engagée dans la politique va se proposer afin de défendre Louis XVI, ce qui à cette période va évidemment provoquer un scandale. Sensible au combat que mène cette dernière Aurore va avoir l'occasion de rencontrer celle qu'elle admire, une rencontre qui va la pousser à s'engager elle aussi aux cotés d'Olympe de Gouges et à prendre part à la Révolution Française.

Une histoire très intéressante qui met en avant Olympe de Gouges et ses combats pour les libertés, elle a été durant la révolution le porte parole des femmes ce qui était mal vu à cette époque étant donné que les femmes n'avaient pas leur mot à dire mais comme elle l'a écrit très justement « La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune. ». En même temps que nous apprenons à découvrir Olympe de Gouges,  nous faisons la connaissance d'Aurore, un personnage fictif mais pour le moins convaincant qui apporte de la jeunesse à l'histoire. Avec elle nous découvrons la Révolution et ses conséquences mais aussi la condition des femmes puisqu'Aurore rencontre des problèmes avec sa famille plutôt rétrograde qui s'oppose à son engagement et qui en plus souhaite la marier à un parfait inconnu. Le temps de ses quelques pages Olympe de Gouges et Aurore se complètent et forment un duo engagé au péril de leurs vies pour notre plus grand plaisir

mardi 27 septembre 2016

Entretien avec la nuit

Auteur : Terry Tremblay
Editions : Jourdan
Parution : août 2016













Dans une pièce sombre, alors qu’une horde de journalistes attend dehors, un ancien soldat de la 2e Division « Das Reich », âgé de 95 ans, s’entretient avec son avocat.
Il va lui dévoiler ses peines de jeunesse, la violence de son père et l’endoctrinement antisémite dans les Jeunesses hitlériennes qui ont construit le monstre abominable qu’il a été pendant la guerre.
En effet, pour fuir un foyer brutal, son incorporation volontaire au sein de l’Ordre SS et, à 20 ans, son engagement dans les Waffen SS lui furent salvateurs, mais vont inexorablement bouleverser sa vie.



Ce roman nous replonge dans l'une des périodes la plus macabre de l'histoire : la Seconde Guerre Mondiale. L'auteur a choisi de mettre en scène, un huis clos se déroulant entre un avocat et un ancien SS, inutile de préciser que c'est oppressant et presque irrespirable, comment peut-on en arriver à devenir un monstre ? Comment peut-on continuer à vivre avec autant de sang sur les mains ? Autant de questions qui se posent à la lecture de ce livre fort en émotion.

A la veille de son jugement l'ancien SS va dévoiler son terrible passé, de son incorporation dans les jeunesses hitlériennes à la fin de la guerre, aucun détail ne nous est épargné, tout est relaté du début à la fin. Terry Tremblay nous livre un récit sans concession, dur, monstrueux, l'ancien SS maintient un discours plein de violence, ses paroles sont par moment insoutenables et baignent dans l'horreur bien sûr nous comprenons qu'il n'est pas le seul fautif dans l'histoire puisque son père l'a formaté ainsi en faisant de lui un individu haineux et violent mais ses actes restent fermement incompréhensibles et impardonnables.

Ce roman est aussi l'occasion pour nous de se poser les bonnes questions concernant les guerres, à savoir qui sont les vrais responsables et pourquoi finissent-elle sans cesse dans un bain de sang ? Pourquoi l'histoire se réécrit-elle ? Un cercle vicieux qui se poursuit depuis la nuit des temps et qui aujourd'hui fait encore des ravages dans le monde, il y'a matière à y réfléchir sérieusement.

L'expression " être l'avocat du diable" prend tout son sens à la lecture de ce huis clos angoissant, l'auteur a fait en sorte de ne pas mettre de chapitre sûrement pour intensifier les échanges entre les deux personnages, c'est réussi, on n'en ressort pas indemne, en sachant qu'au fond, même si ces personnages sont fictifs, l'Histoire elle, est bien écrite et gravée dans le marbre. 

dimanche 25 septembre 2016

Les amoureux du Green Dragon

Auteur : Laure Bazire
Editions : Nathan
Parution : septembre 2016












Josh a tout perdu, il souhaite fuir le lieu où il a vécu avec ses parents pour reconstruire sa vie ailleurs. Son vœu va être être exaucé lorsque la femme de William Shakespeare adresse une lettre de recommandation à son mari dans laquelle elle lui demande d'apporter de l'aide à ce jeune orphelin. Josh va donc rejoindre la troupe de William Shakespeare en tant que charpentier, et va être hébergé dans la  taverne du Green Dragon en échange de services rendus au patron, c'est avec une grande aisance qu'il va effectuer ses tâches et se faire apprécier par le reste de la troupe.  

Une belle évolution qui va lui permettre de se faire une place mais aussi de découvrir un monde inconnu pour lui : le monde du théâtre. Alors que Shakespeare est en pleine répétition pour sa pièce de Roméo et Juliette, Josh s'amourache d'Alma la fille du tavernier qui lui ne voit pas la situation du bon œil à cause de son niveau social et professionnel.  Le jeune homme va se retrouver indirectement  dans une position que l'on pourrait bien comparer avec celle de ce cher Roméo...

J'aime beaucoup cette collection de livres adressée aux collégiens et adaptée au programme scolaire, c'est un bon compromis que d'ajouter un personnage fictif à une période historique et ainsi de créer une intrigue plus ludique et moins rébarbative qu'un cours d'histoire pur et dur.  Pour cette histoire, l'auteure a choisi d'imaginer que le dramaturge reprenait une pièce de théâtre dont il n'était pas satisfait en la modifiant en fonction de ce qu'il vivait cette année là et en y incluant Josh le personnage fictif,  inspiré de jeunes garçons qui venaient à Londres par choix ou par nécessité en 1596. 

Laure Bazire a fait un travail très complet, ainsi nous découvrons les débuts du théâtre et une partie de la vie de Shakespeare grand dramaturge, écrivains et poète Anglais qui continue de nos jours à nous faire rêver...

vendredi 23 septembre 2016

A l'école des abeilles

Auteur : Nadia Shireen
Editions : Nathan
Parution : septembre 2016













Bernard est un ourson très gourmand en panne de miel, son rêve le plus cher serait d'être une abeille pour pouvoir bénéficier de tout le miel dont il souhaite. Gourmand mais aussi très malin à l'aide de son déguisement Bernard fait sa rentrée à l'école des abeilles sous les yeux ébahis des autres élèves.

L'ourson se plait beaucoup à l'école, il aime les activités qui lui sont proposées jusqu'au jour où Agathe l'abeille la plus intelligente lui tend un guet-apens au sein de la réserve de miel, malheureusement Bernard le gourmand se fait avoir et se fait exclure de l'école, mais un événement va provoquer un retournement de situation qui va lui permettre de se racheter.

Impossible de ne pas tomber sous le charme de Bernard l'ourson gourmand qui grâce à une action héroïque va finalement prouver aux abeilles qu'une cohabitation est possible, ainsi l'école des abeilles devient aussi celle des boursons.  Une magnifique petite histoire attendrissante accompagnée d'illustrations colorées qui attirent l’œil.

mercredi 21 septembre 2016

Petits secrets, grands mensonges

Auteurs : Liane Moriarty
Editions : Albin Michel
Parution : septembre 2016


Jane, mère célibataire, vient d’emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans. Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter – elle se souvient de tout et ne pardonne jamais – et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l’aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets. Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l’école, les choses s’enveniment


Ayant été déçue par le précédent livre de l'auteure intitulé "le secret du mari", j'appréhendais de me tourner vers un autre livre qui peut-être allait me décevoir et finalement je dois dire que cette lecture fût fructueuse.

L'ambiance de cette histoire me fait penser au quartier des desperates housewives, tout le monde se connait plus ou moins, des clans se forment, des rivalités s'installent, les secrets sont de mises et surtout les nouveaux arrivants ne sont pas toujours vus du bon œil. C'est le cas de Jane qui vient d'emménager à Sydney avec Ziggy son petit garçon de 5 ans. A cause d'un malheureux incident au sein de l'école Ziggy va être accusé sans preuve et pris en grippe par les parents d'élèves. Jane va devoir faire face à l'acharnement général sur son fils en ayant heureusement des alliées pour la soutenir Madeline et Celeste mais cet acharnement va aussi la pousser à se replonger dans un passé qui continue de la dévorer de jour en jour.

L'auteure a choisi de mettre en scène trois personnages principaux : Madeline la forte tête, Céleste la discrète femme au foyer pleine aux as et Jane la mère solo. Toutes les trois se croisent quotidiennement à l'école parce que leurs enfants sont tous scolarisés au même endroit et même si à part cela elles n'ont rien en commun, elles s'entendent à merveille. Si dans un premier temps elles paraissent toutes sans problème, on s'aperçoit rapidement que c'est loin d'être le cas en réalité, Madeline essuie des problèmes relationnels avec sa fille Abigail âgé de 15 ans, Céleste protège un lourd secret et quant à Jane elle essaye de refaire sa vie en repartant du bon pied à seulement 24 ans.

Et puis en parallèle de toutes ces histoires, il y'a la question que l'on ne peut s'empêcher de se poser, qui est le meurtrier et qui a été tué ? Le seul indice avec lequel nous partons c'est que c'est un parent d'élève, pour le reste à nous de suivre précisément le déroulement de l'histoire pour comprendre ce qui a pu provoquer un tel drame. Le dénouement est surprenant, inattendu et surtout à la hauteur de l'angoisse que l'on ressent durant l'intégralité de notre lecture.

En plus d'être un excellent thriller haletant, cette histoire est une critique du comportement des parents d'élèves qui parfois se comportent encore plus puérilement que leurs chérubins, une vraie satire sociale qui m'a fait sourire plus d'une fois

lundi 19 septembre 2016

L'anniversaire d'Edmond

Auteur : Astrid Desbordes
Illustrateur : Marc Boutavant
Editions : Nathan
Parution : août 2016











La saga Edmond et ses amis se met à jour avec un nouvel album dans lequel Edmond fête son anniversaire. 

C'est donc un jour particulier pour ce petit écureuil qui vient de prendre de l'âge et qui se sent forcément un peu plus grand qu'hier.  Il faut bien marquer ce jour et pour ce faire, il enfile sa toque de pompons, une cape et se dépêche de rejoindre ses amis. Seulement voilà au fur et à mesure  qu'il croise tout le monde, personne ne se souvient qu'aujourd'hui c'est son anniversaire,  personne ne remarque sa tenue spéciale, Edmond est fortement déçu mais c'est sans compter la surprise qui l'attend.

Encore une fois nous voyageons au fil des saisons avec Edmond et ses amis, les histoires sont toujours passionnantes et bien pensées, les illustrations quant à elles sont magiques, leurs couleurs vives et éclatantes sont un régal pour les yeux, un combo parfait félicitations aux artistes !

samedi 17 septembre 2016

Lili Nobody & Achille fils unique

Auteurs : Rachel Hausfater & Yaël Hassan
Editions : Nathan
Parution : septembre 2016












Ces deux romans poche font partie de la série "Mes années collège" publié aux éditions Nathan.

Achille, fils unique 

Achille est en 4e. Il devrait être content : il est dans la même classe que Kader, Tania et Laurence, respectivement : son meilleur ami, une nouvelle élève super sympa et la fille de ses rêves. Il s’éclate au club théâtre, même avec les petits de 6e comme Lili la forte tête. Oui, tout va bien. Sauf que… depuis une dispute avec son père, une question l’obsède : et si son père n’était pas son vrai père ?

Lili Nobody

Lili entre en 6e. C’est à la fois génial et inquiétant. Heureusement qu’elle n’est pas seule : il y a Marlène, sa nouvelle copine et Gaoussou, son voisin de classe hilarant. Il y a aussi le club théâtre ! Le prof est génial. Avec son groupe, Lili va mettre une chanson en scène: « Papaoutai » de Stromae. C’est elle qui l'a choisie, parce que depuis toujours elle se demande : qui est mon père ? Sa mère a toujours refusé de lui dire…


Chose originale Lili et Achille ont chacun un roman pour nous raconter leurs histoires respectives. Tous les deux ont en commun le fait de se poser des questions sur leurs pères, Achille se sent délaissé quant à Lili elle ne connaît pas l'identité de son géniteur. A travers leurs histoires, nous les suivons dans leurs quotidiens entre amitié, amour et famille la période de l'adolescence n'est pas simple et est parfois semée d’embûches mais elle est aussi source de rencontres qui peuvent être bénéfiques. Lili et Achille nous prouvent que malgré leurs différences, un rien peut faire changer les choses. 

mercredi 14 septembre 2016

Aux petits mots les grands remèdes

Auteur : Michël Uras
Editions : Préludes
Parution : septembre 2016















Alex, notre héros passionné par les livres, a choisi d’exercer le métier peu commun de bibliothérapeute. Sa mission : soigner les maux de ses patients en leur prescrivant des lectures. Yann, l’adolescent fragile qui s’est fermé au monde ; le cynique Robert, étouffé par son travail et qui ne sait plus comment parler à sa femme ; Anthony, la star de football refusant de s’avouer certaines de ses passions... Tous consultent Alex. Mais qui donnera des conseils au bibliothérapeute lui-même ?
La clé du bonheur se trouve-t-elle vraiment entre les lignes de ses livres chéris ?



Une livre qui parle de livres pour des lecteurs passionnés c'est le pied, c'est d'ailleurs en grande partie pour cette raison que je me suis tournée vers cette histoire qui a attisée ma curiosité au premier.

Alexandre est bibliothérapeute, les livres, on peut le dire ça lui colle à la peau après tout, quand on porte le prénom d'un grand écrivain comme Alexandre Dumas, est-ce qu'on peut passer à côté d'une telle passion? Je ne pense pas, son destin était tout tracé ! Grâce aux livres, Alexandre aide les autres en soignant les maux par les mots, en fonction des cas qu'il rencontre il "prescrit" le livre le plus approprié, celui qui aidera la personne dans ses difficultés, petit ou grand problème, rien ne résiste à un bon livre. 

En parallèle, nous faisons la connaissance de ce bibliothérapeute, un jeune homme ayant de nombreux déboires personnels à son actif, plaqué par sa petite amie parce qu'il lit trop, incompris par sa mère qui aurait souhaité qu'il se dirige vers une autre voie professionnelle, effectivement Alexandre ne rigole pas tous les jours, et pour affronter ses problèmes il se réfugie dans ses amis les livres.

Cette histoire est un très bel hommage aux livres et aux mots, les références littéraires regorgent au fil des pages et plus que jamais l'auteur nous en parle passionnément à travers son personnage en mettant en avant tous les bienfaits et le bonheur que la lecture peut procurer, tous les amoureux des livres se reconnaîtront à coup sûr. Alexandre est un personnage attachant qui fait de son mieux pour apporter son aide alors que lui même en a grandement besoin, c'est un personnage au grand coeur qui en sauvant les autres, se sauve lui même, mais surtout à travers son emploi il prouve à tout le monde que le pouvoir des mots sur les maux existe bel et bien. Une belle découverte qui en ravira plus d'un.

mardi 13 septembre 2016

La clé à molette

Auteur & illustratrice : Elise Grevel
Editions : Nathan
Parution : septembre 2016













J'affectionne particulièrement les albums d'Elise Grevel que ce soit pour les illustrations mais aussi pour les messages qu'elle fait passer au fil des histoires. Vous pouvez retrouver sur mon blog la chronique de son ancien album publié en avril 2016 intitulé  "Je veux un monstre" en cliquant ici.

Dans cet album nous faisons la connaissance de Bob qui en faisant une promenade va casser son vélo sur une pierre. Pas de panique Bob à la solution pour arranger son problème, il va réparer son vélo à l'aide d'une clé à molette mais alors qu'il cherche dans son atelier il ne la trouve pas ! Puisqu'il a plus d'un tour dans son sac, Bob décide sans attendre d'aller faire un tour dans un grand magasin afin d'en racheter une nouvelle. 

Seulement voilà Bob va se heurter aux vendeurs qui sont bien décidés à lui faire acheter autre chose qu'une simple clé à molette, et comme la tentation est grande, cela va être difficile pour lui de résister.

Vous l'aurez compris la situation de Bob est idéale pour apprendre à un jeune public la notion de consommation & surconsommation, on voit Bob qui ne cherche pas vraiment sa clé à molette et qui préfère aller en racheter une autre. En prime il se fait avoir en achetant tout sauf ce qu'il avait prévu pour au final ne plus avoir un sou en poche. Une bonne leçon visant à avertir les enfants dès leur plus jeune âge, un enfant averti en vaut deux !

dimanche 11 septembre 2016

Au fil des saisons & Bouge, saute, cours !

Illustratrices : Amélie Falière & Laure du Faÿ
Editions : Nathan
Parution : août 2016












Voici deux superbes albums parus chez les éditions Nathan dans leur collection Nathan comme un grand. Ils ont tous deux l'avantage d'être ludiques et donc ont plus de chance d'être appréciés par les enfants qui a travers des histoires apprendront avec plaisir.

L'album Bouge, saute, cours est équipé de quatre petites cordelettes ainsi l'enfant va pouvoir suivre le petit indien dans son aventure et créer de nombreux parcours de motricité afin de faire partie de la tribu de Castor agile. En plus de travailler sa motricité l'enfant peut faire marcher son imagination et créer des parcours selon son désir. 

L'album au fil des saisons a pour but de faire découvrir à l'enfant les saisons mais aussi les richesses qui les constituent. 20 magnets sont inclus dans l'album pour suivre les trouvailles du petit écureuil et les placer au bon endroit. L'enfant peut également apprendre à situer son anniversaire et deviner à quelle saison nous sommes.

En conclusion ce sont de très beaux ouvrages incontournables, magnifiquement illustrés et conçus en collaboration avec des psychomotriciennes spécialisées dans le développement des jeunes enfants, je vous les conseille fortement. 

vendredi 9 septembre 2016

Je veux revoir maman

Auteur : Alain Vinvenot
Editions : des Syrtes
Parution : janvier 2005













" Il fallait du pain, il fallait des sous, il fallait manger et se protéger.
Il fallait protéger ses enfants. Il fallait courir tous les dangers. Il fallait dire à sa fille : "Va, tu ne risques rien. Va ma fille. Demande un peu plus de pain, un peu plus de viande. Débrouille-toi." Il fallait ne pas dépenser tous ses tickets. Cacher son étoile. Aller le soir sans étoile. Il fallait s'occuper des gamines et du bébé. Il fallait donner les tickets du vin à certains voisins pour qu'ils veuillent bien se taire. Il fallait regarder la rue. Il fallait prendre le train. Il fallait prendre le bon train. Il fallait ne pas faire pleurer la petite. Il fallait demander le bon renseignement. Regarder dans les yeux le bon flic, le bon quidam. Il fallait envisager le repli. Il fallait envisager la famille qui aiderait. Il fallait monter les escaliers. Déchirer les scellés. Prendre du tissu. Descendre l'escalier sans se faire remarquer.
Aller au dispensaire. Chercher un passeur. Prendre des nouvelles. Dire il faut qu'on parte. Dire non, il faut rester, le danger est trop grand. Dire oui très vite. Il fallait s'appuyer sur plus faible que soi. Sur éventuellement plus fort. Sur le goy. II fallait savoir le prix à payer. A ne pas payer. Il fallait penser au pire. A la mort. A la vie aussi. Surtout, il fallait survivre... " 



Ce livre recense les témoignages de 19 enfants cachés durant l'occupation voici leurs noms, prénoms et âge en 1940 :

Nelly Schaparan, 4 ans, Sarah Tieder-Kaminsky, 14 ans, Sami Dassa, 3 ans, Jeannette Swita-Wolgust, 11 ans, Salomon Galdbart, 2 ans, Liliane Goldberg-Lancry, 2 ans,  Wolf-Sam Jakubowitz-Jacquet, 12 ans, David Fuchs, 6 ans, Estéra Fuchs-Gireau, 8 ans, Léon Wodowski-Vermont, 11 ans, Simon Liwerant, 12  ans, Fernand Fikman, 5 ans, Marcel Apeloig, 6 ans, Ida Rozenberg-Apeloig, 3 ans, Jean-Michel Rosenfeld, 6 ans, Julien Engel, 7 ans, Edmond Benaderette, 8 ans, Simone Miliband-Fenal, 7 ans, Robert Carles, 11 ans, Gilberte Czyzyk-Eugenie, 5ans

Ces personnes ont toutes en commun le fait d'avoir été victimes des nazis, d'avoir été arrachées à leurs familles alors qu'elles n'étaient encore que des enfants. A travers leurs témoignages nous découvrons le monde des enfants cachés qui ont survécus aux horreurs de la guerre mais qui ont dû grandir avec de nombreux traumatismes en passant leur vie sous silence et en attendant inlassablement le retour de leurs parents. Tous ressortent leurs souvenirs d'enfance pour nous raconter leurs parcours et nous décrire ce qu'à été la période de l'occupation à travers des yeux d'enfants.

C'est aussi un grand hommage pour les Justes, ces personnes qui se sont démenées au péril de leur vie pour sauver d'autres vies en organisant des réseaux de résistance, en hébergeant plusieurs enfants juifs en les considérant comme leurs propres enfants. C'est beau, c'est héroïque, c'est un devoir de mémoire que de ne pas oublier ces résistants qui ont tenté le tout pour le tout sans aucune contrepartie, juste de l'humanité.