vendredi 26 mai 2017

Place des Tilleuls


Carole Duplessy-Rousée
Contemporain
Editions Pygmalion
Parution : mars 2015















À la quarantaine bien sonnée, l’épicurien Stanislas papillonne toujours d’une femme à l’autre sans jamais se poser, le tendre Gabriel est divorcé et se consacre à l’éducation de sa fille, et le fier et ténébreux Milan reste l’éternel amoureux d’Ionna, à laquelle il ne s’est jamais déclaré.
Bien établis professionnellement, les trois hommes, qui ont partagé un appartement durant leurs études et ont tissé des liens très forts, souhaitent maintenant se retrouver davantage et réaliser leur rêve de jeunesse : l’achat en commun d’une grande maison dans le Vexin.
Rêve chahuté par les aléas de l’existence : l’obstination d’une femme en quête de vérité sur la mort de son époux, le fichu caractère d’une adolescente, la maladie d’un être aimé, la quête du grand amour…





3 hommes qui restent soudés par le souvenir des années fac et de leur cohabitation mais les années ont passées et l'insouciance a fait place à la réalité.

Stanislas, Gabriel et Milan 3 copains inséparables malgré les années qui passent, mais la vie n'a plus ce goût de liberté qu'ils aimeraient tous retrouver, les soirées n'ont plus le même piment car les soucis sont passés par là malgré leur position sociale et professionnelle plutôt aisée ils n'ont pas échappé au divorce pour l'un, au regret pour les 2 autres, une vie d'homme au féminin car très entourés d'une mère, d'une soeur, d'une ado tout cela complique l'existence et comment d'ailleurs se stabiliser? 

Le style de l'auteur est sans prétention nous passons d'un personnage à un autre, d'une ville à une autre au fil des pages et nous voici installé(e)s tranquillement et anonymement dans le quotidien de ces 3 hommes tel un spectateur. L'auteur nous laisse une place pour une part de réflexion, il est intéressant de lire place des tilleuls afin de constater que la vie de ces messieurs est à l'image de nos préoccupations au féminin en tant que mère, épouse, concubine, petite amie, enfin que le malheur et le bonheur se conjuguent aussi bien au féminin qu'au masculin.

Une vue plus juste du quotidien, une petite pointe de mélancolie des années passées, une interrogation sur la vie en général.


Chronique rédigée par Daphnie Dumurier

3 commentaires:

  1. Merci pour cette découverte :)

    RépondreSupprimer
  2. Oh il a l'air trop cool ce livre!! Comment j'ai pu passer à côté?! Tu sais que mon banquier te déteste? ^^

    RépondreSupprimer
  3. Il a l'air pas mal ce bouquin. Je ne connaissais pas alors merci de la découverte :)

    RépondreSupprimer