vendredi 11 août 2017

Naître ennemi

Fabrice Virgilli
Historique
Editions Payot
















Entre 1941 et 1949, des dizaines de milliers d'enfants sont nés, en France, de père allemand soldat puis prisonnier de guerre, ou en Allemagne, de père français prisonnier puis soldat de la zone française d'occupation. Des enfants nés ennemis. Dire l'histoire de ces pères, de ces mères et de ces enfants, lui donner un sens général, suivre leur parcours depuis l'invasion allemande jusqu'à aujourd'hui, tel est l'objet de ce livre qui a nécessité presque dix ans de recherches.


Depuis de nombreuses années je lis et me documente concernant différents thèmes sur la période de notre histoire et particulièrement celle de la Seconde Guerre Mondiale.

"Naître ennemi" m'a interpellée plus particulièrement par son contenu car ce livre renferme les réponses à beaucoup de questions qui m'interpellaient, et qui vont bien au-delà d'un simple ouvrage de témoignages, il nous informe dans la globalité historique concernant la vie des Français et des Allemands pendant cette période de guerre.

Des lois misent en vigeur et renforcées pour celles existantes, avec leurs chapelets d'obligations, d'interdictions et de condamnations, jusque dans la vie la plus intime des couples qui déjà détruits par le contexte de guerre ne faisaient qu'aggraver le quotidien de la population.

Le sort "des enfants de Boches"ou pas car certains ne le sauront jamais ! car nés de diverses relations intimes sont le centre le plus profond de notre histoire, ils ont été et sont encore des enfants en souffrance, ils le resteront toute leur existence. Faute à des lois dictées par ceux qui étaient au pouvoir à cette époque, la guerre en elle-même ne suffisant pas à meurtrir et à détruire l'individu. Ces enfants balotés de territoires en territoires, d'Etablissements en Etablissements privés ou publics, de famille en famille, l'erreur de la mère n'avait pas sa place tout  comme l'enfant qui devait porter la responsabilité de celle-ci.

La mère abandonnant son enfant à l'orphelinat pour un meilleur avenir ou tout simplement pour qu'il puisse être nourri, parfois pour le reprendre lorsque la vie serait moins difficile et moins incertaine, ces femmes partaient travailler en Allemagne car imaginant que le gain financier serait plus conséquent, certaines revenaient déçues ou restaient en Allemagne avec leur ami rencontré en France, d'autres ne pouvant plus revenir dans leur famille car étant rejetées par un père ou un frère devaient trouver un travail difficilement pour pouvoir subvenir au besoin d'un bébé sans père, qui décédé ou ne souhaitant pas assumer sa charge de famille et le pire je pense, retourner dans sa famille auprès de son épouse et de ses autres enfants.

Ce livre nous fait découvrir la dictature d'un gouvernement se disant démocratique où la misère physique et morale au féminin régnait, car la femme portant la responsabilité établie de sa faute, même violées ces femmes avaient l'obligation de garder l'enfant de la honte ! Nous découvrons au fil des pages une France impitoyable envers le sexe dit faible et qui a pourtant lourdement payé son tribu à la Nation. 

J'ai ressenti une misogynie sans comparaisons aucunes, une barbarie sans limite, lire ce livre est la compréhension de tous les débordements, de toutes les intolérances, de toutes les incohérences, de tous les non-dits, de toute la souffrance qu'un être peut ou ne peut supporter, combien de couple ont été brisés ! la délation était de mise pour informer le mari trompé qui se trouvait au front, les procédures de divorces s'enchaînaient avec l'accord des instances gouvernementales et la mise à disposition sur le front de documents permetant de faciliter la tâche aux soldats Français, le décès du mari ou de l'ami, le retour au pays en laissant des promesses non tenues mais surtout sans adresse, des hommes et des femmes mariés qui ne revenaient plus dans leur foyer, ni dans leur pays d'origine et des enfants nés qui n'appartenaient pas plus à la France qu'à l'Allemagne, certains encore ne savent toujours pas s'ils sont Français ou Allemand car ayant été abandonnés pas de mère, pas de père aucune certitude d'identité, certaines mères n'ont pas parlé à leur enfant, d'autres l'ont fait, certains ont retrouvés leur père vivant ou décédé, d'autres n'auront qu'une photo ou peut-être quelques renseignements que l'Allemagne leur a produit, c'est la quête infernale du père et de qui suis-je.

L'auteur à magnifiquement réalisé un travail de recherches, d'écoute et d'écriture afin d'informer le plus justement, il a constitué un condensé réaliste et sans détours du quotidien des 2 côtés de la frontière avec un regard sans jugement afin de donner des repaires à tous et pouvoir aider ces laisser pour compte à retrouver un père ou du moins tenter d'apaiser la souffrance qu'ils portent en eux.

Article écrit par Daphnie Dumurier 


1 commentaire:

  1. Un livre qui a l'air très intéressant. Une période sur laquelle je lis assez régulièrement et dont ce sujet en particulier n'a pas été évoqué souvent.

    RépondreSupprimer