lundi 30 janvier 2017

Par amour

Valérie Tong Cuong
Roman historique
Editions JC Lattès
Parution : janvier 2017
404 pages




 Un grand merci aux éditions Jc Lattès 










Voici l’histoire de deux familles havraises emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. D’un côté, Joffre et Emélie, concierges d’école durs au mal, patriotes, et leurs enfants ; de l’autre, le clan de Muguette, dont l’insouciance sera ternie par la misère et la maladie.



Autant dire que cette rentrée littéraire d'hiver 2017 regorge de pépites et quel bonheur de constater que ce livre en fait partie. A travers ce roman Historique, Valérie Tong Cuong nous replonge dans l'une des périodes les plus critiques de l'histoire : la Seconde Guerre Mondiale.

Par amour retrace le destin de deux familles plongées dans la tourmente, elles nous livrent leur combat quotidien. Emélie et Muguette sont sœurs, nous allons suivre leur point de vue en alternance ainsi que ceux de leur famille respective.

Voici une véritable immersion au sein de cette période de guerre et quoi de mieux que de situer le déroulement du roman au Havre, une ville qui nous le savons a été particulièrement touchée par les bombardements. Nous suivons le quotidien des personnages du début de la guerre à fin, et grâce à leurs points de vue nous avons clairement l'impression d'être à leurs côtés, on partage leurs peurs, leurs incertitudes mais aussi les conditions de vie difficiles dont ils doivent faire face. Cette narration chorale et alternée apporte de la profondeur au récit et nous permet de nous familiariser plus rapidement avec chacun des personnages, c'est un gros plus pour la construction de l'histoire.

Un autre point positif, Valérie Tong Cuong tape fort en mettant en avant un pan de l'Histoire méconnu : l'évacuation des enfants Havrais vers l'Algérie entre 1940 et 1945. En effet pour protéger leurs enfants des bombardements, de nombreuses familles prenaient la lourde décision de les faire quitter le pays et de les envoyer dans d'autres familles, un déracinement difficile à vivre et parfois traumatisant.

Le talent de Valérie Tong Cuong est remarquable, c'est une valeur sûre pour notre littérature, elle nous le prouve une fois de plus avec ce roman historique riche en émotions. Le titre "Par amour", correspond totalement aux personnages du récit qui tiennent bon dans l'horreur en se raccrochant comme ils peuvent grâce à la solidarité, et à l'amour qu'ils se portent les uns envers les autres. Une pépite qui je l'espère aura tout le succès qu'elle mérite!


jeudi 26 janvier 2017

Le fils parfait

Mathieu Menegaux
Roman contemporain
Editions Grasset
Parution : janvier 2017
240 pages


Je remercie chaleureusement Mathieu Ménégaux ainsi que les Editions Grasset d'avoir pensé à moi pour cet envoi.








Maxime a tout réussi : de brillantes études, une carrière fulgurante, il est un mari aimant et un père attentionné. Un fils parfait. Un homme au-dessus de tout soupçon. Si bien que, lorsque sa fille, Claire, dénonce ses agissements à sa mère, en la suppliant de la protéger, Daphné tarde à la croire. L’amour qu’elle porte à Maxime la conduit à refuser l’évidence pour préserver sa vie et son confort. Pourtant les soupçons se confirment, le doute se dissipe et les faits vont pousser Daphné à réagir. Mais il est trop tard. Maxime, fort de cette façade d’homme irréprochable, a manipulé la police et la justice afin de les retourner contre la mère de ses enfants.


Après un coup de coeur  général pour Je me suis tue , Mathieu Menegaux nous fait la surprise de revenir en force pour un 2 ème roman tout aussi passionnant que le précédent

Daphné et Maxime ont tout pour être heureux, de bons boulots, deux belles petites filles Claire et Lucie, en bref aucune ombre au tableau. Cependant un soir alors que Daphné garde ses filles lors de l'absence de son mari, Claire la fille aînée du couple se confie et lui explique que lors de ses déplacements professionnels, son père abuse d'elle. 

Dans un premier temps, Daphné refuse de croire sa fille en se disant que Claire est en manque d'attention, elle en parle alors à Maxime qui bien évidemment nie les faits. La vie reprend tranquillement son cours mais peu à peu Daphné est de plus en plus obnubilée par les accusations portées par sa fille, mensonge ou réalité? Cette mère se retrouve au cœur d'un dilemme cornélien.

Sous forme d'une longue lettre, Daphné la narratrice s'adresse à sa belle-mère Elisa, la mère de Maxime. Elle dresse le portrait d'un amour idyllique entre Maxime et elle, décrit une vie paisible sans faille apparente, et puis sa douloureuse descente aux enfers. Daphné voit la vie de ses enfants bouleversée et la sienne également, en se lançant dans un combat pour sauver l'innocence de ses filles, elle se heurte à un mur et plus exactement à la justice. 

Me voilà une seconde fois impressionnée par le talent de l'auteur qui le pousse à traiter des sujets aussi profonds, tout en finesse et avec un indéniable fair-play, sa faculté à se mettre dans la peau d'une femme et d'une mère est remarquable et ne nous laisse pas sans émotion. Quel plaisir de retrouver la plume de Mathieu Menegaux, vraiment, elle se savoure, se lit doucement pour ne louper aucun détail et surtout pour retarder ce moment fatidique où la dernière page devra se tourner... 

Savourer c'est exactement ce qu'il faut faire avec ce livre, même si l'histoire de Daphné et de ses filles nous prend au tripes, même si le combat est rude et que la justice est cruellement injuste, il faut le savourer parce qu'au travers de la noirceur de ce récit, s'y trouve l'amour d'une mère. L'amour indestructible qui fait déplacer des montagnes, l'amour infaillible qui a tous les pouvoirs sur les maux et qui gagne tous les combats.

Premier coup de cœur de l'année 2017, Merci monsieur Menegaux, j'attends impatiemment la prochaine pépite !

lundi 23 janvier 2017

La cave

Richard Laymon
Horreur/Fantastique
Editions Milady
Collection : Imaginaire
Parution : juillet 2009
320 pages














On l'appelle la Maison de la Bête. Certains la visitent comme une attraction, attirés par son histoire de meurtres et d'esclavage sexuel. Ils y entrent sans savoir qu'ils n'en ressortiront jamais. Les hommes sont rapidement achevés. Quant aux femmes, c'est un sort bien plus funeste qui les attend. Mais le pire dans cette maison, c'est ce qu'il y a en dessous. Derrière la porte de la cave, au pied des escaliers grinçants, vit une créature purement maléfique. La nuit, quand la maison est plongée dans l'obscurité et le silence... la bête sort.


Cet livre est resté très longtemps dans ma pile à lire, 3 ans exactement, la preuve qu'il ne faut pas désespérer. Il m'aura fallu une panne de lecture pour que le miracle opère, vaut mieux tard que jamais, n'est-ce pas ? Ecrit en 1980 par Richard Laymon, La cave est un roman horrifique mêlant thriller et fantastique. Pour être honnête, c'est le genre de livre qu'on aime ou pas, soit ça passe, soit ça casse. 

Nous allons nous retrouver avec plusieurs personnages dont les destins sont liés malgré leurs histoires différentes. D'un côté il y'a Donna et sa fille qui sont en cavale pour fuir leur mari et père Roy parce que celui-ci vient de sortir de prison, de l'autre Jud et Larry qui se mettent en quête d'exterminer la bête qui habite au sein d'une maison transformée en attraction touristique à Malcasa Point en Californie. 

Les chapitres alternent entre les personnages pour nous permettre de faire leur connaissance et de les suivre au plus près. On peut dire que dans le lot, un est particulièrement machiavélique : Roy, les scènes d'agression décrites sont insoutenables, nous le suivons dans sa folie meurtrière, près à tout pour retrouver sa femme et sa fille. En plus d'être un gros pervers, il se révèle être pédophile, gros défaut du roman, non seulement ça plombe l'ambiance au possible mais en plus je n'avais qu'une envie : abandonner ma lecture à cause de ça. 

La maison quant à elle apporte son lot de suspens  et de questions, au final pas de grosses surprises, ce qui est intéressant à découvrir c'est le décor poser par l'auteur, il arrive à instaurer une ambiance assez macabre et une histoire hors norme (à dormir debout) bref du fantastique à la limite de la science fiction, si vous aimez ces registres alors peut-être que ce livre est fait pour vous.

En conclusion, dans l'ensemble j'ai adoré le décor créé par Richard Laymon, l'ambiance macabre, les personnages percutants mais il est vrai que le style assez déroutant de l'auteur et certaines scènes abominables à imaginer m'ont perdue en cours de route. C'est une histoire qu'il faut lire sans se poser de questions et sans en attendre plus que ça pour apprécier ce livre...

jeudi 19 janvier 2017

Tag PKJ: 12 livres à lire en 2017



1) Le livre le plus attendu en 2017.
Après presqu'un an d'attente, enfin  le 13 ème tome de la saga "l'épouvanteur"  sort en France le 22 février 2017. Ce 13 ème tome est d'autant plus attendu que ce sera le tome qui va clôturer la meilleure saga de tous les temps (comment ça je ne suis pas objective ? ). C'est  sûr, les personnages vont laisser un vide mais après 15 livres, c'est peut-être plus raisonnable de finaliser cette saga, en tout cas j'ai hâte d'avoir ce livre entre les mains pour savoir ce qu'il nous réserve.




2) Un livre de votre pile à lire que vous voulez absolument lire cette année.
La part des flammes est le livre qui me fait le plus envie en ce moment, c'est donc sûr qu'il sera lu cette année. N'ayant jamais entendu parlé de ce fait historique (incendie du Bazar de la charité à Paris en 1897), avant de voir certaines chroniques sur la blogo, je vais me faire un plaisir de m'y pencher.




3) Un roman PKJ.
L'univers de ce roman m'intrigue beaucoup et puis ça sera l'occasion pour moi de découvrir la plume de Rainbow Rowell






4) Un livre d'un auteur que vous aimez beaucoup.
Le petit dernier de Jodi Picoult bien sûr ! Même si je l'attends en poche ou en e-book !






5) Un livre d'un auteur que vous n'avez jamais lu auparavant.
Pour que tu sois mienne de Sara  Farizan, je suis très impatiente de voire ce que l'auteure peut nous proposer avec cette histoire qui m'a l'air poignante






6) Un livre que vous êtes sûr d'aimer.
Aucun, chaque livre réserve son lot de surprise, alors parfois il est préférable de n'être sûr de rien, non seulement ça écarte les déceptions mais en plus il peut y'avoir de belles révélations, pas vrai ?
7) Le livre qui vous intrigue le plus.
Depuis que Gérard Collard en a parlé dans une chronique, je n'ai qu'une envie l'avoir dans ma bibliothèque. Grâce à 150 erreurs de management qui ont marqué l'histoire, Christine Kerdellant nous emmène sur une piste de réflexion à propos de l'échec pour en terminer avec la vision archaïque que nous pouvons avoir de lui.




8) Une suite de série.
Le tome 5 du pays des contes qui doit arriver courant mai 2017 (désolée, je n'ai pas la couverture de la publication Française)






9) Une fin de série.
Je me répète mais le tome 13 de la saga l'épouvanteur
10) Un livre que vous avez envie de lire mais dont vous ne savez presque rien.








11) Un livre d'un auteur de votre nationalité.
Depuis le temps que je l'attends !!







12) Un livre avec une narration proposant des points de vue multiples.
Ma lecture en cours d'ailleurs :D







N'hésitez pas à reprendre ce tag si le coeur vous en dit, je serai curieuse de voir quels livres vont rythmer votre année 2017 :D

mardi 17 janvier 2017

La fille d'avant


JP Delaney
Thriller
Editions Mazarine
Parution : Mars 2017















C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. 



J'ai pu découvrir ce livre qui doit sortir au mois de mars prochain grâce à la plateforme Netgalley, je remercie chaleureusement les éditions Mazarine pour cette très bonne lecture.

La maison parfaite nous la rêvons tous, Jane, elle, va pouvoir y accéder. Après avoir passer des tests auprès de l'association Monkford, Jane est choisit pour devenir l'heureuse locataire du One Folgate Street, une construction ultra moderne de style minimaliste. Plus besoin de se compliquer la vie, c'est la maison parfaite, bourrée de technologie, une seule ombre au tableau : le bail

Pour habiter cette maison, il y'a plusieurs conditions à accepter et parmi celles-ci une clause restrictive : une condition légale imposée à perpétuité sur un bien ou une chose qu'on ne peut supprimer même après une vente immobilière. La surprise est grande pour Jane lorsqu'elle apprend que cette clause interdit les livres, les tapis, les bibelots, les photos et encore de nombreuses choses mais tout cela ne la fait pas fuir, peu importe elle veut cette maison quelles qu'en soient les concessions. Une fois emménagée, tout va pour le mieux, jusqu'au jour où elle reçoit la visite d'un homme qui vient déposer des fleurs pour Emma la dernière locataire qui aurait été retrouvée morte dans la maison, Jane décide alors d'en apprendre davantage sur cette terrible histoire.

Dès que nous découvrons la maison avec les personnages, une sensation d'angoisse apparaît, comment ne pas avoir la tête qui tourne dans un endroit mystérieusement parfait et aussi bien décrit ? Impossible tout simplement ! Pour commencer le portrait de Mr Monkford l'architecte et propriétaire qui a créé la maison est assez énigmatique et froid, difficile de savoir qui il est vraiment et ce qu'il veut, il a tout d'un type dérangé et son passé nous laisse bien perplexe.

Nous suivons aussi en alternance Emma la fille d'avant et Jane la fille du présent, toutes deux se retrouvent dans des situations difficiles, le rythme s'accélère, la peur prend le dessus au fur et à mesure que l'on découvre l'histoire d'Emma, on craint pour la vie de Jane et cette question lancinante : "Et si cette maison était responsable?"

Ce livre est indéniablement un excellent thriller psychologique, l'auteur joue avec nos peurs et manie à la perfection l'outil parfait pour ce style d'histoire : l'angoisse. Des personnages percutants, une écriture fluide et addictive, une ambiance etouffante, en bref tout ce qu'il faut pour une belle réussite

lundi 16 janvier 2017

Un amour sur mesure

Roland Fuentès
Alexandra Huard
Album Jeunesse
Editions Nathan
Parution : janvier 2017
32 pages
Accessible dès 4 ans













Mimolette et Garganton vivent dans le royaume de Micromagne, tous deux ne se connaissent pas mais ont en commun le fait d'être rejeté par les autres habitants. Si les autres habitants ne veulent pas entendre parler d'eux, c'est à cause de leur différence. Mimolette est une naine immense tandis que Garganton est un géant minuscule. A force d'être constamment mis de côté par leurs congénères, Mimolette et Garganton se retrouve dans une profonde solitude, jusqu'au jour où tout va changer.....Ils vont se rencontrer !

A travers cette histoire, l'auteur traite le thème de la différence, Mimolette et Garganton sont deux personnages parfaits pour aborder avec les enfants l'acceptation de l'autre quelle que soit sa différence. L'évolution positive des personnages apporte une grande bouffée d'espoir, nous suivons avec grand intérêt leur quête du bonheur qui finit par aboutir après avoir surmonté de nombreux obstacles.

Les illustrations sont quant à elles exquises, elles accompagnent à merveille cette histoire optimiste et lui donnent un coup de pep's, un vrai bonheur pour les yeux...



vendredi 6 janvier 2017

Face à la mer

Françoise Bourdin
Littérature contemporaine
Editions Belfond
Parution : septembre 2016
286 pages













Mathieu tient une librairie indépendante au Havre depuis plus de vingt ans. Il a consacré sa vie à son entreprise, ce qui lui a valu un divorce et l'a empêché de voir grandir sa fille, Angélique. Passionné par son métier, entouré de collaborateurs qui l'admirent, il réussit pleinement. Mais le succès a un prix, et un jour, c'est le burn-out. Impossible pour Mathieu de pousser la porte de sa librairie. Déprimé, apathique, il décide de tout plaquer et de se réfugier à Sainte-Adresse, dans la maison de son vieil ami César qui vient de mourir. Alors qu'il n'aspire qu'à la solitude, ses proches s'invitent les uns après les autres.


Françoise Bourdin est une auteure qui m'a toujours intriguée, il m'a fallu pas mal de temps avant de sauter le pas et de me décider enfin à découvrir son écriture. Ce qui m'a décidée à lire ce livre, c'est principalement le sujet traité, j'étais curieuse de voir de quoi était capable l'auteure avec un sujet aussi sensible.

L'auteure aborde avec brio un mal de plus en plus courant dans notre société : le burn out. Pour ce faire Françoise Bourdin met en scène Mathieu, un libraire qui du jour au lendemain décide de laisser sa vie là où elle est malgré lui, pour s'isoler. Bien sûr personne ne comprend le mal qui ronge le libraire surtout qu'il a tout mis en oeuvre pour monter cette affaire qui représente toute sa vie. Qu'à cela ne tienne Mathieu part vivre en ermite dans sa maison secondaire pour se ressourcer et faire le point sur sa vie, une occasion pour lui de se poser les bonnes questions et de comprendre pourquoi il en est arrivé là.

Même si le sujet abordé n'est pas des plus joyeux, je trouve qu'il est nécessaire de l'aborder ainsi, cela permet de mieux appréhender ce mal qui bien que reconnu reste encore incompris par la société, il est même parfois considéré comme étant de la fainéantise de la part de la personne qui en est atteinte.   

Un sujet qui n'est pas des plus joyeux donc, mais l'auteure a tellement bien installé un décor harmonieux que l'histoire en elle même n'est pas impactée par celui-ci au contraire puisqu'au fil des pages, on voit les personnes proches de Mathieu faire de leur mieux pour l'aider à s'en sortir même si toutes ces personnes mettent du temps à comprendre, toute cette histoire est positive et apporte au final son lot de réconfort. 

Très belle surprise pour cette lecture qui aborde un sujet sensible tout en transmettant une grande vague d'espoir et d'humanité.