dimanche 23 juillet 2017

Coupable

Wiebke Lorenz
Thriller psychologique
Editions France Loisirs
Parution : janvier 2014
366 pages














Marie se réveille un matin dans son lit, à côté de son petit ami Patrick… sauvagement assassiné de plusieurs coups de couteau. La jeune femme n'a aucun souvenir du crime, mais comment nier l'évidence?  Avec l'aide de son thérapeute, Marie tente de reconstituer son histoire. Au fil de son récit, la vérité se dessine… terrifiante !


Hier après-midi je me promenais sur la blogo quand je suis tombée sur le blog de Lire sous la lune, bien que je fais partie du groupe facebook de ce challenge depuis un moment je n'ai jamais eue l'occasion de participer, le thème du mois de juillet consiste à lire un livre dont le titre ne comporte qu'un mot, voilà chose faite !!

https://liresouslalune.com/category/challenges/lire-en-theme/

Coupable est un thriller psychologique qui aborde avec efficacité les pensées obsessionnelles, une maladie qui touche uniquement les pensées et qui peut devenir un enfer pour ceux qui en sont atteints. Ces pensées sont de nature agressive et sont tournées vers les choses ou les personnes que les malades aiment le plus.

C'est de cette maladie qu'est atteinte Marie, notre protagoniste. Nous la suivons alors qu'elle est internée dans une unité psychiatrique à la suite du meurtre qu'elle est accusée d'avoir commis.  Avec beaucoup de pudeur, Marie, après des mois de silence, commence petit à petit lors de ses séances avec son psychiatre à dévoiler son histoire, à nous expliquer comment ses pensées obsessionnelles ont envahi son quotidien après avoir subi de gros chocs psychologiques successifs. 

La narration à la 1ère personne du singulier nous immerge dans l'histoire de Marie, j'ai eu l'impression qu'elle me racontait directement son histoire qui au final bien que fictive pourrait être l'histoire de n'importe qui. D'une vie totalement ordinaire, Marie est passée à une vie de misère dans laquelle ses troubles obsessionnels l'ont progressivement coupé du monde, lorsqu'elle nous raconte sa déchéance progressive, on a juste l'impression d'y être, on a des frissons et surtout on se pose la question : "est-ce que Marie a tué son conjoint?" Au vu des éléments que l'on nous présente et au vu du discours de Marie on pense que la vérité est juste devant nous, elle l'est oui mais pas totalement, la vérité est plus compliquée à trouver qu'on ne le pense.

Un thriller addictif qui nous plonge au cœur d'une maladie pernicieuse, qui se réveille lorsque l'on ne l'attend pas et qui commet des ravages. Une excellente lecture qui l'air de rien prend aux tripes et qui est inoubliable malgré toute la simplicité apparente.

vendredi 21 juillet 2017

Le pays des contes T5 : L'odyssée imaginaire

Chris Colfer
Jeunesse
Editions Michel Lafon
Parution : juin 2017
395 pages














L’Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n’ont plus qu’une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination.


Ahhh le pays des contes !! Tous les ans c'est mon pêcher mignon, j'adore découvrir la suite des aventures des jumeaux Bailey, tous les ans c'est un nouveau tome qui se dévore bien trop vite et tous les ans il faut attendre l'année d'après pour se replonger dans un nouveau tome, en bref une torture !! 

Ce 5 ème tome est surprenant et redonne même un coup de fouet à la saga !! Nous retrouvons donc nos 2 protagonistes plus en forme que jamais malgré la situation chaotique dans le pays des contes, en effet, l'homme masqué l'a envahi avec son armée de la littérature, les célèbres personnages ainsi que tous les autres habitants du pays des contes ont dû déserter leurs lieux de vie pour se mettre à l'abri, certains sont même devenus esclaves.

C'est ainsi que commence ce 5 ème tome, sur les chapeaux de roues c'est le moins que l'on puisse dire... Alex et Conner ne sachant plus où donner de la tête décident de revenir dans leur monde d'origine pour récupérer les récits inventés par Conner, l'idée est ingénieuse Conner décide ainsi de former son armée avec ses personnages tout droit sortis de son imagination, opération risquée certes mais  qui va se révéler fructueuse et enrichissante.

Au programme des récits de Conner, : un bateau de pirate exclusivement féminin, une reine intergallactique, des cyborgs... bref une imagination débordante qui apporte un vrai + au périple des jumeaux, c'est toujours appréciable de faire la connaissance de nouveaux personnages et univers magnifiquement décrits, de ne pas toujours suivre les mêmes que l'on connait depuis le 1er tome (et même avant :p ), mais voilà ce qui peut être décevant c'est le fait qu'inconsciemment Conner à créé ses personnages en s'inspirant de ceux qu'il connaissait déjà : Boucle d'or, Rouge...

Malgré ce petit couac qui n'en sera peut-être pas un pour ceux qui liront ce livre, je suis ravie d'avoir retrouvé cet univers enchanté où se croisent les gentils et les méchants, Alex et Conner sont 2 jeunes gens attachants, c'est un plaisir de les voir aussi bien évoluer, de les voir grandir et de constater que tous 2 forment un duo de choc qui se complète à la perfection. Très curieuse de voir ce que nous réserve le prochain tome, verdict dans un an, ou moins pour les plus courageux qui sauraient lire en Anglais :p, une chose est sûre l'attente va être interminable, je le sens !! 

vendredi 14 juillet 2017

Pile à lire d'albums pour enfants


Voilà, les grandes vacances sont arrivées pour les enfants, la période estivale a démarré alors quoi de mieux que de se prévoir une petite liste d'albums à emmener en vacances pour vos enfants (ou pour vous) ? Rien de tel que de découvrir un album le soir avant de dormir, d'avoir quelques albums de côté en cas de mauvais temps ou de sortie non programmée pour cause de repos, une chose est sûre les vacances, c'est le moment idéal pour prendre le temps d'aborder et de découvrir de nouveaux choses, ces albums en font partie, c'est parti :D

Des histoires pour faire parles enfants : Papoti - Papota ( France Cottin & Charlotte Roederer)


La collection Papoti-Papota est conçue pour aider les enfants à prendre la parole de façon construite et vivante. Elle les invite à mettre des mots sur des images et à faire fonctionner leur imagination débordante. Tout au long de la lecture Papoti et Papota sont deux complices bavards qui accompagnent l'enfant dans la description de l'image, en bonus des idées sont proposées pour prolonger le temps de parole de l'enfant à partir d'une scène de la vie quotidienne.  

Max et Lapin (Astrid Desbordes & Pauline Martin)


Max et Lapin est une série de livres qui met en avant les aventures d'un petit garçon plein de vie, devant lequel chaque enfant de 2/3 ans peut s'identifier à la lecture de cette ouvrage. Le bambin est accompagner de son ami Lapin qu'il ne lâche pas d'une semelle et tous deux nous embarquent dans leurs aventures, leur quotidien et leurs façon d'aborder de multiples situations.

Splat (Rob Scotton)


Splat est un personnage poilu hyper attachants que nous suivons dans des situations et des problématiques de la vie quotidienne, il découvre, il a peur, il rêve , il joue mais surtout il est entouré par sa famille et ses amis qui l'encouragent et lui apprennent à sourire à la vie.

Dernièrement des albums de Splat en Anglais authentique ont faits leur apparition avec une version audio. Le texte est lu à haute voix par un comédien Anglophone, accessible à tous gratuitement avec l'application Nathan Live.

Les textes en anglais ont été étudiés pour être abordables dès le plus jeune âge avec du vocabulaire simple et spécifique à l'apprentissage de la lecture et des phrases courtes, sans aucun doute, ruez-vous sur ces albums !!

Edmond et ses amis (Astrid Desbordes & Marc Boutavant)


Edmond est un écureuil qui vit au milieu d'une clairière parmi ses amis. Edmond est un personnage lunaire et timide qui aime par dessus tout l'aventure en compagnie de ses nombreux amis. Pour moi le point fort de cette série au-delà des personnages adorables pleins de vie, ce sont les illustrations majestueuses dont on ne se lasse pas, les aventures d'Edmont et ses amis sont tellement bien retranscrites via des illustrations pleines de couleurs qu'on se laisse facilement prendre au jeu...


mardi 4 juillet 2017

Ma guerre de la Rochelle à Dachau

G.P Gautier & T.Oger
BD
Editions Rue de Sevres
Parution : février 2017
81 pages














A travers cette bande dessinée, Tiburce Oger retrace en image la mémoire de son grand-père : G.P Gautier. Alors que son grand-père a gardé le silence toute sa vie sur ce qu'il a vécu durant cette terrible période qu'à été la Seconde guerre mondiale, G.P Gautier va décider de faire parler sa mémoire le jour où il va recevoir la distinction de Chevalier de la Légion d'Honneur.

A notre tour nous découvrons la vie de cet homme qui fût exemplaire devant les événements qui se mirent tour à tour sur son chemin. Entré dans la Résistance à l'âge de l'innocence, à l'âge de 16 ans Guy-Pierre Gautier n'a pas hésité à se mettre en danger au nom de la liberté, de NOTRE liberté. Accompagné de ses camarades de Résistance, il a créé l'OSE "L'Organisation Secrète Etudiante", prenant leur rôle à coeur ils fabriquaient des tracts avec de la pâte à polycopié sur "la défaite prochaine de l'Allemagne", interrogé par les renseignements généraux, Guy-Pierre Gautier décida de se faire oublier durant un certain temps en partant en camp de jeunesse, une sorte de service du travail obligatoire pour les plus jeunes. 

Ce fût bien entendu pour revenir en force, Guy-Pierre Gautier et ses camarades furent désignés par le comité central de la Résistance pour entrer dans le combat, pas en allant sur le front mais plutôt en menant le plus d'actions de sabotage possible pour détruire les infrastructures et le matériel. Malheureusement arrêtés en octobre 1943 par la Gestapo, transférés à la prison de la mort, victimes de la barbarie des interrogatoires,  le réseau fût finalement condamné pour  "entreprise terroriste et communiste".

En mai 1944 des membres de la division Das Reich vint les chercher, le réseau fût chargé dans des wagons et déporté en Allemagne, ils arrivèrent le 21 juin 1944 à Dachau et se retrouvèrent enfermés dans l'enfer concentrationnaire jusqu'à la libération du camps par l'armée Américaine en avril 1945.

Quelle horreur que de lire cette énième témoignage, qui nous rappelle a quel point nous avons de la chance de vivre en liberté grâce à ces hommes et à ces femmes qui ont eu le courage de lutter et de résister jusqu'au bout dans des conditions inhumaines, dans des conditions de vie qu'aucun être sur terre ne devrait avoir à vivre. Les images sont percutantes et nous renvoient toute la violence et toute l'horreur que cette douloureuse période a engendré. Merci à vous Guy-Pierre Gautier de nous faire l'honneur de faire parler votre mémoire, votre témoignage est précieux et se doit d'être inscrit et reconnu aux yeux de tous par devoir de mémoire mais aussi pour vous remercier vous et tous ceux et celles qui ont combattu afin de nous rendre notre liberté.
.

dimanche 2 juillet 2017

Bilan mensuel n°1


Hello à tous, j'inaugure aujourd'hui sur le blog le 1er bilan mensuel. Pourquoi donc allez-vous me dire ! Tout simplement parce que j'ai envie de garder une trace de toutes mes lectures, même celles que je ne chronique pas pour x ou y raison, et ces derniers temps il y'en a eu pas mal. Voici donc en bref ce que j'ai pu lire en juin, certains livres sont chroniqués d'autres pas, c'est parti ! 

En ce mois de juin j'ai lu 4 livres papier & un e-book : 


Deux femmes partagent, le temps d'une nuit, une chambre d'hôpital. L'une est kabyle et musulmane, l'autre française et juive : tout les sépare sauf leurs cancers, qui sont les mêmes. Au cours de la nuit, par les paroles et les silences, le passage des soignants et des proches, elles vont se découvrir, se rencontrer. Leurs histoires se tissent, leurs fantômes se croisent, comme celui de Marie Curie, qui hante l'hôpital. 

Editions Rivage - 135 page - Sortie : mai 2017 - Chroniqué sur le blog 




Avant ils étaient heureux, une famille heureuse, et puis ils l’avaient appris et leur vie était devenue un enfer. Ils ont tout caché, surtout pour leur fille, mais se sont engagés à lui parler le jour de ses dix-huit ans. Tous les trois ils ont attendu ce jour et craint son arrivée. La mère veut, contre vents et marées, tenir sa promesse. Le père doute que la vérité les libère du cauchemar qu’est leur vie. La fille se révolte, essaie de survivre, de les tenir à l’écart, elle les hait autant qu’elle les aime.

Editions Points - 176 pages - Sortie : mai 2017 




Quand son fils meurt, renversé par un chauffard qui a pris la fuite, Antonio Rodriguez jure à sa femme qu'il le vengera. Tandis que l'enquête piétine durant des mois, il en vient à soupçonner un cadre supérieur de sa propre entreprise, dont l'attitude à son égard lui paraît suspecte.
Pourtant, un jour, les gendarmes l'informent qu'ils viennent d'arrêter le coupable. Les preuves sont formelles, l'homme est même passé aux aveux. Mais ce n'est pas le même individu.

J'ai pu découvrir en partenariat avec les éditions Le Lire de Poche, la nouvelle version de Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils. Une version qui nous laisse le choix de notre fin, cela est bien moins frustrant et laisse de la liberté à notre imagination. 

Editions le Livre de Poche - Sortie : mai 2017


Les jumeaux Lorelei et Ovide Spleenspick ne sont pas des enfants comme les autres. Ils habitent un sinistre manoir, ne vont pas à l’école et sont les héritiers d’une immense fortune. Mais surtout, ils essayent de s’entretuer depuis leur plus tendre enfance !
Un beau jour, ils se décident enfin à faire la paix. Pourtant, les tentatives d’assassinat continuent. Qui d’autre aurait intérêt à se débarrasser d’eux ?

Editions Bayard Jeunesse - 395 pages - Sortie : mai 2017 - Chroniqué sur le blog 



Juin 2013. Par un bel après-midi d'été, Léa quitte la maison de ses parents avec un sac de voyage et toute l'assurance de ses seize ans. Un dernier texto : « Je pars à Paris, maman. Bisou, je t'aime. » Elle va rejoindre son amoureux, un jeune islamiste radical. Depuis des mois, elle est sous son emprise, prête à croire à toutes ses promesses. Certains signes auraient pu alerter Valérie. Sa fille changeait, mais les adolescents sont si versatiles... Un mois plus tard, la police la retrouve : en burqa. Elle fugue de nouveau. Pour ne plus revenir. A ce jour, elle est en Syrie où elle a eu un enfant. Valérie a pu cependant renouer un fragile dialogue. Malgré la confi ance et l'amour, l'éducation donnée et les valeurs transmises, « l'inconcevable est arrivé ».

Editions Presses de la cité - 240 pages - septembre 2015 


J'ai lu aussi 2 BD/COMICS : 


Deux filles blondes comme les blés, un job de vendeuse de cosmétiques à domicile, un mari occupé qui rentre tard du travail... en apparence, Josie Schuller a tout de la mère de famille idéale. Mais elle a un secret : c’est aussi la plus impitoyable des tueuses à gage ! Josie partage son quotidien entre l’entretien de son petit foyer irréprochable et l’exécution d’assassinats de sang-froid pour de dangereux commanditaires. Mais son idée du parfait rêve américain risque bien de se briser lorsque c’est elle qui se retrouve dans la ligne de mire... 

Editions Glénat - 144 pages - Sortie : juin 2016 - chroniqué sur le blog 




Voici le témoignage de Guy-Pierre Gautier, grand-père de l'auteur, survivant de Dachau. Engagé en 1943 dans la brigade « Liberté » des francs-tireurs et partisans de La Rochelle, il s'emploie à des sabotages de voies ferrées et au renseignement. La bravoure côtoie l'insouciance. A l'arrestation du réseau, les difficultés commencent avec les interrogatoires par la gestapo, une mutinerie de la prison d'Eysses, les fusillés. Le cauchemar s'installe lors du voyage infernal en wagons à bestiaux jusqu'à Dachau.

Editions Rue de Sèvres - 81 pages - Sortie : février 2017 - Chronique à venir



Et j'ai aussi abandonné un livre qui mérite tout de même d'être présenté :


 Il y a des romans qui en disent plus long sur la réalité du monde que les essais les plus sophistiqués. À travers l amitié de deux jeunes franco-iraniens, dont le destin va diverger malgré eux, Les Exilés du Paradis plongent le lecteur au c ur du grand affrontement du moment qui oppose l Islam éclairé au radicalisme le plus obscurantiste. En se tournant vers ses racines, Farhad découvre que cette lutte entre deux projets de sociétés existait déjà en Perse au onzième siècle. Son ancêtre n avait-il pas lutté contre la secte des Assassins, les premiers terroristes de l Histoire ? Devenant le moteur de son existence et du roman, ses investigations conduisent Farhad à Ispahan, sa ville natale, puis à Londres et enfin à Paris. 

Editions Portaparole - 218 pages - Sortie : mai 2017 



Un très bon mois quand on sait que les mois précédents ont été compliqués au niveau du rythme de lecture, maintenant direction le mois de juillet :) 



dimanche 25 juin 2017

L'héritage des jumeaux diaboliques

Gareth P.JONES
Jeunesse
Editions Bayard Jeunesse
Parution : avril 2016
394 pages













Les jumeaux Lorelei et Ovide Spleenspick ne sont pas des enfants comme les autres. Ils habitent un sinistre manoir, ne vont pas à l’école et sont les héritiers d’une immense fortune. Mais surtout, ils essayent de entre-tuerds depuis leur plus tendre enfance !

Un beau jour, ils se décident enfin à faire la paix. Pourtant, les tentatives d’assassinat continuent. Qui d’autre aurait intérêt à se débarrasser d’eux ?



Dans cette période où je manque cruellement de temps pour lire et pour rédiger mes chroniques, je me suis dit qu'un peu de jeunesse allait faire du bien à mon rythme de lecture et bingo ce fût un excellent moment immersif au cœur de ce manoir sinistre et de ses secrets de famille à en perdre la tête.


Si vous aussi vous avez adoré la famille Adams alors vous allez adorer Les jumeaux Spleenspick, ils ne sont pas mignons, ils sont diaboliques, chez eux la joie de vivre n'existe pas tout est sombre, glauque la mort est leur meilleure compagne de jeu et de vie tout simplement voici une histoire démoniaque ! 

Malgré l'esprit de malveillance qui règne chez Lorelei et Ovide, on ne peut pas s'empêcher de leur trouver un côté attachant au vu de leur histoire familiale. Lorsque les jumeaux décident de mettre fin à toutes les tentatives d'assassinat qu'ils ont pris un malin plaisir à organiser tout au long de leur enfance, ils décident de coucher cet accord sur le testament familial, c'est simple après la signature, si l'un intente à la vie de l'autre il perd son héritage. Pour ce faire le notaire de la famille doit intervenir chez eux pour faire l'inventaire de tous leurs biens mais alors que le notaire est en plein travail et que la vie aurait dû reprendre son cours, les tentatives d'assassinat contre les jumeaux Spleenspick se perpetuent...

Les péripéties de Lorelei et Ovide sont entraînantes et captivantes, si vous avez peur de manquer d'action avec ce livre, détrompez-vous, il y'en a à gogo et à toutes les sauces : ballades, explorations, découvertes, chutes, explosions de quoi nous tenir en haleine, l'ambiance est à couteaux tirés et nous file par moment la chair de poule. Et puis vient le moment tant attendu des révélations qui représentent un puzzle géant dans lequel les pièces se rassemblent petit à petit jusqu'à obtenir la vérité.

Moi qui étais plus ou moins fâchée avec ce genre de littérature à cause de nombreuses déceptions, j'avoue avoir été emportée par ce récit complètement glauque, ce merveilleux moment que m'a procurée ma lecture m'encourage fortement à me réconcilier avec la littérature jeunesse, bien sûr si vous êtes dans le même cas que moi faites en autant vous verrez c'est génial ! 

lundi 12 juin 2017

Lady Killer, tome 1 : À couteaux tirés

Joëlle Jones & Jamie S.RICH
COMICS
Editions Glénat
Parution : juin 2016
144 pages














Deux filles blondes comme les blés, un job de vendeuse de cosmétiques à domicile, un mari occupé qui rentre tard du travail... en apparence, Josie Schuller a tout de la mère de famille idéale. Mais elle a un secret : c’est aussi la plus impitoyable des tueuses à gage ! Josie partage son quotidien entre l’entretien de son petit foyer irréprochable et l’exécution d’assassinats de sang-froid pour de dangereux commanditaires. Mais son idée du parfait rêve américain risque bien de se briser lorsque c’est elle qui se retrouve dans la ligne de mire...


Il ne m'a pas fallu longtemps pour craquer pour ce comics qui avouons-le est irrésistible lorsque l'on regarde la couverture, le titre accrocheur et le résumé qui en dit long sur ce qui nous attend, on ne peut pas repartir sans la marchandise :p.

Attention les yeux, l'héroïne de cet ouvrage à un tempérament de feu. Josie Schuller est le genre de personnage marquant que l'on prend plaisir à suivre et que l'on aime malgré ses pratiques douteuses. Josie a plusieurs cordes à son arc, elle est déterminée et elle n'a peur de rien, c'est ce que l'on remarque au fil de ses péripéties, Josie n'a pas froid aux yeux et elle le fait bien savoir !


 

En mettant en scène ce personnage haut en couleur, l'auteure s'attaque à des conventions sociales bien ancrées dans la culture populaire, elle les met KO et les piétine, qui a dit qu'une femme n'avait pas de libre arbitre et qu'elle n'était pas puissante? Mieux vaut que cette personne ne se mette pas au travers du chemin de Lady Killer, ça pourrait faire mal ! Que pouvons-nous retenir de cette histoire? Que les apparences sont trompeuses et que derrière une personne en apparence tout à fait banale avec une vie bien rangée peut cacher bien des choses, après avoir fait connaissance avec Josie, vous ne verrez plus les femmes au foyer de la même manière, c'est décapant.

De magnifiques planches accompagnent l'histoire, des traits de crayons qui permettent d'illustrer la vie percutante de notre protagoniste, cette ménagère des années 50 qui en a dans le ventre.



vendredi 2 juin 2017

Le châle de Marie Curie

Déborah LEVY-BERTHERAT
Roman contemporain
Editions RIvages
Parution : mai 2017
135 pages














Deux femmes partagent, le temps d'une nuit, une chambre d'hôpital. L'une est kabyle et musulmane, l'autre française et juive : tout les sépare sauf leurs cancers, qui sont les mêmes. Au cours de la nuit, par les paroles et les silences, le passage des soignants et des proches, elles vont se découvrir, se rencontrer. Leurs histoires se tissent, leurs fantômes se croisent, comme celui de Marie Curie, qui hante l'hôpital


Un grand merci à la masse critique Babélio et aux éditions Rivages de m'avoir permis de découvrir ce roman qui m'a tapée dans l'oeil dès sa sortie, par son titre mais aussi par le sujet traité. Alors bonne ou mauvaise surprise? 

Nous allons accompagner durant une soirée et une nuit deux femmes de confessions religieuses différentes. Kahina est Kabyle et Musulmane, Elsa est Française et Juive, rien n'était fait pour qu'elles se rencontrent, elles n'ont qu'une chose en commun la maladie.

C'est à l'institut Curie de Paris que les deux femmes se rencontrent, tout les oppose Kahina a une grande famille qui ne la lâche pas d'une semelle, elle est joviale et expansive Elsa quant à elle est une femme réservée et solitaire, très discrète elle dessine et écoute de la musique  tout en pensant à sa nièce qu'elle chérit.

D'une écriture simple et subtile Déborah Lévy-Bertherat nous offre le portrait de deux femmes qui vont se livrer et échanger sur leurs vies, leurs coutumes le temps d'une nuit avant de se retrouver face à leur sort au petit matin. Les masques tombent, toutes les deux ont le même but : affronter la maladie qui elle n'a ni religion ni nationalité.

Un récit poignant qui nous pousse à une réflexion sur nous-même et sur notre vision de la vie, cependant j'ai trouvé que le récit manquait dans l'ensemble de profondeur, j'aurais aimé que les deux femmes aillent plus loin dans leurs discussions, qu'elles se dévoilent un peu plus que leurs religions soient mises face à face pour qu'il y' ait un échange beaucoup plus enrichissant.



vendredi 26 mai 2017

Place des Tilleuls


Carole Duplessy-Rousée
Contemporain
Editions Pygmalion
Parution : mars 2015















À la quarantaine bien sonnée, l’épicurien Stanislas papillonne toujours d’une femme à l’autre sans jamais se poser, le tendre Gabriel est divorcé et se consacre à l’éducation de sa fille, et le fier et ténébreux Milan reste l’éternel amoureux d’Ionna, à laquelle il ne s’est jamais déclaré.
Bien établis professionnellement, les trois hommes, qui ont partagé un appartement durant leurs études et ont tissé des liens très forts, souhaitent maintenant se retrouver davantage et réaliser leur rêve de jeunesse : l’achat en commun d’une grande maison dans le Vexin.
Rêve chahuté par les aléas de l’existence : l’obstination d’une femme en quête de vérité sur la mort de son époux, le fichu caractère d’une adolescente, la maladie d’un être aimé, la quête du grand amour…





3 hommes qui restent soudés par le souvenir des années fac et de leur cohabitation mais les années ont passées et l'insouciance a fait place à la réalité.

Stanislas, Gabriel et Milan 3 copains inséparables malgré les années qui passent, mais la vie n'a plus ce goût de liberté qu'ils aimeraient tous retrouver, les soirées n'ont plus le même piment car les soucis sont passés par là malgré leur position sociale et professionnelle plutôt aisée ils n'ont pas échappé au divorce pour l'un, au regret pour les 2 autres, une vie d'homme au féminin car très entourés d'une mère, d'une soeur, d'une ado tout cela complique l'existence et comment d'ailleurs se stabiliser? 

Le style de l'auteur est sans prétention nous passons d'un personnage à un autre, d'une ville à une autre au fil des pages et nous voici installé(e)s tranquillement et anonymement dans le quotidien de ces 3 hommes tel un spectateur. L'auteur nous laisse une place pour une part de réflexion, il est intéressant de lire place des tilleuls afin de constater que la vie de ces messieurs est à l'image de nos préoccupations au féminin en tant que mère, épouse, concubine, petite amie, enfin que le malheur et le bonheur se conjuguent aussi bien au féminin qu'au masculin.

Une vue plus juste du quotidien, une petite pointe de mélancolie des années passées, une interrogation sur la vie en général.


Chronique rédigée par Daphnie Dumurier